Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Conseil national du PQ

    Lisée veut lutter contre la pauvreté issue du fédéralisme

    16 janvier 2017 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    Jean-François Lisée s’engage à mettre en œuvre une politique d’achat québécois.
    Photo: Clément Allard La Presse canadienne Jean-François Lisée s’engage à mettre en œuvre une politique d’achat québécois.

    Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, promet de ne ménager aucun effort pour « extirper le Québec du cercle vicieux de pauvreté » dans lequel l’a plongé et le maintient le Rest of Canada (ROC).

     

    S’il est porté au pouvoir en 2018, il se révoltera notamment contre « la plus grande injustice économique [commise] envers le Québec de l’histoire de la fédération » c’est-à-dire l’octroi de faramineux contrats de construction de navires à des entreprises de Victoria et de Halifax au détriment de Chantier Davie de Lévis. « Je vous le dis : on va encore en parler dans 150 ans ! » a lancé M. Lisée lors du discours de clôture du conseil national du PQ dimanche à Québec. « Écoutez bien, près de 20 milliards des impôts québécois vont servir à créer d’excellents emplois à Victoria et à Halifax. Ensuite, les fédéraux vont nous accuser de ne pas créer autant d’emplois qu’eux, ils vont nous envoyer de la péréquation en nous accusant d’être les assistés sociaux du Canada », a-t-il poursuivi, s’écartant de la voie de la zénitude qu’il avait promis de suivre samedi.

     

    Fait inusité, sinon unique, l’allocution du chef péquiste — construite sur mesure pour les sympathisants de la Coalition avenir Québec — portait exclusivement sur l’économie. Pendant près de 40 minutes, M. Lisée a insisté sur la nécessité de déployer une politique de nationalisme économique « modernisée », assortie notamment d’un « Buy Québécois Act ».

     

    Il a mis en garde la population québécoise contre les contrecoups du repli protectionniste dans lequel s’enfonceront vraisemblablement les États-Unis au lendemain de l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche vendredi. « Autour de nous, sur ce continent, il n’y a pas que des enfants de choeur. Et il va falloir montrer du muscle, défendre nos emplois, nos parts de marché, pied à pied au cours des années qui viennent », a-t-il déclaré aux délégués rassemblés tout le week-end dans le centre des congrès du Québec.

     

    Politique d’achat québécois

     

    L’ex-ministre des Relations internationales s’engage à mettre en oeuvre une politique d’achat québécois « partout où c’est possible » dès le lendemain d’une victoire électorale.

     

    Le gouvernement péquiste enjoindrait par exemple aux géants du commerce en ligne de faire « prédominer » à la fois le « contenu francophone » et le « contenu québécois » dans les vitrines des magasins en ligne, a-t-il expliqué. À ceux doutant de la capacité du gouvernement du Québec à soumettre des multinationales américaines à une telle contrainte, M. Lisée a rappelé que les anciens ministres Gérald Godin et Louise Beaudoin ont respectivement réussi à « forcer les puissants majors américains à diffuser le même jour, au Québec, les versions française et anglaise des nouveaux films » et à « forcer les Microsoft et Apple à diffuser le même jour les versions française et anglaise des nouveaux logiciels ». « Pourquoi ? Parce qu’ils ont mis le poing sur la table ! », a résumé le chef péquiste devant un parterre de quelques centaines de personnes. S’il est porté au pouvoir, lui aussi mettra « le poing sur la table », a-t-il martelé tout en récusant l’étiquette de « protectionniste ».

     

    Las de la « naïveté néfaste » du gouvernement libéral en matière d’économie, M. Lisée a chargé dimanche l’ex-ministre des Finances Nicolas Marceau de rédiger la « politique d’achat québécois la plus robuste possible ». Il lui a aussi demandé de « proposer les meilleures façons » afin d’« accélérer la croissance économique durable du Québec » au moyen du Fonds des générations — dont la valeur comptable totale s’établissait à 8,5 milliards de dollars au 31 mars 2016. À ses yeux, la politique de placement du Fonds — qui est déterminée par le ministre des Finances avec l’aide de la Caisse de dépôt et placement du Québec — est à l’heure actuelle « trop conservatrice ». « [Cela dit], on ne peut pas faire n’importe quoi avec ça », a-t-il mentionné en conférence de presse.

     

    Voter bleu, c’est voter vert ?

     

    D’autre part, un gouvernement Lisée modifiera la Loi sur la Caisse de dépôt et placement du Québec afin de confier à l’équipe de son p.-d.g., Michael Sabia — ou à celle de son successeur — un « mandat explicite de développement économique régional et sectoriel », a-t-il promis. Selon lui, la Caisse doit retrouver l’« équilibre » privilégié par le premier ministre Jean Lesage entre « le rendement et le développement économique du Québec ».

     

    Malgré leur volonté de « tourner le dos au pétrole », les délégués ont gardé la porte ouverte aux projets d’exploitation pétrolière ou gazière bénéficiant de l’« acceptabilité sociale », comme le projet Galt, situé à 20 km à l’ouest de Gaspé. Ils ont cependant invité les élus péquistes à l’Assemblée nationale à « s’opposer » à « toute forme d’exploitation pétrolière et gazière qui aurait des impacts environnementaux plus importants que le pétrole et le gaz importés actuellement » y compris celle nécessitant des forages pétroliers « par fracturation ».

     

    Le Comité national des jeunes du Parti Québécois (CNJPQ) souhaitait voir le conseil général s’opposer sans détour à tous les forages pétroliers sur le territoire québécois. À la demande de l’état-major de la formation politique, il a toutefois dû édulcorer sa proposition avant de la soumettre aux délégués dimanche midi. « On ne pouvait pas aller plus bas que ça », a confié la présidente de la CNJPQ, Ariane Cayer, au Devoir.

     

    Par ailleurs, l’ex-chef du Parti vert Scott Mackay a tenté dimanche de dissuader les délégués d’adopter une proposition en faveur de l’élargissement de l’autoroute 30 à la hauteur de Brossard afin d’y « améliorer la fluidité des transports », mais en vain. Il s’agit d’une « fausse solution » : les autoroutes favorisent la « circulation », puis la « congestion » routière, a-t-il affirmé.

     

    Cette proposition semble, elle aussi, en contradiction avec l’ébauche de programme politique du PQ dévoilé durant le week-end. Dans cette « proposition principale », qui sera débattue au cours des huit prochains mois, la Commission politique préconise la mise sur pied d’une « stratégie de lutte contre l’étalement urbain et l’empiétement anthropique ».

     

    « Désormais, voter bleu, c’est voter vert », avait déclaré M. Lisée samedi, insistant par la même occasion sur la nécessité pour le PQ de gagner en « clarté », en « netteté » et en « constance ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.