Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    La réplique › Loi 101

    Une autre vision de la francophonie canadienne

    8 octobre 2015 | Jean-Marc Fournier - Leader parlementaire du gouvernement et ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne et ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques | Québec

    Ils sont 2,6 millions de francophones et francophiles à l’extérieur du Québec. Ils se sont battus pour pouvoir étudier en français, travailler en français, vivre en français ; une bataille dont nous, Québécoises et Québécois, connaissons l’importance. Certes, il y a encore des défis à relever, mais il faut prendre conscience des avancées. Celles-ci doivent nous inspirer à envisager l’avenir avec confiance. Aujourd’hui, la multiplication des classes et écoles d’immersion des 40 dernières années et l’offre accrue de services gouvernementaux en français donnent une légitimité nouvelle à l’égard du français, partout au pays.

     

    L’Ontario souligne actuellement avec enthousiasme le 400e anniversaire de la présence française sur son territoire. Nos deux gouvernements ont signé, l’an dernier, une déclaration consacrant le français comme l’une des caractéristiques fondamentales de l’identité canadienne et se sont engagés notamment à la promotion d’une immigration en français au Canada ainsi qu’à la représentation de notre diversité francophone sur les ondes de Radio-Canada. Il y a quelques jours, le drapeau franco-ontarien était hissé partout en Ontario.

     

    Ils sont 2,6 millions : une force francophone que certains veulent ignorer pour promouvoir leur vision d’un Québec français séparé d’un Canada anglais. Ce n’est pas notre vision et ce n’est pas celle de 2,6 millions de nos compatriotesque certains, ici au Québec, au nom de la langue majoritaire et officielle de notre nation, préféreraient oublier.

     

    En vertu de la Loi sur les langues officielles, le français est d’ores et déjà obligatoire dans les institutions fédérales, pour celles et ceux qui souhaitent utiliser cette langue. Décréter qu’à l’avenir cette loi ne trouvera plus application au Québec entraînera des conséquences, au Québec et ailleurs au Canada. Ces conséquences seront-elles à l’avantage du français ? Y a-t-il une crise linguistique, au Québec, qui justifierait cet abandon de l’application de la Loi sur les langues officielles ?

     

    La réponse est non. Les progrès du français au Québec sont évidents, statistiquement démontrés. La menace que cet abandon ferait courir à la francophonie des autres provinces et territoires est connue. Les gains pour la promotion du français au Québec qui découleraient de cet abandon demeurent, eux, hypothétiques, et au mieux fort limités.

     

    Dans le cadre d’une analyse juridique réalisée pour le compte de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, en 2011, on peut lire que les changements proposés auraient certainement un impact négatif sur la francophonie canadienne : « Une telle reconnaissance fédérale au Québec — là où bien sûr le français est parlé par la majorité — pourrait certainement encourager le développement d’une jurisprudence asymétrique dans le domaine des droits linguistiques, au détriment des communautés d’expression française en situation minoritaire […] une telle tendance dans la jurisprudence encouragerait l’assimilation là où les communautés d’expression française sont les plus vulnérables. »

     

    Ils sont 2,6 millions : une francophonie canadienne bien réelle et forte de la vigueur avec laquelle ses compatriotes ont défendu et promu leur langue. Ils doivent pouvoir compter sur l’appui du Québec pour continuer à la faire grandir.

     

    Le français en terre d’Amérique doit continuer à être promu avec force. Nier qu’il se porte relativement bien au Québec est le fruit d’un aveuglement volontaire. Nier que tout doit être mis en oeuvre pour accompagner et soutenir nos compatriotes est une démission envers la langue française. Ils sont 2,6 millions. Nous en sommes fiers.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.