Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Bibliothèques scolaires

    Les écoles ont assez de livres, juge Bolduc

    22 août 2014 |Mélanie Loisel | Québec
    <em>«Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres</em> [dans les bibliothèques]», affirme le ministre Yves Bolduc.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir «Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]», affirme le ministre Yves Bolduc.

    Le ministre de l’Éducation Yves Bolduc ne voit aucun problème à ce que les commissions scolaires coupent dans les achats de livres pour leurs bibliothèques. Dans un contexte de restrictions budgétaires, il soutient que ce n’est pas à lui de dire où les commissions doivent couper et qu’elles peuvent faire leurs propres choix. Un discours en apparence contradictoire avec celui de la ministre de la Culture, Hélène David, qui a promis d’aider l’industrie du livre, grandement dépendante des ventes scolaires.

     

    L’achat de livres dans les bibliothèques n’est donc pas essentiel pour le ministre de l’Éducation ? « Il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques] »,affirme le ministre Bolduc, en ajoutant que les commissions scolaires n’ajouteront seulement pas de livres dans leur collection et achèteront moins de nouveautés littéraires ces prochaines années. « J’aime mieux qu’elles achètent moins de livres. Nos bibliothèques sont déjà bien équipées. […] Va dans les écoles, des livres, il y en a, et en passant, les livres ont été achetés l’an passé, il y a 2 ans, ou 20 ans. »

     

    « Je suis vraiment ahurie de voir que cet homme est notre ministre de l’Éducation »,lance Lyne Rajotte, qui siège au conseil d’administration dela Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec. « Dire qu’il y a beaucoup de livres dans les écoles, c’est mal connaître notre réalité et surtout celle des régions qui ont de plus petits budgets et qui ont toutes les misères à avoir des livres pour couvrir toutes les matières d’apprentissage. » Mme Rajotte mentionne que les bibliothèques scolaires jouent un rôle fondamental pour donner le goût aux enfants de lire en leur proposant des oeuvres littéraires jeunesse de qualité. Elle a peine à croire que le ministre Bolduc ne considère pas l’achat de livres comme une priorité « Et avec le taux d’analphabétisme, il faut être gonflé pour dire ça. »

     

    N’empêche, le ministre Bolduc martèle que les commissions scolaires sont obligées de faire des choix et que « ce n’est pas toujours au ministre » de leur dire quoi faire. Il reconnaît toutefois que cette situation est loin d’être idéale, mais qu’il faut s’attendre à ce qu’il y ait des impacts dans un contexte budgétaire difficile. « Faire le choix de ne pas acheter de livres, ça peut donc être un choix acceptable des commissions scolaires »,dit-il.

     

    En fait, le ministre laisse aux commissions scolaires le soin d’évaluer leurs besoins et leurs priorités en précisant qu’une enveloppe globale de 293 millions de dollars est disponible pour répondre aux besoins des élèves. Cette nouvelle enveloppe budgétaire appelée « mesures d’appui » peut servir à financer autant l’aide au devoir que le programme de sensibilisation à l’entrepreneuriat et que l’acquisition de livres dans les bibliothèques scolaires.

     

    Comme le rapportait Le Devoir, jeudi, le gouvernement s’était jusqu’ici engagé à offrir une enveloppe de 8,3 millions de dollars par année, en plus d’exiger aux commissions scolaires d’investir 6,7 millions de dollars pour regarnir les bibliothèques. Or, rien n’oblige désormais les commissions scolaires à utiliser leurs budgets pour l’achat de livres. Avec les compressions exigées par le gouvernement Couillard, la majorité des commissions scolaires ont donc décidé d’amputer une partie de leur budget pour l’acquisition de livres. La Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup nous a, entre autres, a confirmé qu’elle avait décidé de couper 30 % son budget d’achat pour les bibliothèques. La Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles a aussi laissé savoir à un libraire qu’elle n’aurait aucun budget, cette année, pour garnir ses bibliothèques.

     

    Cri du coeur

     

    Cette situation inquiète au plus haut point le marché du livre, dépendant des achats scolaires, qui craint rien de moins que sa mise à mort. Mais le ministre Bolduc reste impassible par rapport au cri d’alarme des libraires, des éditeurs et des auteurs. « Quelque part, lorsqu’il y a une restriction budgétaire, il y a des gens qui vont faire moins d’argent »,indique M. Bolduc.

     

    L’industrie du livre constate que le gouvernement Couillard semble avoir une double politique. D’un côté, le ministère de l’Éducation accepte de reléguer au second plan l’achat de livres dans ses bibliothèques scolaires et de l’autre côté, le ministère de la Culture affirme qu’il cherche des solutions pour lui venir en aide. Jeudi, la ministre de la Culture, Hélène David, a d’ailleurs annoncé que le programme d’aide de 19 millions de dollars pour les bibliothèques publiques autonomes avait été reconduit.

     

    Y aurait-il incohérence dans les politiques du gouvernement ? Mme David s’en défend bien. « Je ne veux pas me mêler des directives du ministère de l’Éducation, mais ce que je peux dire, c’est qu’on va plaider pour que les bibliothèques scolaires soient bien fournies », signale-t-elle en ajoutant qu’un long rendez-vous est prévu avec le ministre Bolduc au début septembre pour discuter de la présence des livres dans les bibliothèques, mais aussi des autres questions liées à la culture, à l’éducation et à la langue française.

     

    Mais n’aurait-il pas fallu que cette rencontre ait lieu avant que le mal soit fait ? « Si on le pouvait, tout serait fait en temps réel, on aimerait toujours ça être en amont de certains problèmes qui pourraient se présenter. […] Au total, au Québec, je pense qu’on a fait des efforts extrêmement importants dans nos bibliothèques publiques, mais il faut constamment remettre sur le métier cette question. »

     

    L’Union des écrivains et des écrivaines québécois (UNEQ) tient à dire qu’il est bon d’assurer le financement des bibliothèques publiques autonomes, mais qu’il faut en faire autant pour les scolaires. « La présence du livre n’est pas une question accessoire, elle est au coeur même du projet éducatif. Il ne faut donc pas laisser le réseau des bibliothèques scolaires se détériorer de nouveau, surtout après les nombreuses années de lutte menée pour avoir du financement adéquat »,rappelle Francis Farley-Chevrier, le directeur général de l’UNEQ.













    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel