Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Anglophones et heureux au Québec

    Une génération plus tard

    Les vieilles cicatrices des «votes ethniques» semblent en voie de guérison

    6 juin 2015 |Marco Fortier | Québec
    Toula Drimonis est en quelque sorte devenue un pont entre le Québec francophone et le reste du pays.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Toula Drimonis est en quelque sorte devenue un pont entre le Québec francophone et le reste du pays.
    Notre dossier sur Jacques Parizeau (1930-2015)


      Ce texte fait partie de notre section Perspectives.
    La mort de Jacques Parizeau a rouvert de vieilles cicatrices chez bien des anglophones et des allophones. Mais 20 ans après la déclaration sur « l’argent puis des votes ethniques », une certaine paix linguistique semble s’installer. Zoom sur ces anglos qui se sentent chez eux au Québec.
     

    Le soir de la mort de Jacques Parizeau, Toula Drimonis a passé une partie de la nuit sur Facebook et sur Twitter à répondre aux insultes proférées par des « angryphones » contre l’ancien premier ministre. « Je n’en revenais pas du ton hargneux contre Monsieur Parizeau, dit-elle. Je leur disais : “Un peu de respect, s’il vous plaît ! Regardez les faits, Jacques Parizeau a été un des bâtisseurs du Québec moderne.” »

     

    Cette journaliste montréalaise d’une quarantaine d’années est devenue une sorte de pont entre le Québec francophone et le reste du pays. Elle s’est donné comme mission d’expliquer le Québec à ceux qui le comprennent mal. Et ils sont nombreux.

     

    « Revenez-en, des déclarations de Jacques Parizeau sur l’argent et des votes ethniques », a-t-elle écrit en anglais dans une chronique retentissante sur le site Headspace, le 2 juin. Elle a dit la même chose aux auditeurs de CJAD, la talk radio montréalaise : « Get over it ! »

     

    « C’est toujours rentable pour les médias de donner la parole aux grandes gueules et aux extrémistes. La réalité est pas mal plus ennuyeuse : la réalité, c’est que la vie est belle au Québec », dit-elle dans un français impeccable.

     

    Nous sommes assis dans l’herbe, à l’ombre d’un grand arbre, près du canal de Lachine, à deux pas du marché Atwater. Toula Drimonis habite ici, dans l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal. L’entrevue se déroule dans un français ponctué de phrases en anglais et même en grec, la langue de ses parents. Le français est sa troisième langue.

     

    Née à Montréal, Toula Drimonis a vécu dix ans en Grèce, à Sparte, la cité antique renommée pour sa puissante armée. Elle fait partie de ces « citoyens du monde » qui sont à l’aise à peu près n’importe où sur la planète. Mais quand on lui demande où elle se sent chez elle, la réponse tombe sans hésitation : « Je suis chez moi ici au Québec. Je suis d’abord québécoise. Quand je vais à Calgary, je me dis : “J’aimerais mieux mourir que de vivre ici !” »

     

    Par choix

     

    Toula Drimonis serait-elle comme beaucoup de « pures laines » ? Elle n’a pas de lien émotif avec le Canada. Un attachement raisonnable, raisonné, mais pas viscéral. Elle ne veut quand même rien savoir d’un Québec indépendant. Ça ne l’empêche pas d’appuyer un parti souverainiste : elle a déjà voté pour Québec solidaire.

     

    « Les libéraux ne me représentent pas du tout. Le Parti québécois non plus. Je n’ai jamais, jamais, jamais voté pour le PQ. Je me méfie de ce parti qui ne représente pas mes intérêts comme anglophone et allophone. Mais je considère que je n’ai pas à voter en tant que fédéraliste ou souverainiste : je vote en tant que Québécoise », dit-elle.

     

    Et si le Québec devenait indépendant ? Il faut bien lui poser la question. « Je resterais ici en cas de victoire du Oui. C’est chez moi. N’oublie pas une chose : les anglophones et les allophones qui sont au Québec sont ici par choix. Parce qu’ils sont bien ici. Because they feel this is their home. »

     

    Et ceux qui s’en vont à Toronto, comme l’acteur Jay Baruchel, ont bien le droit de le faire sans qu’on monte sur nos grands chevaux, croit Toula Drimonis. « Il n’y a pas un anglophone qui n’a jamais pensé à quitter le Québec ! C’est juste une question d’opportunité : c’est plus facile d’aller vivre ailleurs en Amérique du Nord quand on maîtrise l’anglais. J’y ai déjà pensé, mais je suis bien à Montréal. J’aime l’ouverture d’esprit des Québécois, le respect pour la diversité d’opinion, l’ouverture aux gais, l’amour de la culture. On aime la vie au Québec. »


    Accalmie

     

    On est loin des discours apocalyptiques entendus au lendemain du référendum de 1995 — les anglos et les allophones sont encore traumatisés par la déclaration de Jacques Parizeau sur « l’argent puis des votes ethniques ». Le débat sur la charte des valeurs, il y a deux ans, a aussi réveillé les craintes des minorités — et même d’une bonne partie de la majorité francophone —, rappelle Antonia Maioni, professeure au Département de science politique de l’Université McGill. Mais globalement, la paix linguistique règne au Québec, selon elle.

     

    « La communauté anglophone s’est taillé une place confortable dans le Québec du XXIe siècle », dit-elle. On assiste à la montée d’une génération d’anglophones qui sont à l’aise au Québec. Les quartiers centraux de Montréal — y compris les arrondissements francophones comme Villeray ou Rosemont — attirent un nombre croissant de jeunes anglos d’un peu partout, y compris du Canada anglais, attirés par la « renaissance » du mode de vie urbain, explique Antonia Maioni.

     

    « Les anglophones sont à l’aise au Québec, confirme Peter Trent, maire de Westmount. De plus en plus de mes amis, surtout les plus jeunes, sont très à l’aise de vivre en français et au Québec. Moi-même, si je n’aimais pas la langue française, je ne resterais pas au Québec ! »

     

    « Je pense qu’on entre dans une période où les distinctions entre anglophones et francophones s’estompent, deviennent de moins en moins importantes », ajoute Peter Trent.

     

    L’homme d’État

     

    « Quand je suis arrivé au Québec en 1968 [de l’Angleterre], c’était ridicule : la minorité anglaise était en charge de tout ! Et les anglophones n’étaient pas vraiment bilingues », se souvient Peter Trent.

     

    Le maire de Westmount a le plus grand respect pour Jacques Parizeau, qui a contribué à sortir les Québécois francophones de leur misère. D’abord comme enseignant et comme haut fonctionnaire, puis comme ministre des Finances et premier ministre, « Monsieur » Parizeau a été l’un des fondateurs de l’État québécois. Peter Trent a vu naître ce Québec moderne avec la Révolution tranquille.

     

    « Monsieur Parizeau était un homme d’État dans tous les sens du terme, dit Peter Trent. C’était un homme poli, raffiné, cultivé. Même si on était aux antipodes sur le plan politique, ça n’a eu aucune influence sur nos relations, qui ont toujours été cordiales. Je disais à mes collègues anglophones : “Vous n’êtes pas d’accord avec Jacques Parizeau, mais la moitié des Québécois au moins veulent avoir leur propre pays. Si on n’aime pas ça, on n’a qu’à ne pas être au Québec. Ça ne nous empêche évidemment pas de défendre le fédéralisme avec conviction.” »


    Communauté aux aguets

     

    Les anglophones ont beau se sentir à l’aise au Québec, ils tiennent à leurs institutions, rappelle le maire de Westmount. La communauté anglo est aux aguets pour assurer l’avenir de ses commissions scolaires et la gestion de ses écoles. « La gestion et le contrôle des conseils scolaires des minorités sont un droit garanti par la Constitution », souligne Sylvia Martin-Laforge, directrice du Quebec Community Groups Network (QCGN), qui défend la minorité anglophone.

     

    La remise en question des élections scolaires par le gouvernement Couillard inquiète la communauté. La réforme du système de santé par le ministre Gaétan Barrette soulève aussi beaucoup de questions. Pas question de laisser « l’austérité » emporter les droits des anglophones. « Je parle français, mais je suis une anglophone, dit Sylvia Martin-Laforge. Si je dois me faire soigner à l’hôpital, j’ai besoin que ça se fasse en anglais. »

     

    Personne ne le dit ouvertement comme ça, mais les anglophones se sentent pris en otage par le Parti libéral du Québec (PLQ). Comme les anglos votent massivement libéral, ils ont l’impression que les gouvernements libéraux les tiennent pour acquis. Le premier ministre Couillard refuse ainsi de nommer un responsable de la communauté anglophone au gouvernement, malgré la présence de deux anglos au conseil des ministres. Le gouvernement Marois avait pourtant nommé Jean-François Lisée comme interlocuteur de la communauté anglophone, rappelle Sylvia Martin-Laforge : « Il prenait son travail très au sérieux. »

     

    « Et je vous rappelle qu’on n’a pas été invités [par les libéraux] à la commission parlementaire sur la politique de diversité et d’inclusion. C’est quand même ironique : on est exclus de la commission sur l’inclusion ! », ajoute-t-elle.

     

    Ça revient peut-être à ce que dit Peter Trent : les anglophones et les allophones deviendraient un segment de population comme les autres. « Les sondages démontrent qu’ils ont les mêmes priorités que les francophones : l’économie, la santé et l’éducation », explique Jack Jedwab, directeur général de l’Association d’études canadiennes. « On sent une espèce de fatigue chez un large segment de la population. Comme si les anglophones, les allophones et les francophones avaient d’autres priorités que de faire de l’activisme politique. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.