Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chefferie du PQ

    Ouellet rapatrie des orphelins de Drainville

    La députée de Vachon a officialisé sa candidature en prônant une «social-démocratie verte»

    27 avril 2015 |François Lévesque | Québec
    «Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes», a affirmé Kathleen Nadeau-Richard.
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir «Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes», a affirmé Kathleen Nadeau-Richard.

    C’était une formalité. Dimanche en fin d’avant-midi, Martine Ouellet a rencontré Jacques Léonard, président de la course à la chefferie du parti québécois, officialisant du coup sa candidature. Flanquée de nouveaux appuis venus du camp de Bernard Drainville, qui a récemment déclaré forfait, Mme Ouellet s’est présentée comme porte-étendard d’une « social-démocratie verte ».

     

    « Notre équipe fait la meilleure course au niveau des idées, a d’entrée de jeu affirmé la députée de Vachon. Au niveau de la clarté aussi. Je suis la candidate pour la social-démocratie verte et pour la réalisation de l’indépendance avec une démarche transparente dans le premier mandat. Les appuis s’additionnent », a-t-elle poursuivi en rappelant notamment la sortie à ses côtés vendredi des représentants de quatre centrales syndicales.


    « Au mois de février, j’ai reçu des appuis de l’équipe de Jean-François Lisée. Aujourd’hui, j’en reçois de l’équipe de Bernard Drainville. »

     

    Il s’agit de Christian Sicotte Généreux, président du PQ dans Saint-Henri–Sainte-Anne, du de SPQ Libre et de Kathleen Nadeau-Richard, présidente régionale jeune pour la Montérégie.

     

    Pour le premier, c’est entre autres la « profondeur de vision et de champ dans les propositions », sa « connaissance de l’économie », et sa « rigueur politique et intellectuelle », qui justifient son adhésion.

     

    « Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes, a ajouté la seconde. Elle a toutes les caractéristiques d’une leader. Elle est la seule femme à s’être présentée à la course à la chefferie. J’appuie totalement ses idées au niveau des travailleurs, de la retraite, des jeunes, de l’environnement, et surtout de son plan pour l’indépendance. »

     

    Question de chiffres

     

    Encore récemment tous deux de l’équipe Drainville, ces derniers ont d’évidence refuser de se rallier à l’équipe de Pierre Karl Péladeau, contrairement à M. Drainville. Favori dans la course, l’ex-président de Québecor a d’ailleurs été jugé imbattable tant par Bernard Drainville que par Jean-François Lisée avant lui. Les « chiffres » compilés par l’un et l’autre aspirants déchus leur auraient en effet clairement indiqué que la lutte était vaine. Martine Ouellet dispose-t-elle d’autres données, ou alors, les lit-elle autrement?

     

    « On ne les lit pas de la même manière. Et, vous savez, les sondages, ça change vite. Si les sondages avaient été fiables à l’époque, nous serions au gouvernement actuellement et ce serait pas mal mieux pour le Québec. On ne ferait pas du saccage comme le font les libéraux, a déclaré la candidate dans un élan de passion. Moi, je veux vraiment recentrer le Parti québécois sur la social-démocratie verte et sur l’indépendance. Je veux qu’on s’assume. C’est la seule façon de gagner tant [l’élection] en 2018 que l’indépendance. Je suis la candidate qui a la meilleure connaissance de l’État pour être capable de passer du rêve à la réalité, il faut savoir concrétiser les idées ; savoir les faire atterrir sur le terrain », a-t-elle fait valoir en réitérant son intention de faire campagne jusqu’au bout.

     

    « On poursuit avec le premier tour et on va travailler fort afin qu’il y en ait un deuxième. »

     

    Pour autant, la porte-parole du PQ en matière de transports, d’électrification des transports et de stratégie maritime n’a pas formellement écarté la possibilité d’une alliance avec l’un des quatre candidats, Alexandre Cloutier, donné « solide deuxième » derrière Pierre Karl Péladeau.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.