Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Québec solidaire

    Françoise David clame la fin de la marginalité

    Le cinéaste Xavier Dolan appuiera officiellement le parti ce samedi

    28 mai 2016 |Marie-Michèle Sioui | Québec

    Québec solidaire lance son congrès et célèbre son 10e anniversaire avec le dévoilement d’un allié de taille : le cinéaste Xavier Dolan, fraîchement primé à Cannes, doit appuyer le parti publiquement, ce samedi.

     

    « C’est fini, f-i-i, n-ni-ni, la marginalité ! » a lancé la co-porte-parole du parti, Françoise David, dans une entrevue tenue vendredi à l’ouverture du congrès, à Montréal. « Avec la notoriété qu’il [Xavier Dolan] a acquise, le fait qu’il ose, que vraiment, publiquement, il dise dans une vidéo qu’il appuie Québec solidaire, j’ai juste envie de dire… merci. »

     

    C’était presque devenu un secret de Polichinelle, d’autant que le jeune cinéaste avait appuyé publiquement la solidaire Manon Massé lors de la campagne électorale de 2012, mais quand même : l’appui de Xavier Dolan vient sceller la légitimité du parti, selon Françoise David. « Québec solidaire est un parti crédible, respectable. Il est là pour rester et il y a un certain nombre de gens qui sont prêts à l’appuyer : c’est ça qui se passe en ce moment », a-t-elle observé.

     

    Xavier Dolan exprimera son appui par une vidéo. « Il ne sera pas sur place », a fait savoir la productrice de son plus récent film, Nancy Grant. À peine rentré de Cannes, l’artiste prend une pause des médias, a-t-elle ajouté.

     

    Parmi les autres personnalités publiques qui appuieront publiquement le parti samedi, il y a notamment les auteurs-compositeurs-interprètes Ariane Moffatt et Tomas Jensen, la comédienne Céline Bonnier, le rappeur Webster et le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

     

    Convergence : prudence

     

    Rencontrée quelques heures après le lancement de la campagne de Martine Ouellet à la chefferie du Parti québécois (PQ), Françoise David est restée campée sur ses positions à propos de la convergence des partis souverainistes. « On va mettre les choses bien, bien au clair par rapport à la convergence : quelle que soit la candidature au PQ, à Québec solidaire […], cette question sera résolue par nos membres », a-t-elle martelé.

     

    Oui, la députée solidaire suit la course. Mais ce n’est pas la mécanique référendaire qui la passionne le plus. « Je vous parle d’idées, de contenu. De quelle façon on va faire la souveraineté, je veux bien [en parler], mais quel projet y a-t-il derrière le mot souveraineté ? » a-t-elle demandé.

     

    Dans les locaux de l’UQAM, où a lieu le congrès pendant toute la fin de semaine, des militants ont abordé la question de la convergence en soulignant l’importance de continuer de « solidifier » Québec solidaire avant d’évoquer de possibles alliances. « C’est 10 ans [de travail] : vivons notre adolescence, notre préadolescence ! » a lancé un militant. « Je n’ai jamais vu des coalitions altruistes. Souvent, il s’agit de renforcer le gros et d’avaler le petit [parti] », a prévenu un autre.

     

    À plusieurs reprises, le projet de souveraineté du PQ a été qualifié de vague par les interlocuteurs, surtout des jeunes. Sur place, des délégués d’Option nationale et des Organisations unies pour l’indépendance — mais pas du Parti québécois — ont assisté aux échanges.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.