Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Infrastructure

    Chronique d’une gifle annoncée

    Michel David
    11 mai 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    La classe politique québécoise et le milieu des affaires ont été « profondément déçus » d’apprendre que la future Banque de l’infrastructure du Canada s’installera à Toronto. En revanche, personne n’a semblé surpris. On demandait simplement de recevoir la gifle.

     

    Lors du dépôt de son deuxième budget, en mars dernier, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, avait déclaré que la décision n’était pas encore prise. Plusieurs ont pensé que M. Morneau voulait surtout éviter qu’il soit assombri par la controverse que le choix de la Ville reine ne manquerait pas de provoquer.

     

    Il n’est pas nécessaire d’être un grand spécialiste de la communication pour comprendre qu’il était préférable de noyer cette annonce dans les inondations qui monopolisaient toute l’attention. On ne commencera quand même pas une nouvelle chicane fédérale-provinciale pour une simple banque, alors que des milliers de familles sont dans le malheur et qu’Ottawa a la bonté d’envoyer l’armée à leur secours !

     

    Comme d’habitude, on a prévu un prix de consolation. Montréal abritera le nouvel Institut de financement du développement (IFD), qui offrira des prêts totalisant 300 millions au cours des cinq prochaines années à des entreprises d’ici et d’ailleurs engagées dans des projets dans des pays en développement.

     

    En comparaison, la Banque de l’infrastructure disposera d’un budget de départ de 35 milliards. Le maire Coderre était tout sourire, vendredi, quand il s’est présenté en conférence de presse en compagnie de Justin Trudeau pour l’annonce de l’installation de l’IFD dans la métropole, mais ce marché de dupes devait le faire bouillir intérieurement.

     

    « On est déçus parce qu’on avait rallié toute la communauté, a déclaré le premier ministre Couillard. Tous les partenaires d’affaires étaient d’accord [pour dire] que Montréal était le site idéal pour cette implantation-là. » S’il est indéniable que Montréal possédait tous les atouts nécessaires, Toronto pouvait aussi faire valoir une expertise. Le problème n’est pas la compétence, mais la faiblesse du poids politique du Québec.

     

    L’important est qu’on ait accès à l’argent de la Banque de l’infrastructure et non son emplacement, a fait valoir l’ineffable ministre du Patrimoine, Mélanie Joly. À ce compte, pourquoi fait-on autant de chichi chaque fois qu’un siège social quitte le Québec ? Même si celui de Saint-Hubert devait un jour déménager en Ontario, cela ne nous empêcherait pas de continuer à manger son poulet !

     

    Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc, a posé son diagnostic : personne à Ottawa ne semble défendre les intérêts du Québec. « Dans un dossier comme celui-là, ça prend des champions qui agissent avec tout l’élan nécessaire. On a vu le ministre des Finances, Bill Morneau, de Toronto, travailler pour sa ville. Mais à Ottawa, qui défendait Montréal ? Sur les grands dossiers stratégiques et économiques, qui est la voix du Québec à Ottawa ? Pour l’instant, personne », a-t-il déclaré.

     

    La faiblesse de la représentation du Québec à Ottawa, que ce soit au Conseil des ministres ou dans l’entourage de M. Trudeau, saute en effet aux yeux. On l’a bien vu dans le dossier de Bombardier. Marc Garneau a été totalement écarté du dossier au profit de M. Morneau. Pourquoi le ministre des Transports s’intéresserait-il à la fabrication des avions, n’est-ce pas ?

     

    S’il est vrai qu’on ne trouve aucune trace d’un quelconque French power au sein du gouvernement Trudeau, il est tout aussi manifeste que la perspective de déplaire au Québec n’inspire plus la moindre crainte à Ottawa, où on sait très bien que la souveraineté est en hibernation et que M. Couillard est prêt à tout pour l’y maintenir.

     

    Malgré la déception qu’a pu lui causer l’installation de la Banque de l’infrastructure à Toronto, le premier ministre s’est bien gardé de toute critique. Il l’a déjà dit : son « devoir » lui commande de bien s’entendre avec le gouvernement fédéral. De toute façon, il lui suffit de savoir que le Québec reçoit plus d’argent d’Ottawa qu’il n’en envoie pour conclure qu’il est avantageux de faire partie de la fédération. Il ne semble d’ailleurs faire aucune différence entre des milliards investis dans l’industrie automobile ou pétrolière et des milliards versés en péréquation. Alors, ce n’est pas une banale histoire de banque qui va le troubler.

     

    La position de faiblesse dans laquelle un fédéralisme aussi inconditionnel place le Québec n’en est pas moins inquiétante au moment où la renégociation de l’ALENA amènera inévitablement Ottawa à faire des concessions pour satisfaire les exigences de Donald Trump. Ce qui exigera aussi des arbitrages entre les intérêts des diverses régions du pays. Ceux qui ont dû être faits pour permettre la signature de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne n’ont rien de rassurant. La prochaine gifle pourrait faire encore plus mal.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.