Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Gaz de schiste

    Philippe Couillard ferme la porte… à un moratoire

    19 décembre 2014 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    Philippe Couillard estime cependant que l’industrie devra générer une plus grande acceptabilité sociale avant de lancer une éventuelle exploitation.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Philippe Couillard estime cependant que l’industrie devra générer une plus grande acceptabilité sociale avant de lancer une éventuelle exploitation.

    Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, refuse d’imposer un moratoire sur les activités de fracturation hydraulique, craignant de tuer tout espoir de développement du gaz de schiste au Québec.

     

    « Je n’aime pas les “ moratoires ” parce que quand vous mettez un moratoire en place, vous verrouillez la porte. Je veux que les portes restent ouvertes [ou à tout le moins] que les gens sachent comment ouvrir la porte », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse jeudi avant-midi.

     

    Ainsi, il n’emboîtera pas le pas à ses homologues du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, et de l’État de New York, Andrew Cuomo, en frappant d’un interdit — temporaire ou permanent — la fracturation hydraulique. M. Couillard se refuse de gouverner à coups de moratoires. « Je n’aime pas le “ moratoire ”, car une fois que vous mettez en place un moratoire, c’est un travail d’enfer pour le lever si vous avez besoin de le faire un jour », a-t-il souligné.

     

    Le chef du gouvernement a cherché à corriger jeudi l’impression donnée par des entrevues accordées dans la foulée du dévoilement du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), lundi. « À ce moment-ci »,l’industrie gazière et pétrolière a ni d’intérêt sur le plan économique ni l’appui de la population pour forer le sol québécois. « Ces deux critères doivent être réunis. Je ne vois pas cela se produire dans un avenir proche », a-t-il affirmé aux journalistes dans le hall de l’édifice Honoré-Mercier.

     

    « Définitif ? »

     

    Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, presse M. Couillard à dissiper l’incertitude pesant sur l’industrie pétrolière et gazière. « Ça a d’l’air d’être [un non] définitif [à l’exploitation du gaz de schiste]. Si c’est “ définitif ”, c’est irresponsable », a-t-il dit lors d’un entretien avec Le Devoir.

     

    Les entreprises détentrices de permis devront parvenir à un certain consensus social avant de lancer leurs opérations, a-t-il précisé. Mission impossible ? Pas du tout, selon M. Legault. « Il y a des régions comme Bécancour où il y a une acceptabilité sociale », a-t-il soutenu.

     

    La population québécoise ne peut « pas se permettre de mettre de côté tous les projets économiques, que ce soit le gaz de schiste, que ce soit le pétrole d’Anticosti », a-t-il martelé, rappelant du même souffle l’écart de richesse « important » entre le Québec et le reste de l’Amérique du Nord.

     

    La députée péquiste Martine Ouellet a aussi décodé dans les propos de M. Couillard, tenus plus tôt cette semaine, un « changement de position » au sujet de l’exploitation du gaz de schiste. « Enfin ! Enfin ! Il commence à [entendre] raison », se réjouissait-elle jeudi, estimant que le « pouvoir citoyen » a forcé le Parti libéral du Québec à reculer. « Je pense que c’est important, cette position qu’il a prise contre les gaz de schiste au Québec », a-t-elle poursuivi.

     

    L’ancienne ministre des Ressources naturelles a appelé le gouvernement libéral à « incarner » cette nouvelle politique dans une « loi interdisant l’exploration, l’exploitation des gaz de schiste au Québec ». En vain.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.