Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Communications

    Le contrôle du gouvernement Couillard est «dangereux»

    18 octobre 2014 | Robert Dutrisac - Correspondant parlementaire à Québec | Québec

    Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig, juge « dangereux » le regroupement au sein du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre, de l’ensemble des effectifs en communication du gouvernement.

     

    « Ça veut dire que les apparatchiks politiques vont mettre la main sur les communications de l’État », a prévenu Pierre Craig dans un entretien au Devoir.

     

    Ce contrôle que le pouvoir politique exercera encore davantage sur les communications gouvernementales, « c’est éminemment dangereux pour le droit du public à l’information », estime le président de la FPJQ. L’information gouvernementale sur des dépenses de l’ordre de 70 milliards, « ça n’appartient pas au gouvernement, ça n’appartient pas au Parti libéral, ça appartient aux citoyens », s’insurge-t-il.

     

    « Le gouvernement est en train de devenir comme une entreprise privée qui protège son image », a-t-il comparé. « Il n’est plus un gouvernement qui communique à ses citoyens une information publique au nom de la démocratie. »

     

    Selon Pierre Craig, le premier ministre Philippe Couillard renie ainsi son engagement de donner aux citoyens le gouvernement le plus transparent et le plus ouvert de l’histoire du Québec. « J’en appellerais à M. Couillard, j’en appellerais à sa promesse », a-t-il plaidé.

     

    Regroupement

     

    En tout, les 550 employés des services des communications des différents ministères sont maintenant passés dans le giron du Conseil exécutif sous l’autorité du secrétaire associé aux communications, Christian Lessard. Une première vague de concentration avait déjà eu lieu en 2006 quand Jean Charest, dont le gouvernement avait essuyé diverses déconvenues comme l’abandon de la centrale du Suroît et le recul concernant la vente du mont Orford, avait décidé de rapatrier au sein du Conseil exécutif les directeurs des communications des ministères et une partie de leurs subalternes, un total de 222 personnes. C’est la secrétaire générale associée, Marie-Claire Ouellet, qui assurait la cohésion politique des communications du gouvernement.

     

    Au cabinet de Philippe Couillard, on a soutenu, vendredi, que ce regroupement des effectifs en communication n’était qu’une question d’économies et d’efficacité. « L’objectif est de réduire les coûts et [d’augmenter] l’efficience, c’est tout. Penser autre chose, c’est de faire une mauvaise interprétation », a indiqué l’attaché de presse du premier ministre, Harold Fortin.

     

    Pour le professeur titulaire de l’École nationale d’administration publique (ENAP) et ancien mandarin Robert Bernier, il s’agit d’un « phénomène de centralisation-politisation ». Le gouvernement de l’Union nationale de Daniel Johnson y a eu recours le premier en 1966, le gouvernement Lévesque aussi, mais pas les gouvernements de Robert Bourassa, a-t-il signalé. « C’est la seule façon de faire des campagnes de marketing et de propagande cohérentes », estime l’universitaire, qui croit que cette centralisation va à l’encontre du principe d’un gouvernement « ouvert et transparent ».

     

    Dans un rapport produit en 2011, la FPJQ constatait qu’au Québec, un « régime de silence » avait été imposé aux fonctionnaires et que la trentaine de politiques de communications gouvernementales étaient « conçues comme des remparts pour protéger la machine étatique ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.