Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le scénario d’une «grève générale» à compter du 21 mars se dessine

    Des militants de l’ASSÉ veulent engager une lutte historique contre les mesures néolibérales

    31 janvier 2015 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    L’ASSÉ a déjà appelé les « étudiants », les « travailleurs » et les « sans-emploi » à battre le pavé, le jeudi 2 avril, lors d’une « manifestation nationale » dans les rues de Montréal. Printemps érable bis ?
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’ASSÉ a déjà appelé les « étudiants », les « travailleurs » et les « sans-emploi » à battre le pavé, le jeudi 2 avril, lors d’une « manifestation nationale » dans les rues de Montréal. Printemps érable bis ?

    Printemps 2015. Les élus libéraux se heurteront à une protestation populaire remobilisée, promet l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), qui est déjà vue comme « l’étincelle qui enflammera le brasier de la contestation [sociale] » des mesures d’austérité.

     

    Plusieurs militants de l’ASSÉ tentent de convaincre, ces jours-ci, leurs confrères et leurs consoeurs de classe d’engager une « lutte historique » contre les « mesures néolibérales » de l’équipe du premier ministre Philippe Couillard en amorçant une « grève générale » le premier jour du printemps, le samedi 21 mars. « La crise sociale commandée par le gouvernement est inévitable », peut-on lire dans un article signé « par ASSÉ » et mis en ligne sur le site Presse-toi à gauche !, mardi (celui-ci était toutefois inaccessible vendredi).

     

    Des dizaines de milliers d’employés de l’État, dont les conventions collectives échoiront le 31 mars 2015, pourraient emboîter le pas des étudiants à compter du 1er avril. « L’entièreté du secteur public est sur le pied de guerre et n’attend que le signal pour partir en lutte : donnons-le. […] Soyons l’étincelle qui enflammera le brasier de la contestation, par notre nombre et notre férocité », est-il écrit dans le document.

     

    L’ASSÉ a déjà appelé les « étudiants », les « travailleurs » et les « sans-emploi » à battre le pavé, le jeudi 2 avril, lors d’une « manifestation nationale »dans les rues de Montréal.

     

    « Ce n’est pas un article officiel de l’ASSÉ », précise la porte-parole du regroupement étudiant, Camille Godbout. L’idée d’amorcer une grève générale à partir du 21 mars « circule » dans les associations étudiantes locales — tout comme la résurrection de la Coalition large de l’ASSÉ (CLASSE) — mais elle doit encore être débattue lors du prochain congrès de l’ASSÉ, qui aura lieu les 21 et 22 février prochains. « Face à l’obsession du gouvernement pour atteindre le déficit zéro sans réellement en mesurer les effets sur la population, c’est clair qu’il va nous retrouver sur son chemin s’il s’obstine et continue d’aller de l’avant avec son projet d’austérité. Il y en a qui discutent de cette possibilité-là de partir en grève. On ne met de côté aucun moyen de pression », explique-t-elle lors d’une entrevue téléphonique avec Le Devoir.

     

    Les étudiants sont heurtés de plein fouet par les « compressions majeures » du gouvernement libéral, ajoute l’étudiante en sociologie à l’UniversitéLaval. « [Celles-ci] viennent directement atteindre la qualité de l’éducation et la formation. » Dans les cégeps, les coupes budgétaires ont poussé à la porte psychologues et infirmières, en plus de « couper en deux les heures de bibliothèque ».

     

    « Lutte populaire irrésistible »

     

    La société civile peut contourner la « démocratie représentative nous anesthési [ant] » en déclenchant une « lutte populaire irrésistible », souligne l’auteur du document Vers le printemps ! Vers la grève ! En marche vers le printemps, qu’a obtenu Le Devoir. « Ce n’est pas par les urnes ou sous la bannière d’un parti politique que nous pourrons nous rassembler, mais par un moyen commun de rupture du quotidien aliénant : la grève sociale.[…] Soyons indomptables ! »

     

    Il incite les étudiants des universités et des cégeps québécois à « lancer un mouvement de contestation à l’image de l’attaque qu’[ils] subiss [ent] ». « Notre potentiel perturbateur réside dans la lutte active par le blocage et la réappropriation, entre autres, des lieux de travail, des écoles et des voies de circulation », soutient-il.

     

    Message compris. Le premier ministre Philippe Couillard — attendu mardi prochain au Palais des congrès pour prononcer une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) — « trouvera sur son chemin » des membres de l’ASSÉ. Ils participeront au « comité d’accueil » organisé par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, à l’entrée de l’édifice.

     

    L’ASSÉ promet aussi une semaine de « manifestations » et d’« actions », du 23 au 27 février. Elle « appelle à la participation » les membres de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics et du collectif Refusons l’austérité (FTQ, CSN, CSQ, CSD, SFPQ, FEUQ, FECQ et d’autres), en plus de ses 80 000 membres (50 000 dans les cégeps et 30 000 dans les universités).













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.