Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Décès de l’ex-ministre conservateur Marcel Masse

    26 août 2014 10h11 |La Presse canadienne | Québec
    Marcel Masse, à droite, photographié en 1995 en comnpagnie de Daniel Johnson.
    Photo: Jacques Nadeau le Devoir Marcel Masse, à droite, photographié en 1995 en comnpagnie de Daniel Johnson.

    Les premiers ministres du Canada et du Québec, Stephen Harper et Philippe Couillard, offrent leurs condoléances à la famille et aux proches de l’ex-ministre conservateur Marcel Masse. Ils ont exprimé leurs sympathies mardi matin sur le réseau social Twitter.
     

    M. Masse est décédé lundi à l’âge de 78 ans, entouré de ses proches.

    Marcel Masse a été élu député progressiste-conservateur dans Frontenac, dans la région de l’Amiante, aux élections fédérales de 1984 sous le gouvernement de Brian Mulroney.

    Il a d’abord été ministre des Communications, puis en 1986 ministre de l’Énergie, des Mines et des Ressources. En 1989, il est revenu aux Communications.

    En 1990, il a eu comme mandat de s’occuper du suivi du Sommet de la francophonie. En 1991, il est devenu ministre de la Défense nationale. Il s’est retiré de la politique active en 1993.

    Avant de se lancer sur la scène fédérale, M. Masse avait déjà une solide carrière politique sur la scène provinciale. Ainsi, il a été membre du gouvernement de l’Union nationale de Daniel Johnson père.

    Marcel Masse a été élu pour une première fois au provincial en tant que député dans Montcalm sous la bannière de l’Union nationale, en 1966. Il a représenté la circonscription de 1966 à 1973.

    En 1966, il est devenu le plus jeune ministre de l’histoire du Québec, en étant nommé ministre d’État à l’Éducation à l’âge de 30 ans. À l’occasion de l’Expo 67 à Montréal, il a été responsable de l’accueil des chefs d’État. Il a également été ministre délégué à la Fonction publique, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre de la Planification et du Développement.

    Entre sa carrière politique au provincial et sa carrière politique au fédéral, il a été administrateur de la société Lavalin. Il y a occupé le poste de directeur de projet pour le Programme des Nations unies pour le développement et vice-président responsable du marketing et du développement commercial pour le Canada.

    Après sa carrière politique au fédéral, en février 1995 il a été nommé président de la Commission de Montréal sur l’avenir du Québec et vice-président de la Commission nationale sur l’Avenir du Québec, en 1995, dans le contexte référendaire.

    En juin 1995, il a été nommé président du Conseil de la langue française.

    Également en 1995, il s’est vu remettre l’insigne d’officier de l’Ordre national du Québec. Il est aussi commandeur de l’Ordre de la Pléiade. Il a également été fait officier de la Légion d’honneur de France en 1999.

    Il a aussi été délégué général du Québec à Paris en 1996 et 1997, puis président de la Commission des biens culturels du Québec de 1997 à 2000.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.