Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le choix de la régression

    Michel David
    5 novembre 2015 |Michel David | Québec | Chroniques

    À en croire Jean-Marc Fournier, les Québécois auraient une fâcheuse tendance à l’hypocondrie. « Faut-il toujours ignorer que nous allons mieux ? » se désole le ministre des Affaires intergouvernementales et de la Francophonie canadienne dans une lettre ouverte publiée aujourd’hui dans notre section Opinions.

     

    On savait depuis longtemps que M. Fournier partage avec le premier ministre Couillard une même passion pour le Canada, mais il n’avait encore jamais exprimé aussi ardemment son souhait de voir le Québec ramené au statut de ce que le rapport Pelletier appelait le « foyer principal de la francophonie ».

     

    Il se désole du rappel incessant des batailles référendaires d’antan depuis une semaine, alors que nous devrions plutôt regarder vers l’avant en nous réappropriant notre appartenance canadienne. C’est pourtant lui qui propose un grand bond en arrière qui nous ramènerait à l’époque antérieure à la tenue des états généraux du Canada français, quand les Québécois ont cessé de se percevoir comme le plus gros contingent de la minorité canadienne-française et affirmé leur droit à l’autodétermination sur leur « territoire national ».

     

    À l’entendre, la notion même de territoire national devrait être abandonnée. « Mais si chez eux, c’était aussi chez nous » ? demande-t-il. L’option du « retour dans la famille canadienne », dont M. Fournier se fait maintenant le promoteur, est en réalité une régression, pour ne pas dire une démission.

     

    Jeudi dernier, jour anniversaire du référendum de 1995, M. Fournier participait au lancement du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique et il a eu une véritable illumination en entendant le maire de Moncton parler en français. « Ce matin, on découvre une autre perspective. Le monde a changé. Il s’est passé quelque chose qui nous a échappé. »

     

    « Le français n’est plus sur la défensive : il progresse », constate-t-il. En effet, cette nouvelle est passée complètement inaperçue. Certes, « ce n’est qu’un début », reconnaît M. Fournier, mais Rome n’a pas été bâtie en un jour, n’est-ce pas ? Dieu sait pourquoi, le ministre a senti le besoin d’inclure le dossier autochtone dans ce charabia. Apparemment, il est indissociable de la question linguistique.

     

    Certes, les communautés francophones hors Québec font preuve d’une résilience qui force l’admiration, mais leur assimilation demeure galopante. Il faut prendre ses désirs pour la réalité pour sentir « ce vent de changement dont nous sentons les effets tout à coup ».

     

    Encore la semaine dernière, la Cour suprême a refusé d’entendre l’appel de la commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest, qui demandait l’agrandissement de ses écoles et le contrôle de son processus d’admission. Malgré la belle solidarité à laquelle nous convie M. Fournier, son gouvernement s’était d’ailleurs opposé à cette requête.

     

    À ceux qui s’inquiètent du déclin des Montréalais de langue maternelle française, on oppose toujours que l’important est la proportion de ceux qui l’utilisent. M. Fournier se réjouit de la multiplication des classes d’immersion, mais il demeure que le pourcentage de Canadiens qui disent être en mesure de soutenir une conversation en français, souvent de façon exagérée et sans nécessairement avoir à le faire, a diminué dans toutes les provinces, y compris au Québec, entre les recensements de 2006 et de 2011.

     

    Il ne manque pas de culot pour évoquer la révolte tranquille des Québécois francophones, qui a permis de faire du français la langue de travail et d’enrayer l’anglicisation systématique des immigrants. Les libéraux se sont battus bec et ongles contre l’adoption de la Charte de la langue française. Aucune des dispositions du projet de projet de loi que le gouvernement Marois a tenté de faire adopter pour lui redonner un peu de mordant n’a trouvé grâce à leurs yeux. Cela fait aussi partie du passé que M. Fournier voudrait qu’on laisse derrière nous.

     

    Certes, il faudra bien que le grand retour de l’enfant prodigue soit éventuellement sanctionné de façon officielle. Le mot « Constitution » n’est pas tabou, assure M. Fournier, mais la formulation alambiquée à laquelle il a recours pour l’éviter dans sa lettre est tout à fait remarquable. « Viendra un moment, les couteaux sur la gorge remisés, la connaissance, le respect réciproque et la confiance retrouvée, où l’on signera, dans la formalité, une citoyenneté accueillant notre communauté nationale québécoise », écrit-il.

     

    Il a fallu un point de presse pour confirmer qu’il faisait bel et bien référence à une entente constitutionnelle. Le gouvernement Couillard n’a évidemment aucune intention de lancer lui-même une nouvelle ronde de négociations, pour laquelle il n’y a aucun appétit dans le reste pays, ni même au Québec. « Ce n’est pas une question d’échéancier, mais une affaire de volonté », fait valoir M. Fournier. C’est sans doute ce que Pierre Karl Péladeau répondra au premier ministre quand il le pressera de préciser ses intentions référendaires.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.