Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le PLQ en panne

    Miroir des récentes élections partielles, on assiste à une véritable course à trois

    17 décembre 2016 |Guillaume Bourgault-Côté | Québec
    Philippe Couillard
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Philippe Couillard

    La baisse des appuis enregistrée par le Parti libéral du Québec (PLQ) lors des partielles du 5 décembre se confirme plus largement dans un sondage Léger-Le Devoir-Le Journal de Montréal, qui place les trois principaux partis dans un mouchoir de poche.

     

    Selon cette enquête réalisée en ligne du 12 au 15 décembre auprès de 1016 répondants, libéraux et péquistes auraient recueilli chacun 30 % des intentions de vote si une élection avait eu lieu cette semaine. Avec 26 %, la Coalition avenir Québec (CAQ) obtient son meilleur résultat depuis décembre 2014.

     

    Chez les francophones, le PQ obtient 36 % d’appuis, devant la CAQ (30 %) et à plusieurs longueurs du PLQ (20 %). La course à trois se mesure également dans la répartition régionale : les libéraux dominent à Montréal (36 %), le PQ est le choix des répondants en région (35 %), et la CAQ est la favorite à Québec (35 %).

     

    Les nouvelles ne sont pas réjouissantes pour les libéraux à l’approche des Fêtes. Dans la foulée d’un recul général de près de 10 points lors des quatre partielles de décembre (par rapport aux dernières élections), le PLQ enregistre son pire résultat chez Léger depuis les élections de 2012. Le taux d’insatisfaction frôle les 70 %, et Philippe Couillard arrive troisième dans la catégorie du « meilleur premier ministre » (quatre points derrière Jean-François Lisée et François Legault), là où il domine habituellement.

     

    De même, malgré les prétentions de M. Couillard voulant que les libéraux aient « sauvé le Québec », les Québécois ne voient pas la situation du même oeil. Ainsi, 39 % des répondants au sondage estiment que la situation au Québec est « pire » qu’il y a un an, alors que seulement 9 % perçoivent une amélioration. Le pessimisme règne aussi dans l’autre sens : 27 % des gens pensent que la situation sera encore « pire » dans un an.

     

    Les intentions de vote sont stables par rapport au dernier sondage Léger, publié le 12 novembre dans Le Devoir. Mais elles sont aussi en complète contradiction avec les résultats de la firme CROP dévoilés cette semaine dans La Presse, qui donnaient une avance de 13 points aux libéraux sur le PQ (38 % contre 25 %).

     

    Une comparaison entre les deux sondages montre aussi des écarts importants sur plusieurs indicateurs : vote francophone (CROP dénote une triple égalité) ; taux de satisfaction (seize points de plus chez CROP) ; meilleur premier ministre (avance de cinq points de Philippe Couillard chez CROP) ; vote en région (CROP donne les libéraux premiers, devant la CAQ).

     

    Mystère !

     

    La situation mystifie les analystes spécialistes des sondages — quelques semaines après une élection présidentielle américaine qui a soulevé plusieurs questions sur la capacité des maisons de sondage à bien lire l’opinion publique.

     

    « Qui a raison ? C’est soit l’un, soit l’autre, ou la moyenne des deux », répond Claire Durand, professeure à l’Université de Montréal et spécialiste de la méthodologie des sondages. « Je dirai qu’un sondage ne fait pas le printemps — surtout pas en décembre. Alors, attendons de voir. »

     

    Chez Léger, le vice-président Christian Bourque s’étonne lui aussi de l’écart entre les deux maisons de sondage — une situation qui perdure depuis deux sondages maintenant. « Trois fois sur quatre, nous avons généralement les mêmes tendances globales, note-t-il. Mais le résultat des partielles nous rassure par rapport à notre lecture » de la situation.

     

    Joint en après-midi, le président de CROP, Alain Giguère, était à court d’explications. « Les deux firmes font ça à partir de panels Web, les méthodes de recrutement de ces panels sont les mêmes [et celles de répartition des indécis aussi]… Je ne pourrais pas expliquer pourquoi on arrive à des résultats aussi différents », dit-il.

     

    Léger utilise son propre panel, alors que CROP « loue » le sien à la firme torontoise Research Now. Ceci peut-il expliquer cela ? « Non, parce que nous procédons comme ça depuis toujours,soutient M. Giguère. Et lorsque l’on compare les autres indicateurs de notre sondage avec nos sondages précédents, il n’y a pas de volatilité, sauf dans les intentions de vote. C’est d’une stabilité remarquable. »

     

    Mais M. Giguère rappelle un vieil adage : « Il faut toujours se méfier d’un sondage. Une fois de temps en temps, il y en a un qui n’aura pas de bon sens ou qui ira dans une direction inattendue. Mais deux de suite ? Je ne pense pas. »

     

    Le politologue Jean-Herman Guay, spécialiste de l’analyse de sondages d’opinion, fait valoir qu’il « faut toujours voir la tendance. Il y a toujours une anomalie dans une séquence, c’est normal. Les sondages donnent globalement des photographies qui sont largement imparfaites, mais qui ont leur utilité. Dans le cas présent, le résultat des partielles me fait penser qu’on est plus près d’une course à trois que d’une grande avance des libéraux. Mais on l’a bien vu avec les élections américaines : il faut prendre les sondages avec une certaine réserve. »

     

    Coalition ?

     

    Pour la deuxième fois en neuf mois, Léger a demandé aux répondants quel serait leur comportement si le Parti québécois formait une coalition avec l’un ou l’autre des partis d’opposition. Les résultats sont encore plus tranchés qu’en mars. Ainsi, une alliance PQ-CAQ récolterait 49 % d’appuis, 15 points devant les libéraux. Un électeur caquiste sur cinq préférerait toutefois voter libéral dans ce cas.

     

    Plus plausible comme scénario, une coalition PQ-Québec solidaire obtiendrait quant à elle 42 % d’appuis, 11 points devant les libéraux et 20 points devant la CAQ.

     

    Puisqu’il a été mené en ligne, le sondage Léger ne comporte pas de marge d’erreur officielle. Mais un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 %, dans 19 cas sur 20.

    Les intentions de vote
    Pour quel parti voteriez-vous?
    Parti décembre 2016 novembre 2016
    PLQ 30 % 31 %
    PQ 30 % 30 %
    CAQ 26 % 25 %
    QS 10 % 10 %

    Sondage Léger-Le Devoir-Le Journal de Montréal réalisé en ligne du 12 au 15 décembre 2016 auprès de 1016 personnes. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d'erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.