Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La revanche de la génération X

    Le déclin des baby-boomers annonce une possible remise en question de l’État providence

    21 avril 2015 |Marco Fortier | Québec
    La génération X détiendra la «balance du pouvoir» pour les 15 à 20 prochaines années.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La génération X détiendra la «balance du pouvoir» pour les 15 à 20 prochaines années.

    C’est comme un tremblement de terre électoral. Dans trois ans, aux élections provinciales de 2018, les baby-boomers auront cessé de former le plus grand groupe d’électeurs au Québec. La perte d’influence de cette génération vieillissante risque d’emporter avec elle le plus grand consensus du dernier demi-siècle, celui de l’État providence qui réduit les inégalités sociales.

     

    Après avoir dominé la société québécoise durant des décennies, la génération des baby-boomers ne formera plus que le tiers de l’électorat en 2018, a calculé le professeur François Gélineau, titulaire de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires à l’Université Laval.

     

    À ce moment précis, qui correspond par hasard aux prochaines élections provinciales, les trois grandes générations, celle des Y (nés après 1980), des X (nés entre 1960 et 1979) et des baby-boomers (nés avant 1960) seront égales. Elles formeront chacune le tiers des électeurs. Mais les baby-boomers vieillissent rapidement et céderont la place aux plus jeunes dans les années suivantes.

     

    Résultat : la génération X, prise en sandwich depuis toujours entre les baby-boomers et les jeunes du nouveau millénaire, détiendra la « balance du pouvoir » pour les quinze à vingt prochaines années. Cela risque d’ébranler les fondements de la société québécoise, parce que les 35-54 ans ont des valeurs plus éclatées que celles de leurs aînés, explique François Gélineau.

     

    « On assistera à la revanche de la génération X. On entre peut-être dans une période de transition où il n’y a pas de grand consensus qui émerge », dit-il.

     

    Deux décennies pour les X

     

    Le professeur de science politique et ses collègues ont établi le profil de tous les électeurs québécois depuis les élections provinciales de 1985. Avec la collaboration du Directeur général des élections du Québec, les chercheurs ont pu consulter le profil de 50 000 à 200 000 électeurs lors de chaque rendez-vous aux urnes. Ils ont pu classer les électeurs qui votent par catégorie d’âge.

     

    François Gélineau et son équipe ont découvert qu’entre le déclin des baby-boomers et la montée en puissance de la génération Y, les X auront leur moment de gloire durant plus ou moins deux décennies, jusqu’à la fin des années 2030.

     

    À ce moment-là, dans une vingtaine d’années, la génération du baby-boom représentera à peine un électeur sur cinq. Tout un changement par rapport à la deuxième moitié du XXe siècle : le puissant bloc des baby-boomers, nés dans l’euphorie de l’après-guerre, a représenté plus de 50 % des électeurs jusqu’en 2003. Ils continueront de former le plus gros contingent d’électeurs jusqu’en 2018, moment où les trois principales générations auront un poids égal.

     

    En 2034, la génération Y (qui a aujourd’hui entre 18 et 34 ans) représentera la majorité des électeurs et aura beaucoup de pouvoir, comme les baby-boomers durant le dernier demi-siècle. D’ici là, à compter de 2018, ce sont les X qui détiendront la balance du pouvoir, devant des boomers vieillissants et la jeune génération en pleine croissance, mais qui exerce peu son droit de vote.

     

    Un modèle remis en question

     

    Ce règne de la génération X annonce une remise en question encore plus prononcée qu’aujourd’hui du modèle québécois des cinquante dernières années, qui favorise la redistribution de la richesse par des impôts élevés. Les X, qui ont entre 35 et 54 ans, semblent moins préoccupés que les autres générations par les inégalités entre riches et pauvres, a démontré un récent sondage Léger mené pour l’Institut du Nouveau Monde (INM) ; 20 % des 35-54 ans ne sont pas préoccupés par les inégalités, comparativement à 12 % des 18-34 ans et 14 % des 55 ans et plus.

     

    « La génération X est arrivée sur le marché du travail en pleine crise économique au début des années 80. Le taux de chômage était à 24 %. On leur a dit : “tu dois te débrouiller sans l’État”. C’est une génération qui a été exposée à l’échec de l’État providence au début de sa vie adulte », souligne Michel Venne, directeur de l’INM. L’étude de François Gélineau sur la revanche de la génération X a été publiée dans L’état du Québec 2015, que vient de publier l’INM.

     

    « La génération des baby-boomers, elle, a assisté à la naissance et au déploiement de l’État providence québécois durant la Révolution tranquille. Ce vaste consensus social risque de perdre du terrain avec le vieillissement des baby-boomers, qui s’accélérera à compter de 2018 », ajoute Michel Venne.

     

    Ces changements démographiques risquent de favoriser l’émergence de nouveaux partis politiques, note François Gélineau. La montée de la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault, elle-même issue de l’Action démocratique du Québec (ADQ) de Mario Dumont, montre la pression subie par les « vieux partis » politiques.

     

    « Il reste à voir de quel côté pencheront les membres de la génération X, dit François Gélineau. Seront-ils assez nombreux à rester fidèles au modèle de solidarité hérité des baby-boomers ou seront-ils plus individualistes, comme la génération Y ? Tout porte à croire que la génération X est divisée sur les grands enjeux comme la santé, l’éducation et les retraites. On peut penser que les consensus sociaux deviendront plus rares. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.