Le contrôle du gouvernement Couillard est «dangereux»

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig, juge « dangereux » le regroupement au sein du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre, de l’ensemble des effectifs en communication du gouvernement.

 

« Ça veut dire que les apparatchiks politiques vont mettre la main sur les communications de l’État », a prévenu Pierre Craig dans un entretien au Devoir.

 

Ce contrôle que le pouvoir politique exercera encore davantage sur les communications gouvernementales, « c’est éminemment dangereux pour le droit du public à l’information », estime le président de la FPJQ. L’information gouvernementale sur des dépenses de l’ordre de 70 milliards, « ça n’appartient pas au gouvernement, ça n’appartient pas au Parti libéral, ça appartient aux citoyens », s’insurge-t-il.

 

« Le gouvernement est en train de devenir comme une entreprise privée qui protège son image », a-t-il comparé. « Il n’est plus un gouvernement qui communique à ses citoyens une information publique au nom de la démocratie. »

 

Selon Pierre Craig, le premier ministre Philippe Couillard renie ainsi son engagement de donner aux citoyens le gouvernement le plus transparent et le plus ouvert de l’histoire du Québec. « J’en appellerais à M. Couillard, j’en appellerais à sa promesse », a-t-il plaidé.

 

Regroupement

 

En tout, les 550 employés des services des communications des différents ministères sont maintenant passés dans le giron du Conseil exécutif sous l’autorité du secrétaire associé aux communications, Christian Lessard. Une première vague de concentration avait déjà eu lieu en 2006 quand Jean Charest, dont le gouvernement avait essuyé diverses déconvenues comme l’abandon de la centrale du Suroît et le recul concernant la vente du mont Orford, avait décidé de rapatrier au sein du Conseil exécutif les directeurs des communications des ministères et une partie de leurs subalternes, un total de 222 personnes. C’est la secrétaire générale associée, Marie-Claire Ouellet, qui assurait la cohésion politique des communications du gouvernement.

 

Au cabinet de Philippe Couillard, on a soutenu, vendredi, que ce regroupement des effectifs en communication n’était qu’une question d’économies et d’efficacité. « L’objectif est de réduire les coûts et [d’augmenter] l’efficience, c’est tout. Penser autre chose, c’est de faire une mauvaise interprétation », a indiqué l’attaché de presse du premier ministre, Harold Fortin.

 

Pour le professeur titulaire de l’École nationale d’administration publique (ENAP) et ancien mandarin Robert Bernier, il s’agit d’un « phénomène de centralisation-politisation ». Le gouvernement de l’Union nationale de Daniel Johnson y a eu recours le premier en 1966, le gouvernement Lévesque aussi, mais pas les gouvernements de Robert Bourassa, a-t-il signalé. « C’est la seule façon de faire des campagnes de marketing et de propagande cohérentes », estime l’universitaire, qui croit que cette centralisation va à l’encontre du principe d’un gouvernement « ouvert et transparent ».

 

Dans un rapport produit en 2011, la FPJQ constatait qu’au Québec, un « régime de silence » avait été imposé aux fonctionnaires et que la trentaine de politiques de communications gouvernementales étaient « conçues comme des remparts pour protéger la machine étatique ».

  • Marc Rainville - Inscrit 18 octobre 2014 04 h 52

    Transparence, mon oeil !

    C'est un axiome politique connu que plus les gouvernements vieillissent, plus ils deviennent opaques. Il a quel âge déjà ce gouvernment ?

    • Nicole Moreau - Inscrite 18 octobre 2014 15 h 42

      celui du PLQ actuel est vraiment très hermétique, la dernière preuve en date, c'est que Martin Coiteux ne rendra public le rapport du comité présidé par Lucienne Robillard qu'une fois qu'il aura pris les décisions finales, de là à croire que de toutes façons, les décisions étaient déjà prises, il n'y a qu'un pas, vite franchi, dans mon cas.

      si cela s'avérait, ça voudra dire que le PLQ a voulu se donner un "vernis" de crédibilité à grand frais pour nous les citoyens ordinaires, sans que cela ne change quoi que ce soit aux décisions prises par ce gouvernement qui veut beaucoup moins d'État et non préserver les programmes sociaux

  • jacques gelineau - Abonné 18 octobre 2014 06 h 30

    les conservateurs provinciaux

    Nous assistons a la même dynamique que le gouvernement Harper au Québec depuis l'arrivée de Couillard.
    Centralisation du message aux Médias, coupures dans l'administration publique, transgression des règles environnementales au profis des promoteurs pétroliers, et bientot privatisation des services publiques.
    Faudra faire un autre ménage aux prochaines élections mais entre temps nous allons reculer et il faudra prendre des années pour ratrapper le temps perdu. Sauf que nous n'avons plus de temps devant nous. Voilà le résultat d'un électorat insoucient et paresseux.

  • Roxane Bertrand - Abonnée 18 octobre 2014 07 h 01

    Clairvoyance

    Cela fait déjà plusieurs années que le gouvernement réagit comme une "entreprise privée qui protège son image". En fait, elle protège ses intérêts.

    Nous ne vivons pas dans une démocratie ouverte. Nous fumes déjà dans une tyrannie de la majorité. Toutefois, le désir de transmettre aux citoyens des informations publiques au nom de la démocratie est obscurcie par le besoin de garder son financement, de source philosophique ou économique.

  • François Dugal - Inscrit 18 octobre 2014 07 h 53

    La promesse

    "J'en appellerais à sa promesse", dit naïvement monsieur Pierre Craig.
    Bienvenue dans la politique post-moderne.

    • Louka Paradis - Inscrit 18 octobre 2014 20 h 28

      Difficile de tenir une promesse quand on a oublié en quoi consiste l'honneur et la loyauté.

  • Gilles Théberge - Abonné 18 octobre 2014 08 h 05

    Intéressant n'est-ce pas?

    Enfin monsieur Craig a une bonne occasion de se rendre compte que finalement il n'y a pas que PKP dans sa liste personnelle de dangers.

    Sauf que cette fois ce n'est pas hypothétique mais bien réel. Pas besoin de crier au loup, le loup est réel. Il s'appelle Philippe.