Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    François Legault s’excuse auprès de Julie Snyder

    4 novembre 2014 15h46 |Marco Bélair-Cirino | Québec
    <em>«C’était une blague sans malice» </em>soutient François Legault.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «C’était une blague sans malice» soutient François Legault.

    Le chef caquiste François Legault admet s’être mis le pied dans la bouche. Il a offert ses excuses mardi avant-midi à l’animatrice et productrice Julie Snyder pour l’avoir réduite à «la femme de quelqu’un d’autre» en marge du Congrès de la Coalition avenir Québec samedi dernier.

     

    «C’était une blague sans malice. J'ai le plus grand respect pour vos réalisations professionnelles. Je vous offre mes excuses», a dit M. Legault sur le réseau social Twitter.

     

    Il réagissait à la parution d’une lettre ouverte de Mme Snyder dans les pages du quotidien Le Devoir mardi. «Quand vous me rabaissez à être la “femme de quelqu’un d’autre”, vous faites preuve d’un manque de respect envers le public et les femmes en général, qu’elles soient sur le marché du travail ou à la maison», a écrit Julie Snyder. «Une femme se définit par elle-même, au même titre que les hommes. Je suis petite de taille certes, mais moi, vous ne me ferez pas taire. Je sais que je ne suis pas seule», a-t-elle ajouté.

    Le chef de la CAQ commentait samedi la proposition de former un gouvernement de coalition PQ-CAQ-Québec solidaire faite par le député de Rosemont, Jean-François Lisée, à la première ministre élue, Pauline Marois, au lendemain du scrutin de 2012. 

    «Si Madame Marois m’avait fait cette proposition [de faire partie d’un gouvernement de coalition], ça aurait été re-fu-sée comme dit la femme de quelqu’un d’autre!» s’était exclamé M. Legault, dans un clin d’œil à la phrase fétiche de l’animatrice du Banquier. 













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.