Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Syndicalisation

    Des ouvriers agricoles pourfendent un projet de loi libéral

    21 juillet 2014 |Arnaud Stopa | Québec
    Benjamin Diaz garde des souvenirs amers de ses années de travail dans les champs du Québec et de l’Ontario.
    Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Benjamin Diaz garde des souvenirs amers de ses années de travail dans les champs du Québec et de l’Ontario.
    Benjamin Diaz travaille dans les champs de tabac de l’Ontario et du Québec depuis cinq ans, comme ouvrier agricole temporaire. Des journées de quatorze heures, parfois sans manger ni se laver, et dormir dans un lit de fortune sept jours par semaine, il en garde un souvenir triste. Ce Mexicain d’origine pensait que son quotidien allait s’améliorer en mars dernier, lorsque Québec lui accorda la possibilité de se syndiquer. Mais le dépôt du projet de loi 8 remet tout en question. C’est ce qu’une dizaine de personnes ont dénoncé devant l’Oratoire Saint-Joseph ce dimanche.

    « Ce projet de loi n’est pas là pour protéger les travailleurs les plus vulnérables, qui sont aussi les plus exploités sur le marché », dit Noé Arteaga, membre du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants de Montréal (CTI) et lui-même ancien travailleur agricole.

    Le nouveau dispositif légal souhaite revenir sur un jugement de la Cour supérieure du Québec du 11 mars 2013. Celle-ci avait invalidé les limites d’accès à la syndicalisation des travailleurs agricoles dans les fermes de moins de trois employés et avait laissé un an au gouvernement pour modifier le chapitre C-27 du Code du travail ou se plier au jugement. C’est cette dernière option qu’Agnès Maltais, alors ministre du Travail, avait choisie.

    Or, à la place d’un droit à la syndicalisation, le nouveau ministre du Travail, Sam Hamad, propose aux travailleurs de se constituer en association, sans droit de grève et donc, de moyens de pression, selon Noé Arteaga. Le projet de loi indique, en effet, que « l’employeur doit donner à une association […] une occasion raisonnable de présenter des observations au sujet des conditions d’emploi de ses membres. » En cas d’absence de réponse, l’association pourra alors « présenter ses observations […] par écrit ». L’employeur informera alors l’association « qu’il les a lues ». Le projet indique aussi que « la diligence et la bonne foi doivent gouverner la conduite des parties ». Des notions aux contours bien flous selon Manuel Salamanca, bénévole au CTI. « On sait qu’il y aura des abus et que la bonne foi n’est pas de mise chez certains fermiers. Il n’y a rien de contraignant dans cette loi. »

    En catimini

    Il rappelle aussi que la notion d’« exploitation agricole […] qui emploie moins de trois salariés de façon ordinaire et continue » est ambiguë. « C’est pour amener des bénéfices aux fermiers. Combien y a-t-il d’autobus remplis d’ouvriers arrivant dans les fermes, pour deux à huit mois, alors que cela reste des fermes familiales qui n’emploient que trois employés tout au long de l’année ? […] Ces derniers n’ont aucun droit ! »

    Manuel Salamanca dénonce le dépôt d’un projet de loi aussi important juste avant les vacances. « Le projet de loi 8 a été déposé en fin de session et personne n’y prête attention. Il faut attirer l’attention du public et des médias sur cette loi et ce qui se passe dans les fermes. »

    Benjamin Diaz exprime sa colère. « Nous sommes des esclaves. Nous travaillons 140 heures par semaine, nous sommes à leur merci. Ils disent qu’ils nous paient bien, mais ce sont des menteurs. »

    Tous sont d’accord pour dire que les programmes de travail temporaire canadiens mettent les travailleurs à la merci des employeurs. « Si je veux aller à l’épicerie, je dois demander à mon employeur de m’y emmener. Cela arrivait que je devais attendre deux semaines pour y aller, dit Benjamin Diaz. Je ne pouvais alors manger qu’une fois par jour. On est comme des objets pour eux. » Noé Arteaga ajoute : « J’ai été expulsé au Guatemala après avoir arrêté le travail parce qu’on refusait d’amener un collègue malade à l’hôpital. Et ce sont des situations fréquentes. » Une histoire qui l’a amené à porter plainte contre son employeur, les Serres du St-Laurent inc. Le jugement est toujours attendu.

    Le ministère du Travail et l’Union des producteurs agricoles du Québec n’ont pas répondu aux appels du Devoir.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.