Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Vent de résistance contre Hydro-Québec aux États-Unis

    11 mai 2016 |Marco Fortier | Québec

    L’ambitieux projet d’exporter plus de 1090 mégawatts supplémentaires d’hydroélectricité du Québec vers le Nord-Est des États-Unis se heurte à une campagne sans précédent des producteurs d’énergie de la Nouvelle-Angleterre, qui disent craindre de perdre 30 % de leur marché.

     

    La New England Power Generators Association (NEPGA), qui représente 100 centrales produisant 84 % de l’électricité dans la région, se bat bec et ongles contre la présence accrue d’Hydro-Québec dans ce marché extrêmement lucratif.

     

    Dans une lettre ouverte publiée mardi dans le Boston Herald, le président de l’organisme fait valoir que l’État québécois livrerait une concurrence déloyale aux producteurs américains en « subventionnant » la production d’énergie. Il affirme que quatre des six dernières pénuries d’énergie en Nouvelle-Angleterre sont dues à des défaillances de transmission de l’hydroélectricité québécoise.

     

    « Le projet de loi sur l’hydroélectricité présenté à la législature de l’État est fait sur mesure pour Hydro-Québec et [son partenaire américain] Eversource — et payé par les résidants et les entreprises du Massachusetts. Il donnerait en sous-traitance le tiers de notre consommation d’électricité en vertu d’un contrat subventionné sur des décennies », écrit Dan Dolan, président de NEPGA.

     

    La société d’État a dû répliquer à ces affirmations au cours des dernières semaines, en émettant des communiqués en réaction aux sorties de NEPGA. « Nous rétablissons les faits », dit Gary Sutherland, porte-parole d’Hydro-Québec.

     

    Cet appel d’offres de trois États — Massachusetts, Connecticut et Rhode Island — pour fournir 5067 GWh d’électricité par an, sur une période de 15 à 20 ans, est une des grandes priorités d’Hydro-Québec. Le premier ministre Philippe Couillard s’est rendu à Boston en novembre dernier pour faire la promotion de l’hydroélectricité « propre » du Québec.

     

    Ces États se sont engagés à diminuer de façon importante leurs émissions de gaz à effet de serre, qui provoquent les changements climatiques. Le Massachusetts, par exemple, compte réduire ses émissions de GES de 25 % par rapport au niveau de 1990 d’ici 2020, et de 80 % d’ici 2050. Le gouverneur de l’État, Charlie Baker, a déclaré en septembre dernier que « l’hydroélectricité canadienne rendra la chose beaucoup plus facile ».

     

    La vache à lait d’Hydro

     

    Hydro-Québec fournit déjà environ 10 % de l’électricité du nord-est des États-Unis en vendant de l’énergie de façon ponctuelle, surtout lors des pointes de consommation des grands froids d’hiver et des grandes chaleurs d’été. Les exportations représentent une vache à lait qui a fourni près du tiers du bénéfice net de la société d’État en 2015, soit 902 millions sur des profits totaux de 3,1 milliards.

     

    Pour répondre aux besoins croissants de la Nouvelle-Angleterre, la société d’État québécoise et son partenaire américain, Eversource, comptent construire la ligne de transmission Northern Pass, entre le poste des Cantons, au Québec, et Deerfield, au New Hampshire, d’où elle rejoindra le système électrique de la Nouvelle-Angleterre. Il s’agit d’un projet de 1,6 milliard de dollars.

     

    Les producteurs américains d’électricité montrent du doigt quatre rapports de l’organisme indépendant ISO New England qui évoquent l’approvisionnement en hydroélectricité du Québec en lien avec des interruptions de courant récentes en Nouvelle-Angleterre. L’organisme souligne toutefois de façon plus large que les problèmes d’alimentation en électricité de la Nouvelle-Angleterre sont liés « à l’utilisation croissante de ressources dont le rendement et la disponibilité sont incertaines, soit des centrales au gaz naturel ne bénéficiant pas de dispositions fermes pour le transport ou l’entreposage du gaz et comptant sur du carburant acheté juste à temps », fait valoir Hydro-Québec.

     

    L’énergie du désespoir

     

    Pierre-Olivier Pineau, professeur titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, souligne que les producteurs américains d’électricité ont beaucoup à perdre avec la transition de la Nouvelle-Angleterre vers les énergies durables. C’est pourquoi ils se défendent avec l’énergie du désespoir.

     

    « Il n’y a plus de possibilités de croissance pour les centrales au gaz naturel, notamment, avec les contraintes environnementales que s’imposent eux-mêmes les États », explique-t-il.

     

    Depuis une quinzaine d’années, la part des centrales au gaz naturel dans la production totale d’électricité en Nouvelle-Angleterre est passée de 10 % à environ 50 %, souligne le professeur. Les États s’imposent désormais une transition vers l’hydroélectricité et l’éolien, notamment.

     

    Le discours de NEPGA, selon lequel le Québec « subventionne » l’électricité de ses consommateurs locaux par l’exportation aux États-Unis, « ne tient pas debout », fait valoir Pierre-Olivier Pineau. Le prix de l’hydroélectricité pour les clients résidentiels du Québec est fixé par la Régie de l’énergie. Hydro-Québec vend son énergie aux prix du marché aux États américains. La présence d’Hydro-Québec — un concurrent de taille dans ce marché — a sans doute « un impact à la baisse sur les prix en Nouvelle-Angleterre », rappelle le spécialiste.

     

    L’hydroélectricité coûte moins cher à produire que l’énergie issue des autres méthodes, souligne Pierre-Olivier Pineau. La production ininterrompue, par des barrages, a aussi l’avantage d’être prévisible et invulnérable à des facteurs comme l’approvisionnement en gaz, par exemple.

     

    En augmentant la part du marché d’Hydro-Québec, la ligne de transmission Northern Pass produirait des économies d’énergie de 170 millions par année en Nouvelle-Angleterre, selon une étude financée par Massachusetts Clean Energy Partnership, dont fait partie la société d’État québécoise.

     

    Les producteurs d’énergie américains citent une autre étude qui conclut à une facture supplémentaire de 777 millions par année pour les Américains, en raison notamment du contrat à long terme qui lierait les États à Hydro-Québec.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.