Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Débat

    Pourquoi le PQ?

    Michel David
    21 février 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    L’intervention de ce jeune militant montréalais au congrès du comité national des jeunes du Parti québécois, en fin de semaine dernière à Victoriaville, ressemblait à un avertissement.

     

    « Actuellement, on a décidé de repousser l’indépendance, on a décidé d’y aller mollo sur le débat identitaire. Un parti doit avoir une marque de commerce pour gagner et se démarquer de ses adversaires. Si on recule sur la langue, ça va être quoi la marque de commerce du Parti québécois en 2018 ? », a lancé Olivier Lacelle.

     

    Autrement dit, la seule raison de voter pour le PQ sera-t-elle de battre les libéraux ? Et pourquoi le PQ ? Thomas Mulcair a fait le pari de sacrifier une partie de ce qu’était le NPD dans l’espoir de fédérer ceux qui n’en pouvaient plus de Stephen Harper et ils ont élu… Justin Trudeau. Le NPD a fini troisième et M. Mulcair s’est fait brutalement montrer la porte.

     

    Jean-François Lisée a également décidé de poncer les aspérités qui empêchaient certains électeurs de considérer le PQ comme une solution de rechange valable au gouvernement Couillard. Quand on connaît l’histoire du PQ, convaincre les militants de reporter le référendum à un hypothétique deuxième mandat était un véritable tour de force.

     

    Aussitôt élu, il a également entrepris de « rééquilibrer » ses positions sur la laïcité, et la « nouvelle loi 101 » que projetait Pauline Marois a été révisée à la baisse. De son propre aveu, M. Lisée a écarté les mesures dont le coût politique lui apparaissait trop élevé, notamment l’extension au niveau collégial des dispositions de la Charte de la langue française.

     

     

    En fin de semaine, les jeunes péquistes ont accepté de se plier au pragmatisme du nouveau chef. Ils ont renoncé aussi bien à ressusciter la charte de la laïcité qu’à imposer la fréquentation du cégep français aux allophones et aux francophones, même si le vote a été serré dans ce dernier cas.

     

    Le pragmatisme et la compromission peuvent cependant se confondre aux yeux de certains. M. Lisée a déclaré dimanche que le PQ était prêt à « se donner un électrochoc » pour se renouveler. Un électrochoc n’est pas de la médecine douce. S’agit-il d’un simple renouvellement ou d’une métamorphose qui ne laissera du PQ que le nom ?

     

    On connaît de plus en plus de choses que le PQ ne fera pas, mais le projet de société qui se dégage de la « proposition principale » appelée à remplacer le programme actuel semble moins chercher à faire rêver qu’à éviter de choquer. Il est vrai qu’on ne peut imposer à une population des orientations dont elle ne veut pas, mais un parti qui renonce à son identité peut difficilement être inspirant.

     

     

    Même si seulement 14 % de ses membres ont moins de 40 ans, soit 12 000 sur 89 000, M. Lisée soutient que le PQ « est en fait le parti le plus connecté sur la jeunesse du Québec ». Il est vrai qu’en chiffres absolus, ils sont plus nombreux qu’au PLQ, mais le tiers des votes que les statuts du PLQ accordent aux jeunes lors des congrès leur donne nettement plus d’influence.

     

    La connexion dont parle M. Lisée ne se traduit pas dans les intentions de vote. Selon le dernier sondage Léger-Le Devoir, réalisé à la mi-janvier, seulement 20 % des 18-24 ans avaient l’intention de voter pour le PQ, par rapport à 38 % pour le PLQ. La proportion de ceux qui voteraient oui à un référendum sur la souveraineté est même moins élevée dans cette catégorie d’âge (23 %) que chez les 65 ans et plus (26 %).

     

    De toute évidence, il y a là un sérieux défi, que le rapport du Paul St-Pierre Plamondon n’a pas cherché à minimiser.

     

    Attirer les jeunes sans faire fuir les baby-boomers, qui demeurent la base électorale du PQ, exigera cependant beaucoup de doigté.

     

    C’est la même hantise d’avoir été le parti d’une seule génération qui avait amené les militants péquistes à se précipiter dans les bras d’André Boisclair en 2005. Lui aussi voulait mettre le PQ au goût du jour, notamment en remplaçant le nationalisme dit ethnique (comprendre identitaire) par un nationalisme civique, plus inclusif. Il en a résulté une désagréable impression de « tasse-toi, mon onc’ » qui a contribué à la défaite de 2007.

     

    Dans son rapport, M. St-Pierre Plamondon constate que « les conclusions du rapport Laurendeau-Dunton n’ont plus aucun écho dans la nouvelle génération », qui a « un rapport à l’anglais différent de celui des boomers ». Il faut certainement se réjouir que les jeunes n’aient plus de sentiment d’infériorité en raison de leur langue, mais il y a certainement un problème si, dans leur esprit, l’indépendance est « synonyme de résistance au changement ». Le pire serait que, chacun de leur côté, les boomers et les jeunes générations en arrivent à ne plus savoir pourquoi ils devraient voter pour le PQ.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.