Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Repenser l’État du Québec

    La bible de Couillard?

    Antoine Robitaille
    6 octobre 2014 |Antoine Robitaille | Québec | Éditoriaux

    Qu’est-ce que Philippe Couillard entend faire de notre État ? Rééquilibrer les finances, simplement ? Non, son projet est beaucoup plus ambitieux et s’inscrit dans ce qu’il perçoit comme une tendance mondiale de « réinvention » de l’État, laquelle fut exposée dans ce qu’il considère comme l’essai récent le plus inspirant pour lui : The Fourth Révolution. Une source d’inspiration comptant de bons mais aussi d’inquiétants aspects.


    Lors d’une réunion récente avec des hauts fonctionnaires et des patrons de société d’État, Philippe Couillard a été très clair, racontent plusieurs sources : s’il y a un livre qui l’inspire et même « que vous devriez tous lire », a-t-il lancé à son parterre, c’est The Fourth Revolution – The Global Race to Reinvent the State (Penguin Press, 305 pages), écrit par deux des patrons de la revue The Economist, John Micklethwait et Adrian Wooldridge.

     

    La thèse du livre : la gouvernance est en crise, les États démocratiques sont aujourd’hui beaucoup trop gros, de plus en plus incapables d’accomplir leurs missions essentielles. Cette impuissance mine l’adhésion au système des populations surtaxées et rend attrayantes les solutions populistes. L’État libéral à l’occidentale n’inspire donc plus. Ailleurs, on se tourne, soutiennent-ils, vers d’autres conceptions du gouvernement, notamment celles de Singapour et de la Suède, avec sa social-démocratie durable parce que réformée. Une quatrième révolution est nécessaire, concluent les auteurs.

     

    Selon Micklethwait et Wooldridge, la première révolution fut celle de l’État-nation, autour de la pensée du théoricien Thomas Hobbes (1588-1679), pour qui l’État était un Léviathan détenteur du monopole de la violence légitime, capable de garantir la sécurité du citoyen. La seconde serait celle de l’État libéral, conforme aux thèses de John Stuart Mill (1806-1873). La troisième ? L’État-providence rêvé par la Société des Fabiens, qui voulut donner la santé et l’éducation à tous. Mais au fil du temps, on compta trop sur l’État, qui devint obèse. Thatcher et Reagan, dans les années 1980, ont bien tenté de le faire maigrir, estiment Micklethwait et Wooldridge. Mais leur révolution ne fonctionna qu’à moitié. La quatrième révolution sera celle de l’État « maigre » (le « lean », cher au ministre de l’Éducation Yves Bolduc), qui accepte ses limites, ne promet plus tout et qui utilise la technologie pour rendre ses processus plus efficaces.

     

    L’essai des deux Anglais compte des pistes stimulantes. Qui affirmera que l’État-providence remplit toutes ses promesses ? Il suffit pour s’en convaincre d’aller poireauter à l’urgence ou alors de chercher une place dans un CPE, etc. Le chapitre que Micklethwait et Wooldridge consacrent à la Suède, ancien paradis de la social-démocratie qui s’est réformé après avoir frôlé la faillite au début des années 1990, est instructif : « Les rues de Stockholm sont inondées du sang des vaches sacrées », écrivent-ils pour illustrer le fait que les Suédois ont osé transformer leur modèle.

     

    À d’autres égards, l’essai The Fourth Revolution rappelle plusieurs livres des années 1990, dont celui de Kenichi Ohmae qui célébrait « la fin de l’État-nation » et espérait l’avènement d’une sorte de mondialisation strictement économique. Il y a ici comme chez Ohmae cette fascination pour le leader historique de Singapour, Lee Kuan Yew, dont les tendances autoritaires ont de quoi rebuter.

     

    Nos États actuels — dont le nôtre en déficit et surendetté — méritent sans doute d’être réformés. L’ennui avec des essais qui prétendent faire le tour du monde et d’une question, c’est qu’ils nous en apprennent souvent moins sur le monde que sur les préjugés de ceux qui écrivent ces mêmes essais. Et ici, on semble préférer à tout prix le moins d’État à ce qui pourrait être un « mieux d’État », ce que devrait viser notre gouvernement.

     

    Au fait, qu’est-ce qui a provoqué les plus importantes hausses des dépenses de gouvernements dans les dernières décennies en Occident ? L’ajout de programmes sociaux coûteux ? L’État obèse ? Non, le sauvetage d’institutions bancaires dont certains cadres, motivés par une cupidité débridée, ont multiplié les produits financiers frelatés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.