Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le premier mandat

    Michel David
    10 septembre 2016 |Michel David | Québec | Chroniques

    Jean-François Lisée avait l’air d’un homme qui venait de gagner à la loterie quand il s’est présenté devant la presse entouré des quatre députés péquistes qui ont décidé de lui donner leur appui.

     

    Ce sont cependant les nouvelles bourdes du gouvernement Couillard qui ont apporté le plus d’eau à son moulin. À l’issue d’une autre semaine marquée par une rare indifférence à toute considération d’ordre éthique, bien des péquistes doivent commencer à penser qu’il devient en effet plus urgent de chasser les libéraux que de tenir un référendum.

     

    Depuis l’annonce de la vente de Rona à des intérêts américains, qu’elle avait présentée comme une bonne nouvelle, on sait que le jugement politique n’est pas la qualité première de la ministre de l’Économie, Dominique Anglade. Entendre le premier ministre Couillard cautionner lui aussi l’embauche d’un recherchiste de la CAQ surpris à voler des documents confidentiels, qu’il destinait vraisemblablement à son nouvel employeur, dépassait cependant l’entendement. Sa volte-face tardive a simplement démontré que ses réflexes sont aussi lents que sa morale est déficiente.

     

    Apparemment, il est devenu tout à fait normal que l’entreprise dont l’employé d’un ministre est devenu président sollicite — et obtienne éventuellement — une subvention de 3 millions de ce même ministère, même si cet employé a été promu entre-temps conseiller spécial du ministre. La caution du commissaire à l’éthique serait plus rassurante si son indulgence n’était pas aussi légendaire.

     

    Mettez-vous à la place des libéraux : après des années de magouille qui les ont forcés à former une commission d’enquête sur la corruption, ils n’ont été sanctionnés que par un bref séjour dans l’opposition avant de retrouver une confortable majorité à l’Assemblée nationale. Rien pour renforcer la vertu.

     

    Jean-François Lisée n’est pas le seul à être arrivé à la conclusion que la seule façon de leur imposer la cure éthique qu’ils méritent est de les priver de l’épouvantail référendaire qui devient leur argument ultime à chaque campagne électorale et qui les dispense de rendre des comptes. Le dernier arrivé dans la course, Paul St-Pierre Plamondon, est aussi de cet avis, et il est bien possible, voire probable, qu’Alexandre Cloutier finisse par s’y ranger d’ici les élections d’octobre 2018, même s’il ne dévoilera officiellement ses intentions que six mois avant. Seule Martine Ouellet exclut toute possibilité d’un report du référendum.

     

    Mme Ouellet a raison sur un point : même une promesse formelle de ne pas tenir de référendum n’empêchera pas les libéraux d’évoquer le spectre de l’indépendance, surtout si le PQ s’engage à la promouvoir de façon active. Les militants péquistes sont-ils prêts à tout mettre entre parenthèses pour battre les libéraux ?

     

    M. Lisée est très clair sur ce point : non seulement il n’y aura pas de référendum avant 2022, mais il n’y aura aucune démarche souverainiste durant un premier mandat et les fonds publics ne seront pas utilisés pour faire la promotion de l’indépendance.

     

    De passage au Devoir vendredi, M. Cloutier a laissé entrevoir un premier mandat qui, à défaut de référendum, réserverait des relations fédérales-provinciales passablement houleuses. D’entrée de jeu, le Québec se retirerait du Conseil de la fédération, dont le gouvernement Charest avait été l’instigateur, et n’entretiendrait que des relations bilatérales avec Ottawa. Le moins qu’on puisse dire est que cela créerait un certain froid.

     

    On peut également penser que les « actions fondatrices de l’État du Québec » qu’il projette ne soulèveront pas l’enthousiasme au Canada anglais. Les avis d’un éventuel Conseil constitutionnel québécois risquent fort d’entrer en contradiction avec ceux de la Cour suprême. M. Cloutier semble croire que le Québec pourrait imposer unilatéralement la loi 101 aux entreprises qui sont sous la juridiction fédérale, mais cela reste à voir. Et Ottawa accepterait au surplus de négocier une déclaration de revenus unique administrée par Québec ? Revenons sur terre.

     

    Chose certaine, tout cela ne facilitera pas le dialogue entre les « deux solitudes ». On entend déjà le premier ministre Couillard, indigné, mettre la population en garde contre ces semeurs de zizanie qui n’hésiteront pas à utiliser les fonds publics pour dresser les Canadiens — et les Québécois — les uns contre les autres.

     

    Pour éviter de lui donner des munitions, M. Lisée propose que les militants péquistes assument seuls, avec les moyens du bord, la responsabilité de la promotion de l’indépendance d’ici 2022, pendant que le gouvernement qu’ils auraient fait élire s’emploierait à réparer les dégâts causés par les libéraux, en espérant que la population soit impressionnée. C’est beaucoup leur demander. Peut-être trop.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.