Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les organismes d’aide à l’emploi en manque de clients?

    Les nouveaux demandeurs d’aide sociale seraient forcés d’utiliser leurs services

    19 mai 2017 | Isabelle Porter à Québec | Québec
    Le ministre de l’Emploi, François Blais
    Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le ministre de l’Emploi, François Blais

    Le taux de chômage est si bas que les organismes d’aide à l’emploi manquent de demandeurs, a signalé le ministre de l’Emploi, François Blais, qui y voit une raison de plus pour aller de l’avant avec son programme Objectif emploi.

     

    « Étant donné la bonne tenue de l’emploi au Québec, les organismes d’employabilité ont de plus en plus de difficulté à trouver des gens. Les gens se trouvent un travail sans eux », a déclaré M. Blais lors d’un point de presse jeudi. « Certains sont même inquiets. […] Ils attendent avec intérêt la mise sur pied d’Objectif emploi parce qu’ils savent qu’on va pouvoir diriger des personnes vers eux. »

     

    Objectif emploi vise à forcer les nouveaux demandeurs de l’aide sociale à entreprendre une démarche auprès d’un conseiller en emploi dans un organisme d’employabilité, les Carrefours jeunesse emploi (CJE) par exemple. On retrouve environ 400 organismes de ce genre au Québec.

     

    Le programme Objectif emploi a été vivement dénoncé parce que les personnes qui refuseraient d’y participer pourraient perdre une partie de leur prestation. Jeudi encore, le Parti québécois, Québec solidaire et une coalition de groupes sociaux ont demandé au ministre de retirer les sanctions du programme.

     

    Ils se sont par ailleurs montrés très étonnés par ses propos sur les organismes d’employabilité. « Nous, c’est pas ce qu’on entend de leur part, a déclaré Yann Tremblay-Marcotte, du Front commun des personnes assistées sociales. Ils sont complètement débordés. » Il a ajouté que les nouvelles ententes liant le ministère aux CJE allaient forcer ces derniers à servir en priorité les participants à Objectif emploi au risque de desservir d’autres clientèles. 

     

    Joints en après-midi, des représentants des CJE pesaient bien leurs mots. « Les jeunes vont avoir le soutien nécessaire, et les CJE auront les ressources et les experts pour répondre », a fait valoir le directeur du Regroupement des CJE, Alexandre Soulières. 

     

    Les CJE ont conclu une « entente de services » sur cinq ans avec le gouvernement pour garantir qu’un service sera offert aux participants à Objectif emploi. Le ministère vient de leur accorder une hausse budgétaire de 3,5 % pour y arriver. 

     

    Jeudi, le ministre n’était pas encore en mesure de dire quand le programme Objectif emploi entrerait en vigueur. Le ministère devrait par ailleurs « bientôt » dévoiler le règlement qui l’encadre. On saura alors à quelles conditions précises les nouveaux assistés sociaux doivent s’y soumettre pour éviter que leur chèque soit réduit. 

     

    Une fois le règlement rendu public, il fera l’objet de consultations publiques, ce qui reporte à quelques mois encore l’entrée en vigueur des changements.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.