Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    «C’est l’heure critique» pour les transferts fédéraux en santé, dit Barrette

    16 février 2017 | Isabelle Porter à Québec | Québec
    Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.
    Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.

    Alors que la possibilité d’une entente avant le budget semble de moins en moins probable, le ministre de la Santé Gaétan Barrette interpelle la population pour faire fléchir le gouvernement libéral dans le dossier des transferts en santé.

     

    « Appelez votre député fédéral. Tout le monde, appelez-les, vos députés fédéraux de tous les partis, a-t-il lancé mercredi dans une mêlée de presse au parlement. C’est l’heure critique pour eux autres et l’opinion publique jugera. »

     

    Québec et Ottawa n’arrivent pas à s’entendre sur les transferts en santé, un dossier qui doit être bouclé avant le dépôt des budgets en mars. Le gouvernement Trudeau offre à Québec 2,5 milliards sur 10 ans, donc 230 millions cette année. Or ce n’est pas assez, juge Québec, qui s’attendait à recevoir 3 milliards.

     

    Le Québec a peu d’outils pour faire flancher Ottawa, concède M. Barrette. « Le gouvernement fédéral s’est donné une loi qui lui donne tous les pouvoirs en transferts en santé. Ils ont le bâton au complet. La seule chose qui peut les faire bouger, c’est l’opinion publique. »

     

    Le gouvernement Couillard n’est pas le seul dans cette situation. L’Ontario, le Manitoba, l’Alberta et la Colombie-Britannique sont dans la même impasse. Mercredi, M. Barrette a tenu à souligner que leur front commun dans ces négociations était « tout à fait uni ».

     

    Le ministre dit toutefois avoir des contacts directs avec Ottawa dans ce dossier pour faire progresser le dossier du Québec. « Nous avons des contacts avec le gouvernement fédéral. Je ne peux pas aller plus loin. […] Il y a des contacts avec toutes les provinces. […] Plus on approche du budget, plus il y a une décision qui doit être prise. »













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.