Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Bouillonnement politique à Québec

    Des appels à fonder un nouveau parti et à mettre en veilleuse le projet indépendantiste du PQ se font de plus en plus entendre

    26 mars 2016 |Marco Fortier | Québec
    Un sondage Léger, publié dans «Le Devoir» et «Le Journal de Montréal», a révélé cette semaine qu’une forte majorité de Québécois a perdu confiance envers la classe politique.
    Photo: Andrew Cribb Getty Images Un sondage Léger, publié dans «Le Devoir» et «Le Journal de Montréal», a révélé cette semaine qu’une forte majorité de Québécois a perdu confiance envers la classe politique.

    Coup sur coup, deux appels à « refonder » la politique québécoise viennent de résonner. Devant la domination sans partage du Parti libéral du Québec (PLQ), l’ancien député péquiste Camil Bouchard invite même le Parti québécois (PQ) à mettre en veilleuse la souveraineté pour se concentrer sur la rénovation du modèle québécois issu de la Révolution tranquille.

     

    L’ex-universitaire et député péquiste croit que le Québec doit sortir du débat sur l’indépendance pour régler de toute urgence les problèmes sociaux qui s’aggravent sous le gouvernement libéral, selon lui. Par un curieux hasard, l’avocat et auteur Paul St-Pierre Plamondon, cofondateur du groupe Génération d’idées, tient exactement le même discours : il s’apprête à lancer un mouvement politique voué à devenir un parti en bonne et due forme, a appris Le Devoir.

     

    Le mouvement des orphelins politiques — qui cherche à mettre fin à l’hégémonie du PLQ mais ne se reconnaît dans aucun autre parti — doit tenir un premier rassemblement le 19 avril à Montréal. Ce soir-là, à l’Écomusée du fier monde, rue Amherst, Paul St-Pierre Plamondon et une dizaine de ses proches présenteront ce qui se veut un projet de société progressiste et nationaliste, sans être indépendantiste. Un peu comme la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, mais de centre gauche plutôt que de centre droit.

    Il faut se rendre à l’évidence: le Québec se trouve dans un cul-de-sac démocratique. Les libéraux peuvent demeurer au pouvoir jusqu’en 2022, et peut-être même jusqu’en 2026, parce qu’aucun des autres partis politiques ne semble capable de gagner contre le PLQ.
    L’avocat et auteur Paul St-Pierre Plamondon
     

    Ce mouvement des « orphelins » vise à fédérer les six électeurs sur dix qui ont tourné le dos au PLQ lors de l’élection générale d’avril 2014 (le PLQ de Philippe Couillard a été élu avec 41,5 % des voix). Cela passe nécessairement par un projet plus rassembleur que l’indépendance du Québec, qu’une majorité d’électeurs rejette sans équivoque, estime Paul St-Pierre Plamondon.

     

    « Il faut se rendre à l’évidence : le Québec se trouve dans un cul-de-sac démocratique. Les libéraux peuvent demeurer au pouvoir jusqu’en 2022, et peut-être même jusqu’en 2026, parce qu’aucun des autres partis politiques ne semble capable de gagner contre le PLQ », dit le fondateur du mouvement des orphelins.

     

    « On a aussi constaté, dans les sondages publiés par Le Devoir cette semaine, que les électeurs sont désabusés. Le niveau de confiance envers la classe politique est tellement bas que les candidats potentiels hésitent à se lancer en politique. Il y a plus de talent à l’extérieur des partis que dans les partis. On doit fonder un mouvement dans lequel la population peut avoir confiance », ajoute Paul St-Pierre Plamondon.

     

    Le référendum sur la voie d’évitement

     

    L’ancien péquiste Camil Bouchard, qui a siégé entre 2003 et 2010 à l’Assemblée nationale, fait le même diagnostic. Il est lui aussi convaincu que le Québec a besoin d’un parti progressiste qui mettrait de côté le projet souverainiste, seule façon de déloger les libéraux, selon lui. « Je pense qu’on a besoin d’une nouvelle proposition politique. Il faut se sortir de cette dynamique où on a un parti qui peut faire à peu près n’importe quoi et qui va être réélu, [même] en pleine commission Charbonneau », a dit Camil Bouchard à l’émission Bazzo.tv jeudi soir. Il a décrit lui-même sa sortie comme un « cri du coeur ». Il n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevue.

     

    L’ancien député péquiste reste indépendantiste, mais « la population n’est pas là présentement », estime-t-il. Au scrutin d’avril 2014, il a suffi que Pierre Karl Péladeau lève le poing en l’air en promettant un pays pour que les électeurs se réfugient au PLQ. La menace d’un référendum, même hautement hypothétique, est le meilleur argument électoral des libéraux, déplorent Camil Bouchard et Paul St-Pierre Plamondon.

     

    « Il faut avoir le courage de reconnaître qu’on est rendus là. Deuxièmement, il faut que le Parti québécois puisse se pencher sérieusement sur la question et se dire : “Est-ce que mon article numéro 1 [qui prône un référendum sur l’indépendance au moment jugé approprié par le gouvernement] est toujours correct ?” », a dit l’ex-député à Bazzo.tv.

     

    « Camus disait : “Si j’ai à sauver ma mère ou l’idéologie, je vais sauver ma mère.” Je pense qu’il faut sauver le bien-être des concitoyens québécois, ça presse. On a un gouvernement qui est fichûment à droite et au centre droit. Ce n’est pas un gouvernement du PLQ, c’est un gouvernement du PLQ et de la CAQ. Il y a trois ministres qui nous viennent de la CAQ et les deux plus gros ministères sont gérés par des caquistes », a ajouté Camil Bouchard.

     

    Protéger le modèle québécois

     

    Paul St-Pierre Plamondon a évoqué l’idée de lancer un mouvement politique dans son essai Les orphelins politiques, publié à l’automne 2014 chez Boréal. En entrevue avec Le Devoir, l’avocat aujourd’hui âgé de 38 ans avait souligné l’urgence de reconstruire la société québécoise en faisant de l’éducation la priorité absolue. Le Québec est une société analphabète : près d’un Québécois sur deux a de la difficulté à lire un simple article de journal.

     

    Malgré le soi-disant « réinvestissement » du gouvernement Couillard en éducation, les libéraux sont en train de sacrifier le modèle québécois, estime Paul St-Pierre Plamondon. « On a un besoin urgent de trouver une solution au cul-de-sac démocratique du Québec. Il faut être proactif par rapport au démantèlement des piliers de la société québécoise — les écoles, les CPE, le système de santé et les petits organismes qui font un travail très important, notamment dans les régions », dit-il.

     

    Le politologue Guy Laforest n’est pas étonné par le bouillonnement qui secoue le monde politique québécois. Un sondage Léger, publié dans Le Devoir et Le Journal de Montréal, a révélé cette semaine qu’une forte majorité de Québécois a perdu confiance envers la classe politique. L’arrestation de l’ex-ministre Nathalie Normandeau et de six autres personnages politiques proches du PLQ et du PQ a porté un dur coup à la crédibilité des élus. Signe que la crise de confiance fait mal aux libéraux, une coalition entre le PQ et un autre parti d’opposition aurait remporté un scrutin qui aurait eu lieu dans la dernière semaine, selon le sondage.

     

    Un nouveau parti aurait davantage de chance de gagner s’il prône le maintien du lien avec le Canada, estime Guy Laforest (qui a été candidat et vice-président de l’Action démocratique du Québec entre 2002 et 2004). « Entre 70 et 75 % des Québécois ont un attachement substantiel, très fort ou fort envers le Canada, en plus de leur attachement au Québec », indique le professeur dans un courriel transmis au Devoir.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.