Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Québec dans une impasse politique

    L’opposition aux libéraux s’organise, mais le gouvernement Couillard se battra-t-il lui-même?

    2 avril 2016 |Marco Fortier | Québec
    L'Assemblée nationale du Québec
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne L'Assemblée nationale du Québec
    Ce texte fait partie de notre section Perspectives.

    Des voix s’élèvent pour déloger les libéraux de Philippe Couillard, qui restent en selle malgré leurs déboires éthiques. L’ex-député libéral Gilles Ouimet encourage le mouvement des « orphelins politiques » qui cherche à donner une voix aux fédéralistes progressistes. Zoom sur un paysage politique en ébullition.


    Alors, on résume : un parti qui forme le gouvernement depuis 11 des 13 dernières années, miné par des histoires pas trop nettes, se maintient au pouvoir devant une opposition affaiblie et divisée. Si des élections avaient lieu demain matin, ce parti — le Parti libéral du Québec (PLQ) — remporterait encore la victoire.

     

    Ce constat brutal — la domination sans partage des libéraux sur le paysage politique du Québec — commence à inquiéter pas mal de monde au Québec. Il est malsain en démocratie d’avoir un parti, peu importe lequel, capable de garder le pouvoir contre vents et marées, sans réel contrepoids.

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Philippe Couillard
     

    Les mésaventures du ministre Sam Hamad, empêtré dans une nouvelle histoire de financement politique et de pressions pour son « ami » Marc-Yvan Côté, marquent d’une tache de plus l’image du PLQ. D’autant plus que Marc-Yvan Côté, l’ex-ministre Nathalie Normandeau et d’autres proches du PLQ (et du Parti québécois) ont été arrêtés par la police deux semaines auparavant.

     

    Un constat brutal, donc. Pour reprendre une analogie avec le hockey, les libéraux sont seuls sur la glace. Les partis de l’opposition le savent. Ils parlent vaguement de s’unir, mais la politique étant ce qu’elle est, tous les partis tirent la couverture de leur côté.

     

    « Nous sommes en faveur d’une alliance : nous invitons les autres partis à se joindre à nous », répète-t-on au Parti québécois. Chez Québec solidaire et Option nationale, on n’est pas tout à fait emballé par cette main tendue ! L’idée d’une coalition est peut-être populaire dans la population, mais elle a de l’eau dans le gaz, c’est le moins qu’on puisse dire.

     

    « La mise en place d’une alliance ou d’une coalition entre partis d’opposition paraît très peu probable. Il faudra sans doute compter sur la traditionnelle alternance du pouvoir pour voir un changement de gouvernement », dit le politologue Guy Laforest, de l’Université Laval.

     

    « Les chefs ont des ego surdimensionnés qui nuisent aux rapprochements. Pierre Karl Péladeau et François Legault étaient les boss au sein de leurs entreprises avant de faire de la politique. Ils veulent rester les boss. Et on peut difficilement imaginer Québec solidaire s’allier à un parti dirigé par M. Péladeau », ajoute Guy Laforest.

    Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Pierre Karl Péladeau
     

    Bouillonnement politique

     

    Cet ancien souverainiste, qui a voté « oui » au référendum de 1995, a cessé de rêver à l’indépendance après ce deuxième refus d’un pays en 15 ans. Comme bien des indépendantistes, Guy Laforest a conclu qu’il vaut mieux se consacrer à des enjeux plus urgents. Il a été président de l’Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont, entre 2002 et 2004.

     

    Le professeur voit d’un bon oeil le bouillonnement politique provoqué par l’hégémonie des libéraux : l’ancien député péquiste Camil Bouchard (qui demeure souverainiste), par exemple, a déclaré la semaine dernière que le PQ devrait renoncer à militer pour l’indépendance.

     

    Pour Camil Bouchard et bien des observateurs, le quasi-monopole des libéraux sur le pouvoir s’explique facilement : la majorité des Québécois ne veut pas de référendum sur l’indépendance. L’argument électoral le plus payant du PLQ, depuis deux décennies, est de répéter qu’il n’y aura pas de référendum. Le Parti québécois (PQ) a beau répéter qu’il ne tiendrait un référendum qu’au moment jugé opportun, les électeurs préfèrent un parti usé à un parti souverainiste.

     

    L’avocat et auteur Paul St-Pierre Plamondon cherche lui aussi à « sortir le Québec de cette impasse démocratique ». Il s’apprête à lancer un mouvement des « orphelins politiques », le 19 avril. L’intellectuel de 39 ans ne se reconnaît dans aucun parti actuel. Il tente de mettre sur pied un mouvement progressiste qui mettrait de côté la question de l’indépendance pour se concentrer sur des enjeux qu’il juge plus importants, comme l’éducation.

    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir François Legault
     

    Un libéral intéressé

     

    L’appel à l’action de Paul St-Pierre Plamondon séduit même des libéraux. L’ancien député Gilles Ouimet, qui a démissionné en août dernier, a indiqué au Devoir qu’il observe avec intérêt le mouvement des orphelins politiques. « Je suis la carrière et les démarches de Paul St-Pierre Plamondon depuis une dizaine d’années environ. J’aime son dynamisme et plusieurs des idées qu’il défend avec passion et talent », écrit-il dans un courriel au Devoir.

     

    « Comme lui, je crois que l’avenir et le succès de notre société dépendent de l’engagement des jeunes, qu’il faut stimuler. J’ai participé à un des sommets de Génération d’idées [l’initiative précédente de Plamondon] en tant que mentor. Pour la suite, on verra (comme dit l’autre)… après le 19 [avril] », ajoute l’ex-élu libéral, qui a démissionné après avoir été exclu du Conseil des ministres de Philippe Couillard.

     

    Quelles seront les suites de la rencontre des « orphelins » ? Le mouvement peut rester un mouvement, devenir un parti politique en bonne et due forme ou se joindre à un parti existant, a expliqué Paul St-Pierre Plamondon au Devoir.

    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Françoise David
     

    Chose certaine, ces orphelins politiques ont du pain sur la planche, parce que le système électoral favorise le bipartisme. C’est pour ça que les jeunes partis comme l’ADQ, la Coalition avenir Québec (CAQ), Québec solidaire et Option nationale ont toutes les misères du monde à percer.

     

    Pour favoriser l’essor des petits partis, il faudrait changer le mode de scrutin pour introduire une forme de proportionnelle, croit Guy Laforest. Il est peu probable que ça arrive, parce que les libéraux au pouvoir n’ont aucun intérêt à encourager les partis adverses, estime le politologue.

     

    Par contre, un simple changement aux règles de l’Assemblée nationale aiderait les petites formations, fait valoir M. Laforest : il suffirait d’abaisser le seuil qui accorde aux partis des budgets et du temps de parole en Chambre. À l’heure actuelle, un parti doit faire élire 12 députés ou obtenir 20 % des voix pour jouir de ces privilèges parlementaires ; en Allemagne, le seuil est fixé à 5 %, rappelle le professeur.

     

    Des idées, s.v.p.

     

    Peu importe les règles parlementaires, les partis doivent d’abord et avant tout proposer des idées emballantes aux électeurs, estime de son côté Sol Zanetti, d’Option nationale. « Ça devient une espèce d’obsession pour tout le monde de remplacer les libéraux. Mais remplacer les libéraux, ce n’est pas un projet de société », dit le chef du parti fondé par Jean-Martin Aussant.

     

    Pour ON, les partis indépendantistes ont intérêt à s’unir. Une coalition souverainiste peut défaire les libéraux, comme l’a indiqué un récent sondage Léger. « Mais pour faire une alliance indépendantiste, il faut être indépendantiste : ça fait 20 ans que le Parti québécois a mis en veilleuse la promotion de l’indépendance ! » dit Sol Zanetti.

     

    Le OUI (Organisations unies pour l’indépendance) a entamé des discussions informelles auxquelles participent notamment le PQ, QS et ON. Sol Zanetti considère ces discussions comme un point de départ encourageant.

     

    Un vieil adage dit cependant que les partis au pouvoir contribuent eux-mêmes à leur défaite, surtout après plusieurs mandats. Les libéraux de Jean Chrétien l’ont appris à leurs dépens en 2006. Les conservateurs de Stephen Harper l’ont constaté à leur tour en octobre dernier. Les partis d’opposition à Québec considèrent que les libéraux de Philippe Couillard sont en voie de démontrer la véracité du proverbe.

    L'Assemblée nationale du Québec Philippe Couillard Pierre Karl Péladeau François Legault Françoise David












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.