Le contrôle d’Ottawa sur l’immigration fait des Néo-Québécois des fédéralistes, estime Maka Kotto

Maka Kotto
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Maka Kotto

Le député péquiste Maka Kotto n’en démord pas : Pierre Karl Péladeau a raison sur le fond. Les immigrants, plongés à leur arrivée dans la symbolique canadienne, entrent dans le giron fédéraliste. Par contre, l’obstacle pour les souverainistes n’est pas l’immigration, mais le système d’immigration contrôlé par Ottawa.

 

« Ce ne sont pas les immigrants qui sont en jeu, c’est le système taillé sur mesure pour isoler […] les francophones du Québec », a commenté Maka Kotto lors d’une mêlée de presse vendredi, avant de prendre part à une interpellation de la ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Kathleen Weil, à l’Assemblée nationale.

 

« Il y a un système qui fait en sorte que, quand on vient de l’étranger, tous les symboles [qu’on] traverse nous inculquent de façon subliminale, je dirais, une notion d’appartenance au Canada, pas au Québec », a souligné le député de Bourget, qui a dit parler de son expérience quand il y a un peu plus de 20 ans il a fait les démarches pour immigrer au Canada. L’immigrant est « loyal » à cette symbolique, d’autant plus qu’il prête serment pour obtenir sa citoyenneté. « Le Québec n’a pas de structure pour répondre à la compétition fédérale. » C’est l’ambassade du Canada qui délivre le visa, les douanes canadiennes qui accueillent l’immigrant, les autorités fédérales qui accordent le statut de résident permanent, a rappelé le Camerounais d’origine.

 

Ce système, « c’est un obstacle en soi » pour les souverainistes. « Le sentiment d’appartenance, il va être au Canada, pas au Québec. Ça demande beaucoup d’efforts, une volonté pour que des néo-Québécois, des Québécois d’adoption fassent le pas vers le mouvement souverainiste », a fait valoir le député de Bourget. Le débat doit se faire, selon lui.

 

Lui-même, à son arrivée au Québec, fut « intégré à la sphère fédéraliste ». Il a même milité pour le Parti libéral du Québec. « Ç’a pris cinq ans pour m’amener à voir la complexité de la question nationale », a-t-il relaté. Il a fallu qu’il rencontre Pierre Falardeau qui lui a expliqué la situation du Québec « en faisant des parallèles avec l’Afrique, l’Amérique latine où des gens se sont battus pour leur liberté ».

 

« Nous ne contrôlons pas notre immigration, avance Maka Kotto. Le Québec joue un rôle mineur dans le processus d’immigration et d’intégration. »

 

Que le Canada, avec ses symboles, accueille les immigrants à leur arrivée, et non pas le Québec, « c’est quoi le problème ? » a dit Kathleen Weil. « C’est normal, on est dans un pays, le Canada, a-t-elle dit. Ils sont heureux d’être au Canada ; il faut le savoir. »

 

Ce fut toujours le cas, a-t-elle rappelé. « Je suis fédéraliste. Alors, moi, je ne peux pas vous dire que c’est un problème. »

20 commentaires
  • Nephtali Hakizimana - Inscrit 21 mars 2015 01 h 50

    Et M. Maka Kotto a raison

    Ne vous en déplaise!

    • Pierre Bernier - Abonné 21 mars 2015 11 h 04

      « CQFD» ... pour "Ce Qu'il Faut Dire " sur les dispositifs qui régissent l'immigration et leurs effets ?

  • Cyr Guillaume - Inscrit 21 mars 2015 04 h 23

    M.Koto à raison à 200%

    Évidement que Mme Weil va trouver ça normal, n'importe quel fédéraliste trouverait ça normal, quitte à minoriser les francophones dans leur propre domaine, et surtout à Montréal. Il faut contrer la propagande autrement, et ce ne sera pas évident pour les indépendantiste sous un gouvernement libéral. Le meilleur moyen serait par un gouvernement du parti Québécois, mais bon, on verra tout celà dans 3 ans et demie, il faut croire...

  • Luc Archambault - Abonné 21 mars 2015 04 h 45

    Heureux d'être au Canada !?

    Un État qui s'impose au Québec sans OUI, par-dessus la tête démocratique constituante des Québécois,es... C'est quoi le problème ? La négation de la souveraineté démocratique constituante du Peuple...

  • Yves Côté - Abonné 21 mars 2015 04 h 46

    Merci...

    Merci Monsieur Kotto.
    Votre texte illustre parfaitement l'efficacité du travail des communicateurs canadiens...
    Communicateurs au sein desquels, depuis de nombreuses années, se trouvent plusieurs Québécois très bien payés et cadrés pour étouffer leur propre peuple à petit feu.
    Vive le Québec libre !

  • Normand Carrier - Abonné 21 mars 2015 07 h 03

    Ces immigrants qui viennent au Canada ....

    Ces immigrants qui viennent au pays sans savoir que ce pays est bilingue et que le Québec est francais ... Ces immigrants qui prêtent serment a la reine et au Canada lui doivent une fière chandelle pour les avoir accepté eux qui prennent cette décision pour améliorer leurs conditions de vie et avoir plus de liberté .....
    Pour avoir marié une immigrante et connaitre une pléiade d'immigrants qui sont bien intégrés a notre vie mais sont incapables de voter autrechose que fédéraliste par fidélité a leur pays d'acceuil .....
    C'est un véritable cercle vicieux pour le Québec qui sera incapable d'attirer une majorité de ces immigrants tant qu'il n'aura pas tous les leviers et sera un pays .....
    Si au moins , on avait une charte de la neutralité et de la laicité pour au moins mieux baliser les us et coutumes et aider les immigrants a s'intégrer et non vivre dans ce multiculturalisme qui perpétue la gettoisation de certaines communautés .... Il est évident que madame Weil sera toujours une adepte du statu-quo ...