Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Politique

    Québec solidaire sur la défensive... et le PQ déçu

    En campagne électorale, Nadeau-Dubois doit expliquer le rejet de la convergence

    24 mai 2017 | Québec
    Marco Bélair-Cirino - Correspondants parlementaires à Québec
    Marie-Michèle Sioui
    Aux solidaires déçus, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a ouvert bien grands les bras.
    Photo: Clement Allard La presse canadienne Aux solidaires déçus, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a ouvert bien grands les bras.

    « Là, les libéraux vont gagner », dit un électeur en laissant tomber un juron bien senti. Gabriel Nadeau-Dubois se fait rattraper sur le terrain par la décision des délégués de Québec solidaire de rejeter toute négociation d’alliances stratégiques avec le PQ.

     

    Le nouveau porte-parole de QS a dû justifier le refus opposé au PQ lors d’un « café des indécis » dans la circonscription de Gouin mardi soir.

     

    L’éducation, « c’est ça qui me fait vibrer » par-dessus tout, explique sereinement le candidat solidaire — tantôt appelé « Gabriel », tantôt « Monsieur Nadeau-Dubois » — à une quinzaine d’électeurs rassemblés dans le fond du Bistro Mousse Café. Une première question. Une deuxième question. Puis, une voix s’élève. « Il faut faire des compromis pour que les libéraux dégagent », lance un homme, après avoir pris soin de se décrire comme un « social-démocrate pur et dur ».

     

    « Le gouvernement libéral a coupé environ 1 milliard de dollars en éducation. [En raison de votre refus de négocier des pactes], il y aura encore un gouvernement libéral après les prochaines élections générales. Je ne sais pas ce que Manon met dans ses pogos ! » déclare un autre, assis face à Gabriel Nadeau-Dubois. Il met en garde contre un excès de confiance la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé, qui se voit déjà derrière les commandes du pouvoir à compter de l’automne 2018. « La marche est haute. »

     

    L’homme demande à Gabriel Nadeau-Dubois d’expliquer pourquoi une nette majorité des 700 délégués de QS s’est opposée dimanche à l’idée de discuter d’ententes stratégiques entre le PQ et QS, alors que les sympathisants solidaires appuieraient à hauteur de 87 % une « alliance électorale » PQ-QS, selon un sondage Léger-Le Devoir-Le Journal de Montréal publié la veille. « Il y a quelque chose qui ne marche pas. Ta salle était paquetée ? » a-t-il demandé, avant de déplorer la virulence de certains commentaires tenus par des délégués à l’égard du PQ : « PQ, xénophobe », « PQ, néolibéral ». « Il y a eu beaucoup d’agressivité envers le PQ. Pourtant, c’était sans doute le parti avec qui vous aviez le plus d’affinités. Moi, je ne comprends pas, je ne comprends pas. »

     

    « Vous avez le droit d’être fâché », rétorque Gabriel Nadeau-Dubois à moins d’une semaine de l’élection partielle. Après avoir qualifié de « légitime » et de « démocratique » la « décision de principe et d’idées » prise par le congrès de rejeter les appels du pied du PQ, il invite les personnes attablées autour de lui à ne pas « présumer » des retombés d’éventuelles alliances électorales PQ-QS. Les électeurs ne sont pas des « pions » qui voteront QS s’il n’y a pas de candidat du PQ et vice versa, fait-il valoir. « On ne le saura jamais, vous me direz. »

     

    Un autre, qui dit d’emblée avoir voté pour lui lors du vote par anticipation afin de lui permettre de promouvoir ses idées indépendantistes et progressistes à l’Assemblée nationale, reproche aussi à QS de casser du sucre indûment sur le dos du PQ. « Le PQ est un parti qui a beaucoup agi pour le Québec. Il ne faut pas l’oublier. […] Arrêtons de juger le Parti québécois juste sur la charte. Je suis tanné ! »

     

    « [Il faut] être solidaires. L’union fait la force », ajoute une électrice. Les échanges au Bistro Mousse Café sont animés, mais respectueux. QS a raté une occasion en or de tirer vers la gauche le PQ, poursuit une autre. « Là, tabarnak, les libéraux vont gagner… ou la CAQ ! » s’exclame une femme, « découragée ».

     

    M. Nadeau-Dubois cherche alors à tempérer les propos tenus par ses camarades lors du congrès de QS, puis relayés dans les médias. « Le PQ, c’est un parti qui a fait de grandes choses », lâche-t-il.

     

    Sur le terrain, l’impact de la décision des délégués de couper court à toute discussion avec le PQ est marginal pour QS, ont répété tout au long de la journée des membres de l’équipe de campagne de M. Nadeau-Dubois au Devoir.

     

    C’est faux, soutient la candidate d’Option nationale Vanessa Dion, croisée par Le Devoir lors d’une opération « porte-à-porte » sur la rue d’Iberville plus tôt dans la journée. « Il y a beaucoup de gens au Parti québécois qui sont fâchés. Ça va jouer dans leur vote lundi prochain », dit-elle. Afin de soi-disant favoriser les efforts de convergence avec QS, le PQ s’était abstenu de présenter un candidat dans Gouin. Au lendemain d’une rupture PQ-QS, Mme Dion croise les doigts afin que les sympathisants péquistes se rallient à sa candidature.

     

    Appel de Lisée

     

    Aux solidaires déçus, le chef du PQ, Jean-François Lisée, a ouvert bien grands les bras. « Il y a de la place pour vous chez nous. On voulait que Québec solidaire fasse partie de la solution. Ils n’ont pas emprunté ce chemin-là. Et donc, le seul parti de gouvernement qui a la capacité de porter à l’élection de l’an prochain des idées progressistes, des idées environnementalistes, c’est le Parti québécois », a-t-il lancé, au terme d’un caucus spécial de quatre heures organisé en pleine semaine de relâche.

     

    Devant les médias, le chef s’est présenté entouré de toute son équipe : « Ils sont avec moi maintenant », a-t-il souligné, quand on lui a demandé si son leadership avait été mis à mal par cette tentative ratée d’allier les forces solidaires et péquistes. « On vit une déception et on franchit une étape, mais regardez-nous bien rebondir. »

     

    Jean-François Lisée, dont le parti récolte 23 % des intentions de vote dans les derniers sondages, s’est dit content d’avoir tendu la main à QS, à qui il a reproché — lui aussi — d’avoir des intérêts partisans. « Québec solidaire a pris la décision de s’isoler, a pris la décision de l’intransigeance », a-t-il dénoncé. « On espérait que Québec solidaire serait à la hauteur du moment historique. Ils ont fait un autre choix », a-t-il dit plus tard.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.