Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Lise Thériault réfléchit à son avenir politique

    20 mars 2017 | Jocelyne Richer - La Presse canadienne - à Québec | Québec
    La ministre de la Condition féminine et responsable des PME, Lise Thériault
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La ministre de la Condition féminine et responsable des PME, Lise Thériault

    Entre le oui et le non, elle hésite encore, et a donc choisi de reporter la grande décision à plus tard.


    Lise Thériault a amorcé une période de réflexion visant à déterminer si elle va se porter candidate aux prochaines élections, en octobre 2018. Mais elle affirme catégoriquement sa ferme intention de terminer son mandat actuel.


    Pas question, donc, de claquer la porte à court terme. En entrevue à La Presse canadienne, Mme Thériault a accepté de faire le point sur son avenir politique, à la suite de rumeurs et de reportages récents faisant état de son ras-le-bol et de menaces de démission de sa part.


    « Je ne sais pas encore ce que je vais faire » lors de la prochaine campagne électorale, a déclaré la ministre de la Condition féminine et responsable des PME.


    Mandat à compléter


    Ce qu’elle sait, par contre, sans l’ombre d’un doute, c’est qu’elle effectuera son mandat, a-t-elle insisté, cherchant à mettre fin aux rumeurs persistantes sur son départ prochain.


    « Je vais terminer mon mandat. J’ai des commandes à livrer au premier ministre. Je vais les livrer », assure la ministre, qui était pratiquement aphone au moment de l’entrevue, effectuée à son retour de New York, où elle participait à la 61e session de la Commission de la condition féminine des Nations unies.


    Devenue très zen, la vice-première ministre tient à projeter une image de grande sérénité. Elle se dit « animée par un paquet de bons sentiments ». À 51 ans, elle dit avoir encore beaucoup de plaisir à faire de la politique, après une quinzaine d’années de vie parlementaire trépidante, et n’estime pas avoir fait le tour du jardin.


    D’autres rumeurs, laissant croire que des gens autour du premier ministre Philippe Couillard jugent qu’elle a changé depuis son long congé de maladie à l’automne 2015 et que le temps serait venu de quitter le navire, n’égratignent pas sa sérénité.


    Au contraire, elle se sent aimée de tous. « Demandez à mes collègues comment ils s’entendent avec moi. Ils vont tous vous dire qu’ils s’entendent bien avec moi et que je fais un bon travail », dit-elle.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.