Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Langue

    Les irritants

    Michel David
    2 février 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Avant de livrer sa grande vision du Canada, à l’occasion du 150e anniversaire de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, le premier ministre Couillard aurait intérêt à méditer sur les récentes projections linguistiques de Statistique Canada, que les tragiques événements de Québec ont reléguées au second plan. Le moins qu’on puisse dire est qu’elles ne sont pas très encourageantes pour l’avenir du français.

     

    En mai dernier, son ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Jean-Marc Fournier, avait fait une vibrante apologie de l’état du français au Canada. Il y avait découvert un « appétit pour le français, une légitimité nouvelle ».

     

    Les chiffres de Statistique Canada devraient le ramener sur terre. Si le français recule au Québec, il est en chute libre dans le reste du pays. Les francophones dits « de souche », qui représentent actuellement 3,8 % de la population canadienne hors Québec, ne compteront plus que pour 2,7 % dans vingt ans. La Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada a parlé d’une « politique d’assimilation passive ».

     

    « Le 150e est le moment de rappeler que le français est la langue de l’exploration et de la fondation de notre pays », avait également dit M. Fournier. C’est surtout le moment de faire un bilan, et tout le jovialisme dont il est capable ne peut pas changer la réalité. Même en faisant passer de 2 % à 5 % la proportion d’immigrants en mesure de parler français dans les provinces autres que le Québec, ce qui est beaucoup plus facile à dire qu’à faire, il est clair que de moins en moins d’anglophones souhaitent le parler.

     

     

    On ne peut qu’admirer la lutte des francophones du reste du pays, dont le seul tort est d’être en nombre insuffisant, mais le premier devoir du premier ministre du Québec est d’assurer la pérennité du français au Québec même.

     

    Le responsable des données linguistiques à Statistique Canada, Jean-Pierre Corbeil, confirme que, « peu importe le scénario, on peut s’attendre à ce que la langue maternelle française perde de l’importance au Québec ». Selon les projections de l’organisme, la proportion des francophones de souche oscillera entre 69 % et 72 % en 2036, par rapport à 79 % en 2011. À Montréal, elle chutera de 48 % à 41 %. Cette tendance est irréversible, il n’y aura pas une autre « revanche des berceaux ».

     

    En cette ère de multiculturalisme, la « première langue officielle parlée » (PLOP) est le critère à la mode. Cela permet de rendre les chiffres moins alarmants. La proportion des Québécois dont la PLOP est le français diminuerait de 85,4 % en 2011 à environ 82 % en 2036. À Montréal, elle se stabiliserait autour des deux tiers.

     

    On peut toutefois se demander quel pourcentage de francophones de souche constitue une masse critique suffisante pour assurer le processus de francisation et dans quelle mesure on peut compter sur ceux dont le français n’est que la deuxième langue, voire la troisième, pour défendre sa préséance sur l’anglais, dont la force d’attraction est presque irrésistible dans un pays qui fait activement la promotion du bilinguisme.

     

     

    Si la diminution du nombre de personnes dont le français est la langue maternelle n’est certainement pas de nature à améliorer les choses, il serait totalement injuste de blâmer les immigrants, alors que les francophones de souche n’ont pas le courage de prendre les mesures requises.

     

    Certes, les décisions de la Cour suprême ont considérablement réduit la portée de la Charte de la langue française au fil des ans et l’enchâssement de la Charte des droits dans la Constitution en 1982 a diminué les pouvoirs du Québec en matière de langue. Les gouvernements successifs élus par les Québécois, y compris ceux issus du PQ, ont néanmoins choisi de ne pas resserrer les dispositions qui auraient très bien pu l’être.

     

    On s’est plutôt employé à éliminer les « irritants ». Par exemple, la Commission de protection de la langue française, que ses détracteurs qualifiaient de « police de la langue ». Quand il l’a liquidée une fois pour toutes, The Gazette a félicité le gouvernement Bouchard pour avoir tenu tête aux « fondamentalistes de la langue ». Quarante ans après l’adoption de la loi 101, la facilité avec laquelle il demeure possible non seulement de vivre, mais de prospérer en anglais au Québec est tout à fait remarquable.

     

    Jean-François Lisée a choisi de retirer les irritants du projet de loi 74, que le gouvernement Marois n’avait pas réussi à faire adopter, calculant que le coût politique pour le PQ serait disproportionné par rapport aux avantages pour le français.

     

    Il est certain que toute mesure le moindrement contraignante va indisposer ceux pour qui le français lui-même constitue un irritant. Il leur suffit d’être patients. En laissant les choses aller comme on le fait, le problème va se régler tout seul.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.