Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un triste moment

    Michel David
    28 février 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    La parution de Rhapsodie québécoise, d’Akos Verboczy, qui vient d’être réédité en format de poche chez Boréal, m’avait échappé l’an dernier. À l’heure où le mot « intégration » est sur toutes les lèvres, ce récit du parcours d’un « enfant de la loi 101 », juif hongrois arrivé au Québec à l’âge de 11 ans, tour à tour camelot de la Gazette, commissaire scolaire et attaché politique au PQ, mérite d’être lu.

     

    Le ton, mi-sérieux mi-blagueur, est donné d’entrée de jeu. « Je suis donc un de ces Sauveurs envoyés au Québec pour régler vos problèmes : votre économie, votre poids politique, votre endettement, votre vieillissement, votre pénurie de main-d’oeuvre et, bien sûr, votre fermeture sur le monde. Ça fait beaucoup de poids sur mes épaules (et sur celles de mes semblables) et beaucoup de promesses pour le Québécois de souche. Il y a de quoi avoir, avec le temps, de part et d’autre, des déceptions légitimes. »

     

    L’auteur a débarqué au Québec alors que la loi 101 était contestée de toutes parts. « On nous a rapidement informés que le français parlé ici n’était pas le vrai français, mais un patois malpropre, dont les locuteurs étaient principalement des assistés sociaux, des incultes et des racistes. » On a parfois l’impression que les choses n’ont pas tellement changé depuis quarante ans.

     

    C’est précisément à force de devoir expliquer le Québec aux nouveaux arrivants qu’il a commencé à l’aimer et à l’adopter, raconte-t-il. Et à force d’avoir à le défendre qu’il est devenu souverainiste. Il était particulièrement bien placé pour mesurer les conséquences du malheureux discours de Jacques Parizeau le soir du référendum : « Parler de l’instrumentalisation de l’immigration pour combattre la souveraineté est devenu le plus grand tabou politique au Québec. »

     

     

    Si le discours de M. Parizeau a été un moment malheureux de l’histoire récente du Québec, Akos Verboczy en évoque un autre, qui a été moins publicisé, mais qui n’est pas à l’honneur du premier ministre Couillard.

     

    En novembre 2013, Jean-Marc Fournier s’était attiré de nombreuses critiques pour avoir fait un rapprochement entre la charte de la laïcité du gouvernement Marois et le régime nazi, en évoquant les propos tenus par un rabbin montréalais à l’occasion d’une cérémonie commémorative du 75e anniversaire de la Nuit de cristal, le 9 novembre 1938, quand des milliers de commerces appartenant à des juifs et quelque 200 synagogues avaient été saccagés en Allemagne.

     

    M. Verboczy assistait à cette cérémonie au Centre commémoratif de l’Holocauste, à Côte-des-Neiges, où il accompagnait la ministre péquiste de l’Immigration et des Communautés culturelles, Diane De Courcy, qui avait été accueillie avec une extrême froideur, alors que la délégation libérale, dont faisaient partie MM. Couillard et Fournier, avait eu droit à l’enthousiasme qu’on manifeste à une armée de libération.

     

    Pour respecter la solennité du moment, on avait demandé à l’assistance de garder le silence durant la cérémonie. Le rabbin avait raconté l’histoire d’un homme tué à Berlin durant la Nuit de cristal, après avoir refusé d’enlever sa kippa devant les chemises brunes nazies. À l’instar de cet homme, le rabbin avait déclaré qu’entre les interdictions de la charte de la laïcité et la mort, il choisirait cette dernière.

     

    « Philippe Couillard et consorts ont brisé le silence prescrit, se levant d’un bond pour applaudir ce choix qu’ils considéraient [comme] plein de bon sens. Ils savaient mieux que quiconque que la mort ne figurerait pas sur le bulletin de vote, contrairement à leurs noms », écrit M. Verboczy.

     

     

    Il aurait sans doute été délicat d’interrompre le rabbin au beau milieu de son discours. De là à se lever pour applaudir, il y a toutefois une limite qu’un aspirant au poste de premier ministre du Québec n’aurait pas dû franchir. Il est vrai que la charte du gouvernement Marois ratissait inutilement large, mais la comparaison avec le régime nazi était si grossièrement injuste qu’elle tenait de l’élucubration. Il est même étonnant qu’un rabbin perde le sens de la mesure au point de banaliser de la sorte les atrocités nazies.

     

    Quand Bernard Drainville avait présenté son projet de loi, M. Couillard avait crié à la trahison de l’héritage de René Lévesque. En point de presse, il avait fallu lui rappeler que le « grand Québécois » dont il évoquait la mémoire avait lui-même été traité de nazi pour avoir présenté la loi 101, contre laquelle le PLQ avait mené une lutte sans merci.

     

    Le futur premier ministre avait répondu qu’il n’était pas là à l’époque. Soit, mais il était bel et bien là au Centre de l’Holocauste en novembre 2013 et il a applaudi des propos qui étaient non seulement absurdes, mais injurieux pour le Québec. S’il est incapable de le défendre, M. Couillard pourrait au moins s’abstenir d’encourager ceux qui l’accablent.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.