Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le revenu garanti est la voie de l’avenir, croit Blais

    Le ministre de la Solidarité sociale verrait d’un bon oeil une petite révolution fiscale au Québec

    30 juin 2014 |Mélanie Loisel | Québec
    François Blais
    Photo: OIF François Blais

    Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, persiste et signe : le Québec gagnerait à terme à mettre en place un revenu minimum garanti (RMG). Même si le gouvernement Couillard n’a aucunement l’intention d’adopter ce concept et que cette réforme ne risque pas de voir le jour pendant son mandat, le ministre Blais maintient qu’il faudrait revoir certains programmes sociaux pour offrir en échange une allocation financière à tous les citoyens afin d’assurer une meilleure redistribution de la richesse.

     

    Pendant que de nombreux experts étaient réunis cette fin de semaine à l’Université McGill dans le cadre d’un colloque international sur la création d’un revenu minimum garanti, M. Blais a accepté d’accorder une entrevue au Devoir pour discuter du RMG, qui a été son cheval de bataille pendant de nombreuses années. Alors qu’il était professeur de philosophie politique à l’Université Laval, il a même écrit un livre sur le sujet.

     

    Radicale

     

    « Cette proposition d’imposer un revenu minimum garanti est probablement l’idée la plus radicale des cinquante dernières années [en matière de gestion des finances] », reconnaît-il d’emblée. Tant le gouvernement que les syndicats et les contribuables ont peine à s’imaginer qu’une allocation financière serait offerte à tous les Québécois sans exception. Imaginez-vous recevoir 1000 $ chaque mois, par exemple, et ce, peu importe que vous gagniez 20 000 $, 200 000 $ ou 2 millions de dollars en salaire.

     

    En contrepartie, de nombreux programmes sociaux tels que les allocations familiales, les crédits d’impôt pour enfants, les prêts et bourses et même le programme d’aide sociale seraient abolis. Et les plus nantis seraient imposés en conséquence. « Mais ce type de réforme doit être progressive, soutient le ministre Blais. On ne pourrait pas abolir d’un coup tous les programmes avec notre État providence qui est très complexe. »

     

    Dans le passé, il avait notamment proposé d’offrir 375 $ par mois à tous les Québécois pour commencer tout en maintenant une partie de l’aide sociale pour aider les plus démunis. « Ce que je proposais était d’abolir des crédits d’impôt non remboursables pour les convertir en crédit d’impôt remboursable [afin de financer le revenu minimum garanti] », explique-t-il.

     

    Pas d’annonce

     

    Même s’il a pris bien soin de répéter à plusieurs reprises qu’il n’avait aucune annonce officielle à faire, le ministre Blais demeure convaincu que le débat sur l’implantation d’une allocation financière universelle devrait être considéré au cours des prochaines années. Selon lui, il est tout à fait envisageable d’entamer une réforme qui s’étalerait sur 20 ou 25 ans. Dans le cadre de la commission d’examen sur la fiscalité québécoise qui vient d’être mise sur pied, il compte d’ailleurs mettre le sujet sur la table alors que les dépenses de l’État seront sous la loupe. Aucune discussion n’a toutefois eu lieu pour le moment avec le ministre des Finances, Carlos Leitao.

     

    Cette ouverture du ministre de la Solidarité sociale donne tout de même espoir aux militants du RMG. « Même si on sait que le ministre n’a pas l’intention de mettre cette réforme en place, le fait qu’il puisse parler du RMG sans contrainte, c’est déjà un bon pas pour mieux comprendre ce concept qui est encore mal compris du public », affirme Jonathan Brun, le porte-parole québécois de Réseau canadien pour le revenu garanti.

     

    Selon lui, les partisans de la gauche comme de la droite devraient s’intéresser à cette allocation universelle qui, d’un côté, viendrait en aide aux plus démunis et, de l’autre, allégerait considérablement la bureaucratie. Mais de nombreuses questions demeurent pour le moment sans réponses, dont une qui revient constamment : à combien devrait s’élever le revenu minimum garanti au Québec ?

     

    Québec solidaire a déjà estimé ce montant à 12 600 $ par année pour permettre à tous les Québécois de vivre dans la dignité en assurant leurs besoins de base. En Suisse, les citoyens seront bientôt appelés à se prononcer lors d’un référendum sur le RMG qui leur offrirait mensuellement 2500 francs suisses (3000  dollars canadiens). Certes, le coût de la vie est beaucoup plus élevé chez les Helvètes qu’ici, mais ce premier exercice démocratique permettra surtout d’évaluer la compréhension des citoyens pour ce concept novateur.

     

    « Le montant proposé n’est pas vraiment le plus important dans ce processus », lance Enno Schmidt, le réalisateur suisse du film Le revenu de base qui était de passage à Montréal. « Le RMG est toute une façon de revoir la fiscalité des États où les gens n’ont pas le choix de se demander dans quelle société ils veulent vivre. C’est une question de justice sociale où on doit être amené à se demander quelle est notre part d’individualité et de responsabilité pour permettre à tous de vivre dans la dignité. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.