Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Terre-neuve, Muskrat Falls et Ottawa

    Valeurs canadiennes

    Antoine Robitaille
    31 octobre 2016 |Antoine Robitaille | Québec | Éditoriaux

    Une « déclaration d’indépendance face à la domination du Québec » : voilà comment, en 2010, Danny Williams, ancien premier ministre de Terre-Neuve, présenta le projet hydroélectrique Muskrat Falls. Six ans plus tard, c’est un tel fiasco que la faillite menace la petite province de quelque 530 000 habitants. Le fédéral, déjà impliqué, se dit ouvert à garantir d’autres emprunts. Le Québec rechigne ? Une ministre terre-neuvienne le somme de respecter les « valeurs canadiennes ». Devant cette « concurrence déloyale » à Hydro-Québec, le gouvernement Couillard devrait sortir de son bon-ententisme.


    Le projet de Muskrat Falls, dans le bas du fleuve Churchill, couplé à des lignes de transmission électriques sous-marines de quelque 200 km vers Terre-Neuve, puis la Nouvelle-Écosse, devait désenclaver le pays de Joey Smallwood. Un vieux rêve mégalomane allait enfin se réaliser : contourner le Québec pour vendre de l’électricité aux Américains via les Maritimes. Une revanche pour l’entente ruineuse de 1969 avec le Québec au sujet de l’électricité des chutes Churchill. Aux mépris des habitudes, voire de la Constitution (la production d’électricité est une compétence exclusive des provinces), le fédéral — en fait le gouvernement Harper qui souhaitait percer à Terre-Neuve… — mit le bras dans le tordeur, avec l’appui de tous les partis, sauf le Bloc : il offrit une garantie d’emprunt de 6,4 milliards de dollars. Un de ses prétextes était comique, venant de lui : « réduire substantiellement les émissions de gaz à effet de serre ».

     

    Trois ans plus tard, les ratés se multiplient : erreurs majeures de conception, accidents, mauvaise planification environnementale, manifestations autochtones, etc. La centrale devait produire de l’électricité dès 2017. L’échéance a été repoussée à 2019. La semaine dernière, de nouveaux délais se sont ajoutés : des manifestants autochtones ont réussi à obtenir que soient réévalués les risques de pollution au mercure.

     

    Les coûts explosent. L’« Hydro » de Terre-Neuve, Nalcor, se querelle avec Astaldi Canada, firme italienne embauchée pour construire le barrage (pour éviter d’avoir recours à des castors québécois, pourtant experts mondiaux en ces matières ?). Aucun contrat d’exportation ne se profile à l’horizon, admet Nalcor. De 6,2 milliards de dollars qu’ils devaient être au départ, on en serait, selon les dernières évaluations, à 11,4. Embauchée par le gouvernement terre-neuvien, Ernst & Young évoquait en avril un coût final de 15 milliards. D’où la demande de Terre-Neuve au gouvernement Trudeau : hausser, voire éliminer le plafond de la garantie d’emprunt, fixé à 6,4 milliards de dollars au départ.

     

    Dans une première réaction mercredi, le ministre « responsable des Relations canadiennes », Jean-Marc Fournier, a heureusement condamné la tentation du gouvernement Trudeau d’ajouter à la garantie d’emprunt. Toute nouvelle aide fédérale aggraverait une situation de « concurrence déloyale » déjà créée par le coup de pouce initial. Hydro-Québec, après tout, n’a jamais reçu un sou d’Ottawa pour construire ses barrages. La ministre des Finances de Terre-Neuve, Cathy Bennett, répliqua : elle s’est dite « déçue » de la sortie de M. Fournier, soutenant que « les valeurs canadiennes » devraient l’inciter à « soutenir nos voisins » et rappelant que le Québec touchait beaucoup de péréquation. Étrange quand même : Danny Williams voyait dans Muskrat Falls une « déclaration d’indépendance » par rapport au Québec. Maintenant, les « valeurs canadiennes » signifieraient que le Québec accepte que l’argent fédéral serve à concurrencer de façon déloyale des activités hydroélectriques que le Québec a développées sans l’aide des « voisins ». Comme il devrait accepter sans contrepartie l’aide à l’industrie automobile ontarienne, les contrats pour les chantiers navals dans les maritimes, l’aide à la forêt britanno-colombienne ?

     

    Semblant sonné par la réplique terre-neuvienne, M. Fournier, le jeudi, revint à son bon-ententisme habituel. Il refusa de réitérer l’opposition de Québec, de peur de soulever d’autres « polémiques », et interpréta l’appel aux valeurs canadiennes comme le « désir de travailler ensemble […] à cette activité commerciale qui est l’avenir de nos régions ».

     

    Qu’a-t-il donc voulu dire ? Qu’il serait prêt à abandonner les revendications québécoises afin d’éviter toute querelle ? Ce ne serait pas étonnant, quand on pense que M. Couillard, le 20 octobre, affirmait que son « devoir, comme premier ministre », était « d’avoir une bonne relation de travail avec la personne qui est premier ministre du Canada ». Comme le lui a rappelé à juste titre Jean-François Lisée, son devoir premier est de défendre les intérêts du Québec. Et une partie de ceux-ci sont en jeu dans le gâchis de Muskrat Falls.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.