Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Québec solidaire

    Nadeau-Dubois souhaite des alliances stratégiques avec le PQ

    22 avril 2017 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    Gabriel Nadeau-Dubois est conscient de bousculer l’ordre établi à Québec solidaire. Il rejette néanmoins l’étiquette de «jeune converti», rappelant ses années de militantisme.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Gabriel Nadeau-Dubois est conscient de bousculer l’ordre établi à Québec solidaire. Il rejette néanmoins l’étiquette de «jeune converti», rappelant ses années de militantisme.

    La conclusion d’alliances électorales entre Québec solidaire et le Parti québécois est non seulement « possible », mais « souhaitable » en vue du scrutin de 2018, est d’avis Gabriel Nadeau-Dubois.

     

    « Mais je ne veux pas partir en peur », précise d’emblée l’aspirant co-porte-parole de QS dans un entretien avec Le Devoir. Il dit poser un regard « pragmatique » sur la convergence des forces indépendantistes et progressistes. « Mon approche là-dessus, elle est très modérée, elle est très prudente », répète-t-il comme un mantra à l’approche du premier débat entre les candidats au porte-parolat de QS (dimanche à Montréal).

     

    À l’instar d’une fusion entre QS et Option nationale, des alliances électorales « dans certaines circonscriptions, de manière ponctuelle et à certaines conditions », entre le PQ et QS visant à empêcher le Parti libéral du Québec de tirer profit de la division des voix indépendantistes et progressistes doit être envisagée, selon lui.

     

    La réélection du PLQ dans un an et demi constituerait « un échec pour tout le Québec », souligne M. Nadeau-Dubois, avant d’ajouter, quelques minutes plus tard : « Il ne faut pas remplacer des néolibéraux rouges par des néolibéraux bleus. »

     

    Les deux autres prétendants au poste de porte-parole masculin ont des vues bien arrêtées sur la question de la « convergence ». Jean-François Lessard milite pour l’ouverture de « négociations » entre QS et le PQ en vue de la rédaction d’une « plateforme commune », qui servirait de « guide » pour un éventuel gouvernement Lisée.

     

    De son côté, Sylvain Lafrenière presse les membres de Québec solidaire de rejeter catégoriquement les appels du pied du PQ. « Je ne partirai pas en croisade pour une option ou une autre », affirme quant à lui M. Nadeau-Dubois, se refusant de trancher le « débat délicat » en lieu et place des membres des deux partis politiques.

     

    D’autre part, M. Nadeau-Dubois ne se fait pas de mauvais sang à l’idée de voir les membres trancher le débat non pas en mai, mais en novembre prochain, et ce, contrairement à ses deux adversaires. Qui sait, les membres du PQ pourraient profiter de leur congrès à l’automne pour calmer ou fouetter les ardeurs de leur chef, Jean-François Lisée, à signer un pacte de non-agression avec QS.

     

    Pas un jeune converti

     

    L’homme âgé de 26 ans est conscient qu’il « bouscule », voire « dérange » l’ordre établi, à commencer à QS. Plusieurs militants de longue date ont sourcillé en le voyant le 9 mars dernier briguer le poste de porte-parole masculin de QS en plus de celui de député de Gouin à l’Assemblée nationale, et ce, quelques jours à peine après avoir officiellement grossi les rangs de la formation politique de gauche.

     

    « Il ne faut pas confondre enracinement militant et corporatisme. Québec solidaire, c’est le parti de toute la gauche. Ce n’est pas parce que j’ai pris ma carte récemment que je suis un jeune converti. Les luttes que mène Québec solidaire, ce sont des luttes auxquelles j’ai participé », fait-il valoir, citant notamment celle contre la construction de l’oléoduc Énergie-Est de TransCanada.

     

    Il reproche à demi-mot à ses détracteurs d’appeler des jeunes à sauter dans l’arène politique… à condition d’y « reste[r] tranquilles ». « QS ne grandira pas de l’intérieur », conclut « GND ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.