Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Libre opinion

    Le CALQ doit compter sur un refinancement majeur

    18 mai 2017 |Texte collectif* | Québec
    Les artistes et leurs compagnies doivent résormais remplir un plus vaste mandat, mais ils ne disposent pas des «moyens conséquents» pour les réaliser, remarquent les signataires.
    Photo: iStock Les artistes et leurs compagnies doivent résormais remplir un plus vaste mandat, mais ils ne disposent pas des «moyens conséquents» pour les réaliser, remarquent les signataires.

    M. Philippe Couillard, premier ministre,

     

    M. Pierre Moreau, président du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes,

     

    M. Luc Fortin, ministre de la Culture et des Communications,

     

     

    Le mercredi 26 avril 2017, l’Assemblée nationale adoptait à l’unanimité une résolution engageant le gouvernement à allouer dès cette année des sommes supplémentaires au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) afin que celui-ci puisse remplir adéquatement sa mission. Cette motion exemplaire réitérait de surcroît l’apport essentiel des artistes et des artisans à la société québécoise. Nous saluons cette remarquable déclaration et vous remercions très sincèrement de l’avoir soutenue. Aujourd’hui, nous vous invitons à poser un geste fort et signifiant au regard du contexte dans lequel s’inscrira cet investissement.

     

    Le monde dans lequel nous vivons est complexe et changeant, et les multiples crises qui traversent aujourd’hui de nombreux États nous rappellent la fragilité de l’équilibre social dont nous jouissons encore ici. Dans ce contexte, les artistes ont un rôle déterminant à jouer. Les arts participent notamment à cultiver l’esprit civique et critique, l’empathie, l’imaginaire et la créativité. Ils créent aussi des temps et des espaces de rassemblement, devenus trop rares dans une société fragmentée par la technologie. Les artistes québécois assurent le rayonnement d’une culture humaniste et pacifique à l’échelle nationale et internationale. Ils sont d’illustres ambassadeurs de notre culture et de notre civilisation.

     

    Les artistes, leurs compagnies et les institutions qui tentent d’assurer, sur tout le territoire québécois, la présence d’un art vivant, original et puissant représentent une force économique que vous saluez périodiquement avec respect. Or, depuis plus de dix ans, faute de ressources financières adéquates, le CALQ, principal instrument de financement des arts au Québec, ne parvient plus à accompagner adéquatement l’essor de la vie artistique, ce qui provoque une précarité de plus en plus aiguë des individus comme des organismes.

     

    Pourtant, les responsabilités et les mandats sont, eux, de plus en plus vastes. On exige des compagnies et des institutions qu’elles se chargent du développement des publics, de l’animation du milieu scolaire, de la recherche de fonds privés, de la médiation culturelle, de l’inclusion de la diversité, etc. Comme vous le constatez, une part considérable du développement culturel du Québec nous incombe. Nous avons donc besoin de moyens conséquents pour la réaliser.

     

    Appuyer le développement des arts

     

    En février, l’ensemble des organismes artistiques a déposé au CALQ sa planification des quatre prochaines années, et les résultats de leurs évaluations sont attendus en juillet. C’est pourquoi nous appelons de tous nos voeux un investissement majeur qui a été oublié lors du dernier budget provincial et qui doit, de façon pressante, appuyer le développement des artistes, compagnies et institutions. Tout retard dans cet investissement aura un impact terrible sur l’avenir immédiat des milieux artistiques.

     

    Fort de la motion qui a été adoptée à l’unanimité le 26 avril dernier, nous faisons appel à vous pour que soit investie une somme additionnelle de 40 millions de dollars dans le budget du CALQ — suivant l’argumentaire du Mouvement pour les arts et les lettres —, afin que celui-ci puisse répondre de manière adéquate aux vifs besoins qui lui ont été exprimés. Cet apport constituera un investissement essentiel pour le développement harmonieux des milieux artistiques québécois, ainsi qu’un legs marquant de votre gouvernement dont se souviendront longtemps les artistes et les citoyens du Québec. Il permettra en outre aux milieux artistiques de jouer un rôle positif dans la mise en oeuvre et le succès de la nouvelle politique culturelle que présentera votre gouvernement cet automne.

     

    Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à cette missive et vous témoignons de notre entière collaboration.

     

    Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de nos sentiments distingués.

     

    * Ont signé ce texte: Anaïs Barbeau-Lavalette, cinéaste et auteure ; Yves Beauchemin, écrivain ; Antoine Bertrand, acteur ; Daniel Boucher, auteur, compositeur, interprète ; Serge Boucher, auteur ; Olivier Choinière, auteur et metteur en scène ; Mélanie Demers, chorégraphe ; Carole Fréchette, auteure dramatique ; Margie Gillis, directrice artistique et danseuse ; François Girard, cinéaste et metteur en scène ; Brigitte Haentjens, metteure en scène, directrice générale et artistique ; Steve Huot, directeur général et artistique ; Eve Landry, actrice ; Hugo Latulippe, cinéaste ; Robert Lepage, metteur en scène ; Ismaël Mouaraki, directeur artistique et chorégraphe ; Yves Sioui Durand, metteur en scène ; Guylaine Tremblay, comédienne ; Fred Pellerin, conteux ; Lorraine Pintal, directrice artistique et générale.

     

    * Quelque 3500 citoyens, artistes, écrivains et travailleurs culturels ont signé cette pétition. La liste complète est disponible ici.
     













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.