Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Idées

    Faut qu’on se parle

    Malgré son immense potentiel, le Québec a de la difficulté à avancer

    29 septembre 2016 | Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois et Alain Vadeboncoeur - Respectivement économiste; agronome, rurale et militante; militante crie et étudiante en science politique à l’UQAM; auteur et militant; et urgentologue et auteur | Québec
    Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois et Alain Vadeboncoeur ont lancé mercredi «Faut qu'on se parle». 
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois et Alain Vadeboncoeur ont lancé mercredi «Faut qu'on se parle». 

    Au printemps dernier, le témoignage de François Marcotte a ému tout le monde. Ce résident de 43 ans dans un CHSLD, atteint de la sclérose en plaques, était contraint de se tourner vers la charité virtuelle pour se procurer une douche supplémentaire par semaine. Si cette histoire a tant marqué les esprits, c’est qu’elle illustre concrètement les conséquences des politiques d’austérité des dernières décennies : comment se fait-il qu’en 2016, un patient ait besoin de la générosité publique pour simplement vivre dans la dignité ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

     

    Périodiquement, lorsque les médias lèvent le voile sur une telle histoire-choc, on assiste à une levée de boucliers. Les réactions populaires à la suite de la fermeture du centre de désintoxication de Mélaric en sont un autre exemple. Nous n’avons donc pas perdu le sens de l’indignation ni celui de l’action collective, comme le montrent les nombreux mouvements citoyens des dernières années, de la mobilisation des parents pour protéger l’école publique à celle des citoyens de la vallée du Saint-Laurent contre l’exploitation du gaz de schiste.

     

    Ces débats et ces luttes ont permis à nombre de citoyens de faire entendre leur insatisfaction, et parfois de contribuer à changer les choses, mais force est de constater que la liste des propositions est plus courte que celle des doléances. Parce que si nous savons manifestement ce que nous ne voulons pas, savons-nous vraiment ce que nous voulons ? Autrement dit, au-delà de l’opposition à des projets et politiques néfastes, quel Québec voulons-nous construire ?

     

    C’est pour répondre à cette interrogation que nous lançons une vaste tournée de consultation citoyenne sur l’avenir du Québec. Cet automne, nous irons à la rencontre de nos concitoyens et concitoyennes, afin de leur poser dix questions urgentes sur l’avenir du Québec. Nous aborderons les grands enjeux qui sont les nôtres : démocratie, économie, place des régions, indépendance, éducation, santé, relations avec les Premiers Peuples, diversité, culture et climat.

     

    Nous sommes cinq personnes provenant de milieux et de générations différentes, mais nous partageons le même constat : malgré son immense potentiel, le Québec a de la difficulté à avancer. Pour sortir de cette situation, nous croyons qu’une grande discussion politique s’impose et qu’elle doit avoir lieu à l’extérieur des sphères partisanes. Si nous voulons nous remettre en marche collectivement, nous devons retourner aux racines de la vie politique : faut qu’on se parle.

     

    Pour ce faire, nous organiserons de grandes consultations publiques d’un genre nouveau. Finies les présentations interminables de conférenciers suivies de courtes périodes de questions. Grâce à une application que nous avons développée, nos consultations seront vraiment participatives. Nous serons surtout à votre écoute et nous prendrons le temps.

     

    Mais ce n’est pas tout. Nous lançons aussi une plateforme Web qui permet non seulement aux gens de nous faire parvenir leurs idées, mais aussi de nous inviter directement dans leur cuisine, afin de parler politique — au sens large du mot — avec nous. En mettant ainsi la technologie au service de la démocratie, nous donnerons la parole à des milliers de personnes, de toutes les régions et de toutes les origines, qui sentent que leur voix n’est pas suffisamment prise en compte dans les décisions de nos gouvernements et qui souhaitent participer à construire l’avenir.

     

    L’objectif de cet exercice démocratique unique est bien sûr de dresser un portrait de la situation, mais aussi, et surtout, d’en arriver à des propositions concrètes, originales et largement partagées, pouvant aider à façonner le Québec de demain.

     

    Notre vie politique a besoin d’une grande bouffée d’air frais. Il est temps d’ouvrir les fenêtres.

    Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois et Alain Vadeboncoeur ont lancé mercredi «Faut qu'on se parle».  Jean-Martin Aussant, Maïtée Labrecque-Saganash, Gabriel Nadeau-Dubois, Claire Bolduc et Alain Vadeboncoeur 












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.