Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le dépotoir nucléaire de Chalk River, une menace pour les Québécois, dit Ouellet

    15 mai 2017 | Mylène Crête - La Presse canadienne à Ottawa | Québec
    Le dépotoir projeté par Laboratoires nucléaires Canada serait situé à Chalk River, en Ontario, à un kilomètre de la rivière des Outaouais.
    Photo: Fred Chartrand La Presse canadienne Le dépotoir projeté par Laboratoires nucléaires Canada serait situé à Chalk River, en Ontario, à un kilomètre de la rivière des Outaouais.

    Le Bloc québécois s’oppose à l’aménagement d’un nouveau dépotoir de déchets nucléaires sur le site des Laboratoires de Chalk River.

     

    Ce projet « insensé » constitue une « grave menace » pour l’environnement et les Québécois qui dépendent de l’eau potable de la rivière des Outaouais, selon la chef du parti, Martine Ouellet.

     

    Le dépotoir projeté par Laboratoires nucléaires Canada serait situé en Ontario, à un kilomètre de la rivière des Outaouais. Il pourrait accueillir environ un million de mètres cubes de déchets radioactifs jusqu’en 2070.

     

    Martine Ouellet doute que ce dépotoir soit sécuritaire particulièrement en cas d’inondations comme celles de la semaine dernière. Elle craint une fuite de déchets radioactifs qui pourrait contaminer l’eau potable de millions de Québécois.

     

    « Ce site-là se retrouve dans un marais, donc ce n’est pas très haut. Imaginez qu’il y ait une inondation concernant le site de déchets nucléaires, on parle alors à ce moment-là de contamination radioactive de la rivière des Outaouais », a affirmé Martine Ouellet.

     

    « La rivière des Outaouais se jette dans la rivière des Mille-Îles, elle se jette dans le fleuve Saint-Laurent », a-t-elle ajouté.

     
    Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Martine Ouellet doute que ce dépotoir soit sécuritaire particulièrement en cas d’inondations comme celles de la semaine dernière.
     

    Le Bloc québécois entend soumettre un mémoire à la Commission canadienne de sûreté nucléaire. Il a jusqu’au 17 mai pour le faire.

     

    Martine Ouellet, qui est également députée indépendante à l’Assemblée nationale, a souligné que son parti allait se faire entendre autant à Ottawa qu’à Québec.

     

    « J’ai eu l’occasion de questionner le ministre [de l’Environnement du Québec] David Heurtel concernant le dossier du dépotoir de déchets nucléaires, a-t-elle indiqué. Ce qu’il nous a dit, c’est qu’il était déjà en préparation d’un plan d’urgence en cas de catastrophe.»

     

    « Mais je pense qu’avant de préparer un plan d’urgence en cas de catastrophe, il faudrait s’assurer que ce site-là ne soit pas à cet endroit-là. C’est l’un des pires endroits, près d’une source d’eau potable, pour installer un site de déchets nucléaires. »

     

    Un rapport sur les impacts environnementaux préparé pour les Laboratoires de Chalk River identifie un faible risque pour les eaux de surface et les eaux souterraines.

     

    Les audiences publiques dans le cadre de l’évaluation environnementale doivent avoir lieu en janvier 2018. La construction du dépotoir débuterait dès que les autorisations seraient émises pour qu’il puisse être utilisé dès 2020.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.