Péladeau éclipse ses adversaires au PQ

Même dans l’ombre, Pierre Karl Péladeau s’impose comme le favori du Parti québécois (PQ). Sans mener ouvertement campagne, le député et actionnaire de contrôle de l’empire Québecor éclipse tous les autres aspirants pressentis à la chefferie du parti, avec 53 % d’appuis chez les sympathisants péquistes.

 

Les souverainistes se rangent derrière M. Péladeau, perçu comme un indépendantiste convaincu, même s’ils souhaitent que le PQ renonce à tenir un référendum dans un avenir prévisible, révèle un sondage de Léger Marketing réalisé pour Le Devoir. Une majorité nette de 61 % des électeurs péquistes affirme qu’il « faudra faire un référendum plus tard, mais [que] ce n’est pas une priorité pour le moment ».

 

Ces données viennent alimenter la réflexion des militants péquistes, qui s’interrogent sur la stratégie à adopter après la défaite historique du parti en avril dernier. Le député Bernard Drainville propose de repousser à 2023 la tenue d’un éventuel référendum, tandis que d’autres aspirants-chefs (dont aucun n’a officiellement déclaré sa candidature) recommandent de foncer vers une troisième consultation sur le projet de « pays ».

 

Ce coup de sonde de Léger Marketing, mené entre le 22 et le 25 septembre auprès de 1000 internautes, confirme que la lune de miel se poursuit entre les Québécois et le gouvernement Couillard, malgré la révision controversée des programmes de l’État.

 

Le taux de satisfaction des électeurs passe au « jaune » pour la première fois depuis le début du mandat libéral (54 % des répondants sont insatisfaits), mais le gouvernement Couillard devance encore largement tous les autres partis, avec 38 % des intentions de vote. La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault suit avec 28 %, devant le PQ à 21 % et Québec solidaire à 10 %. Les appuis à tous les partis sont restés à peu près stables depuis le sondage Léger de juin dernier.

 

Chez les francophones, la CAQ domine avec 33 % des intentions de vote, devant le PQ (26 %) et le Parti libéral du Québec (PLQ) à 25 %.

 

« C’est une lumière jaune pour le Parti libéral. Ce n’est pas la fin de la lune de miel, mais ça devient de plus en plus difficile pour le gouvernement Couillard. L’électorat devient de plus en plus sceptique », dit Jean-Marc Léger, président de Léger Marketing.

 

Oui au grand ménage

 

En additionnant les intentions de vote pour le PLQ et la CAQ, le sondeur conclut que les deux tiers des électeurs appuient le grand ménage dans les finances publiques lancé par le gouvernement Couillard. Les Québécois sont d’accord pour réviser la mission de l’État, mais risquent de se braquer si les négociations avec les employés des secteurs public et parapublic virent à l’affrontement : les Québécois « détestent la chicane », rappelle Jean-Marc Léger.

 

Le taux de satisfaction des électeurs risque de chuter davantage lorsque les décisions douloureuses associées à la révision des programmes entreront en vigueur dans les garderies, dans le réseau de l’éducation et dans d’autres services directs à la population, estime M. Léger. D’autres décisions du gouvernement peuvent au contraire stimuler les appuis aux libéraux : les concessions arrachées aux médecins par le ministre Gaétan Barrette représentent un « coup magistral » dont l’effet n’a pas été mesuré par le présent sondage, précise Jean-Marc Léger.

 

Le «pays» toujours vivant

 

Tout n’est pas noir pour les souverainistes malgré l’appui qui se maintient pour le gouvernement Couillard, indique le sondage. Les deux dernières élections ont peut-être donné lieu à des défaites historiques pour le Bloc québécois (en 2011) et le PQ (en avril dernier), « le concept de la souveraineté n’est pas mort », souligne Jean-Marc Léger : 45 % des électeurs continuent de réclamer un référendum sur l’indépendance.

 

Ils le veulent cependant plus tard que tôt. À peine 11 % des répondants sont d’avis « qu’il faut faire un référendum le plus rapidement possible » ; 34 % croient plutôt « qu’il faudra faire un référendum plus tard, mais ce n’est pas une priorité pour le moment ».

 

Il faut aussi noter que 40 % des électeurs répondraient « oui » à un référendum sur la souveraineté du Québec, un appui qui est en hausse de 10 points chez les 18-24 ans. C’est peut-être une conséquence de la frénésie qui a entouré le référendum de la semaine dernière en Écosse — remporté par le Non avec 55 % des voix —, note Jean-Marc Léger.

 

Le revers de la médaille, c’est que 46 % des Québécois ne veulent rien savoir d’un référendum, « ni maintenant ni jamais », révèle le sondage.

 

L’appétit pour un référendum reste grand chez les sympathisants péquistes ; 89 % d’entre eux veulent un référendum un jour ou l’autre, mais six péquistes sur dix souhaitent quand même repousser la tenue de cette troisième grande consultation sur le « pays ». De quoi faire réfléchir les aspirants-chefs du PQ, à quelques semaines du lancement officiel de la course à la chefferie du parti.

 

Un parti qui s’effrite

 

L’homme d’affaires et député Pierre Karl Péladeau est le seul leader potentiel à rallier la majorité des péquistes, avec 53 % d’appuis. Tous les autres aspirants-chefs suivent loin derrière, avec des grenailles par rapport à l’actionnaire de Québecor : Jean-Martin Aussant, Bernard Drainville, Martine Ouellet, Alexandre Cloutier et même Jean-François Lisée ont l’appui d’à peine de 2 % à 7 % des sympathisants péquistes. « Il y a des ego qui vont être meurtris au PQ », dit Jean-Marc Léger.

 

« Depuis le début de la campagne, Pierre Karl Péladeau est en train de se créer un personnage politique, mais aucun autre candidat potentiel n’a réussi à devenir une solution de rechange crédible », analyse-t-il.

 

Autre signe de la réflexion qui s’impose au PQ, à peine 45 % des souverainistes appuient désormais le parti de René Lévesque, explique le président de Léger Marketing. Plus de la moitié des indépendantistes appuient désormais la CAQ de François Legault, Québec solidaire ou même le PLQ. Le Parti québécois a bel et bien perdu sa capacité d’attraction, même chez les souverainistes.

 

« Le projet de souveraineté n’est pas dépassé, mais le projet de souveraineté du PQ, lui, est dépassé », dit Jean-Marc Léger. Ceux qui appellent à « refonder le PQ » semblent avoir raison.

Pour en savoir plus

Consultez le sondage
45 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 27 septembre 2014 00 h 49

    Un parti à refondé, mais rien n'est perdu

    Je présent M.Péladeau comme futur chef, et celui qui relancera l'idée du projet Indépendantiste. Et puis, peut-on svp arrêter de s'acharner, avec la défaite ''historique'' du PQ? Ca deviens lassant à lire!

  • Jacques Baril - Inscrit 27 septembre 2014 01 h 30

    «Hoc volo, sic jubeo ; sit pro ratione voluntas.»

    « Le projet de souveraineté n’est pas dépassé, mais le projet de souveraineté du PQ, lui, est dépassé », dit Jean-Marc Léger. Ceux qui appellent à « refonder le PQ » semblent avoir raison. «Pane e vino»(!) Misère.

    • Jean-François Caron - Abonné 27 septembre 2014 10 h 58

      Bernard Landry, sort de ce corps!

  • Catherine Paquet - Abonnée 27 septembre 2014 07 h 05

    En somme...

    ... les activistes ont peu de chances d'obtenir des appuis. En effet, comment espérer de nouvelles, surtout de bonnes, idées de la part de ceux et celles qui sont déjà dans une course à la chefferie de leur parti sans avoir encore dit un mot sur les raison de leur amère défaite. Celui qui ne comprend pas ce qu'il lui arrive, ou ce qui est arrivé à son parti, peut difficilement se présenter comme le meilleur guide pour l'avenir.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 27 septembre 2014 18 h 19

      Il est sûr que ceux qui ont survécu à cette défaite et qui n'ont aucun intérêt à la comprendre, ne peuvent ou plutôt ne veulent pas la comprendre et ne devraient même pas se présenter, mais en même temps je pense qu'ils ont peu de chance d'être élus comme guide ou quoi que ce soit dans le genre. Par contre je ne sais pas si vous incluez Péladeau dans là dedans, parce qu'un chose est certaine pour moi, il n'a sûrement pas la vision de ceux qui croient ou veulent croire que cette débâcle est due à sa profession de foi, ni à la menace référendaire de Couillard, menace qui a écrasé Marois.

      Pour moi une grande partie de ces ex vivent toujours dans ce passé qu'ils ne veulent pas regarder. Il y a quelques exceptions dont Bureau- Blouin, misons sur eux.

  • Guy Lafond - Inscrit 27 septembre 2014 07 h 11

    Une plume et des talents oratoires hors-pairs...


    M. Péladeau a-t-il les talents oratoires et d'écriture d'un Obama, d'un Lisée, ou même d'un Jean-Marc Léger?

    A-t-il la fougue et la justice d'un Mulcair? A-t-il l'habileté d'un Garneau à bicyclette?

    Il a l'expérience de la gestion d'entreprise par contre. Et créer un nouveau pays sans le recours à la violence dans l'hémisphère nord, et de surcroit dans les Amériques, c'est en effet une noble et belle entreprise. Et c'est aussi un beau défi. M. Jacques Parizeau est passé à deux doigts de le réaliser. M. feu George Washington a fini par y arriver en 1789 en devenant le premier président des États-Unis.

    Convaincre par les mots, par le poing, et non avec le fusil ou le sabre. Y arriverons-nous? Serons-nous capable de faire l'Histoire autrement? Avec nos hivers autrement plus blancs que ceux de la Russie?

    :-)

    • Christian Fleitz - Inscrit 27 septembre 2014 10 h 19

      Serait-ce l'Homme Providentiel ? Il vaudrait mieux un programme proposant réellement aux québécois des projets d'une société réellement différente. Peut-être srait-il vraiment l'Homme de la situation, tout simplement.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 27 septembre 2014 10 h 25

      Obama, au début, n'avait pas ces talents que vous évoquez, et si ma mémoire est bonne, je me réfère aux propos de cet écrivain et chroniqueur du Devoir aujourd'hui décédé, on ne misait pas cher sur sa victoire.

      Tout s'apprend quand on a une tête sur les épaule et le feu au coeur.

    • Sol Wandelmaier - Inscrite 27 septembre 2014 16 h 23

      PKP ou l'art du PQ de se tirer dans les pieds!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 27 septembre 2014 07 h 39

    … personne !

    « Il y a des ego qui vont être meurtris au PQ » (Jean-Marc Léger, Sondage Léger)

    Ça dépend de quels égo !

    Parfois, et si la tendance se maintient (parmi les partisans non électifs), la personne qui cherche le ou du « pouvoir » au PQ risque, du départ à l’arrivée, d’être surpassée par le pouvoir si aucune concurrence pour rivaliser, ou sortir du groupe, n’accueille l’assentiment de …

    … personne ! - 27 sept 2014 -