Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L’appel à l’unité de Nadeau-Dubois a été entendu

    Les partis Québec solidaire et Option nationale pourraient fusionner

    25 mars 2017 |Philippe Orfali | Québec
    Selon Gabriel Nadeau-Dubois, Option nationale et Québec solidaire partagent sur le plan des valeurs et sur le plan des principes le même projet de société.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Selon Gabriel Nadeau-Dubois, Option nationale et Québec solidaire partagent sur le plan des valeurs et sur le plan des principes le même projet de société.

    Québec solidaire (QS) et Option nationale (ON) pourraient fusionner sous peu, a confirmé le chef d’ON, Sol Zanetti, en entrevue au Devoir.

     

    Quelques semaines après l’entrée dans l’arène politique de Gabriel Nadeau-Dubois au sein des troupes de QS et son appel à la convergence des forces indépendantistes progressistes, les deux partis envisagent bel et bien de fusionner.

     

    Québec solidaire a décidé de proposer à ses membres le mandat de négocier avec Option nationale la possibilité d’une fusion.

     

    « Au congrès de QS, en mai, ils vont demander à leurs membres s’ils veulent entreprendre des discussions formelles sur la question de la fusion », a confirmé Sol Zanetti vendredi. ON, qui compte actuellement de 1500 à 2000 membres selon son chef, se dit « très ouvert » à ces échanges. La formation n’avait récolté que 0,7 % des votes lors des dernières élections provinciales, en 2014.

     

    À titre comparatif, Québec solidaire avait récolté plus de dix fois plus de votes, s’attirant la faveur de 323 312 électeurs.

     

    « Il est trop tôt pour parler de négos de fusion. Mais ce qu’on dit c’est qu’une alliance est possible », souligne M. Zanetti.

     

    Le président et porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fontecilla abonde dans le même sens. Les formations estiment toutes deux qu’il faut des « gestes forts » afin de mettre fin à « l’omniprésence des politiques néolibérales », estime-t-il.

     

    « Les directions des deux organisations en sont venues à la même conclusion : il est temps de réunir dans une seule organisation nos membres indépendantistes et progressistes », continue M. Fontecilla.

     

    Pour ce faire, Québec solidaire devrait prendre « un engagement clair à faire l’indépendance », ajoute Sol Zanetti. « Cela supposerait un certain ajustement du programme politique de Québec solidaire. »

     

    Les discussions auraient lieu dès la résolution entérinée par les membres de QS. Un rapport serait ensuite transmis aux instances du parti. La décision serait tranchée dès le congrès automnal de QS, soit environ cinq mois plus tard.

     

    Pour rappel, Gabriel Nadeau-Dubois avait déclaré il y a une dizaine de jours qu’Option nationale et Québec solidaire partagent sur le plan des valeurs et sur le plan des principes le même projet de société.

     

    « C’est sûr qu’il y a des différences dans la manière dont les partis appliquent ces principes-là. C’est pour ça qu’[ils] sont encore deux partis. Je pense que ce dédoublement est contre-productif et qu’il faut y remédier », avait-il déclaré lors d’une conférence de presse dans le Vieux-Montréal.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.