Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les libéraux nient avoir offert une circonscription à Francoeur

    2 mai 2017 | Caroline Plante - La Presse canadienne à Québec | Québec
    Le président du syndicat des policiers de Montréal, Yves Francoeur
    Photo: François Pesant Archives Le Devoir Le président du syndicat des policiers de Montréal, Yves Francoeur

    Le Parti libéral du Québec nie avoir fait une démarche officielle dans le but de recruter le président du syndicat des policiers de Montréal, Yves Francoeur.

     

    Ce dernier a pourtant confirmé qu’il a été approché par le PLQ dans un gazouillis, mardi. Il a ajouté avoir « sur le champ, de façon forte et sans équivoque rejeté l’offre du PLQ ».

    Les libéraux auraient contacté M. Francoeur en début d’année pour voir s’il était intéressé à faire le saut en politique et porter les couleurs du Parti libéral dans la circonscription montréalaise de Marguerite-Bourgeoys, représentée par Robert Poëti.

     

    Rumeurs démenties

     

    Lors d’une journée mouvementée à Québec, des médias ont avancé que Patrice Ryan, président de la firme Ryan Affaires publiques et fils de l’ancien chef du PLQ Claude Ryan, était celui qui avait approché Yves Francoeur.

     

    « Personne en autorité au Parti libéral du Québec n’a reçu quelque mandat que ce soit d’approcher M. Yves Francoeur pour lui proposer un comté, et si ça s’est fait, ça s’est fait sans que moi j’ai été mis au courant », a déclaré l’organisateur en chef du PLQ, Sylvain Langis, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

     

    Vendredi, le député libéral de Chomedey, Guy Ouellette, avait lancé à l’animateur Benoît Dutrizac sur les ondes du 98,5FM que l’establishment du parti essayait de pousser des élus comme lui vers la retraite. On avait même déjà offert les circonscriptions tenues par certains de ses collègues à d’autres personnes, avait-il dénoncé. L’information avait été démentie par le PLQ.

     

    Questionné mardi à savoir s’il comptait se représenter aux prochaines élections, M. Poëti a affirmé qu’il ne « faiblirait pas dans l’adversité ».

     

    Tempête politique

     

    Yves Francoeur est au centre d’une véritable tempête politique depuis une semaine.

     

    Le policier syndicaliste a déclaré jeudi sur les ondes du 98,5FM que deux députés libéraux avaient échappé à la justice en raison de leur allégeance politique.

     

    Un des députés en question siégerait toujours à l’Assemblée nationale.

     

    M. Francoeur a allégué qu’un dossier d’enquête de fraude et de trafic d’influence impliquant des élus libéraux avait été complété. La preuve obtenue par la police comportait des éléments de filature et d’écoute électronique, selon lui.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.