Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Gabriel Nadeau-Dubois se joint à Québec solidaire

    Il se présente à l’investiture dans Gouin pour succéder à Françoise David

    9 mars 2017 |Lia Lévesque - La Presse canadienne | Québec
    Gabriel Nadeau-Dubois souhaite devenir également co-porte-parole du parti.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gabriel Nadeau-Dubois souhaite devenir également co-porte-parole du parti.

    Sans surprise, l’ancien porte-parole étudiant Gabriel Nadeau-Dubois a confirmé jeudi qu’il se lançait en politique sous la bannière du parti de gauche Québec solidaire (QS).

    M. Nadeau-Dubois espère représenter QS dans la circonscription montréalaise de Gouin et devenir également co-porte-parole du parti. Il n’a pourtant jamais été membre de Québec solidaire « avant maintenant », a-t-il admis au cours d’une conférence de presse à Montréal.

    Il a décrit le Parti libéral comme son principal adversaire politique, mais n’a pu s’empêcher d’écorcher le Parti québécois, disant avoir peine à suivre Jean-François Lisée, qui change constamment de position, selon lui.

    « Il faut qu’on soit un pays », a-t-il toutefois lancé, en réitérant sa foi pour un Québec souverain.

    « J’ai le cœur à gauche », mais « je n’ai aucune envie d’un virage identitaire au Québec », a-t-il clamé.

    Il reproche au PQ d’avoir déjà défendu les hydrocarbures et le déficit zéro et de prendre aujourd’hui un virage identitaire. Mais, du même souffle, il croit pouvoir s’entendre avec le PQ « de manière ponctuelle » et souhaite poursuivre les échanges qui ont été entamés entre les formations politiques.

    Il a surtout prôné un rapprochement avec le petit parti Option nationale, affirmant que QS et ON partagent le même projet de société.

    Le chef d’Option nationale, Sol Zanetti, a rapidement réagi à ce commentaire, affirmant que son parti accueille « avec ouverture la possibilité d’un rapprochement avec Québec solidaire, dans la mesure où certains changements seraient apportés à sa démarche indépendantiste ».

    « Si M. Nadeau-Dubois était élu comme porte-parole de QS et s’il parvenait à convaincre la base militante de son parti de faire un pas vers nous, ce serait une avancée importante, enthousiasmante et mobilisatrice pour le Québec », a ajouté M. Zanetti dans un communiqué.

    La circonscription de Gouin est devenue vacante après le départ de Françoise David, qui s’est retirée de la politique, se disant épuisée. Mme David était également co-porte-parole du parti, qui a toujours eu deux co-porte-parole, un homme et une femme, plutôt qu’un seul chef comme les autres formations.

    L’autre co-porte-parole, Andrés Fontecilla, a aussi fait part de sa volonté de céder son poste, afin de faire place à la relève.

    L’assemblée d’investiture de Québec solidaire dans Gouin doit avoir lieu le 26 mars. Le congrès de Québec solidaire doit avoir lieu le 21 mai.

    M. Nadeau-Dubois a été une figure de proue de la grève étudiante du printemps 2012 lorsqu’il était porte-parole de la CLASSE (Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante), le regroupement le plus militant.

    Il avait vite été remarqué pour son sens de la répartie, son charisme et sa vision politique et sociale, qui était beaucoup plus étendue que les strictes revendications étudiantes.

    Mais il avait également suscité la controverse en refusant de dénoncer le vandalisme et la violence qui avaient cours lors de certaines manifestations étudiantes, en affirmant qu’il n’avait pas le mandat de les dénoncer.

    Il affirme aujourd’hui avoir « pris du recul et de l’expérience » depuis son militantisme étudiant, il y a cinq ans. Il avoue avoir quitté le mouvement « fatigué », puis avoir « douté, ces dernières années » quant à savoir s’il était vraiment possible de changer la société comme il le souhaitait. Sa tournée récente du Québec lui a fait voir que c’était le cas, a-t-il soutenu.

    Plus récemment, il a collaboré à un ouvrage collectif, Ne renonçons à rien, après avoir effectué une tournée du Québec baptisée « Faut qu’on se parle », pour écouter ce que les citoyens avaient à dire, selon lui. Auparavant, il avait également publié Tenir tête.

    D’ailleurs, il en a fait rire plus d’un en promettant de travailler en équipe — ce qui est nécessaire en politique — et de ne pas incarner « le P. K. Subban de la politique ».
     

    Voyez l’annonce de la candidature de Gabriel Nadeau-Dubois.

     

     

     

    Plus de détails suivront.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.