Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Pauline Marois se confie au Devoir

    «Le choc a été brutal»

    7 juin 2014 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    Pauline Marois « assume pleinement » les décisions prises au fil des 33 jours de la campagne, ainsi que leurs conséquences. « C’est pourquoi je ne suis pas une femme démolie ou atterrée aujourd’hui », dit-elle.
    Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Pauline Marois « assume pleinement » les décisions prises au fil des 33 jours de la campagne, ainsi que leurs conséquences. « C’est pourquoi je ne suis pas une femme démolie ou atterrée aujourd’hui », dit-elle.

    Deux mois se sont écoulés depuis la défaite électorale, mais le souvenir est vif. « Le choc a été brutal. Le choc a été brutal », répète calmement Pauline Marois.

    L’ex-première ministre du Québec s’est relevée d’une « campagne difficile » à l’ombre des projecteurs. Elle a accepté de s’entretenir avec Le Devoir à quelques heures de son dernier rendez-vous avec les militants du Parti québécois, samedi à Drummondville, où elle tirera un trait sur une carrière de plus de 30 ans, au cours de laquelle elle a dirigé tous les grands ministères — y compris les Finances, la Santé et l’Éducation.

    Du flou entourant la tenue d’un référendum à la promesse d’une charte de la laïcité qu’elle souhaitait faire adopter sans compromis, en passant par la main tendue à Pierre Karl Péladeau : la chef démissionnaire « assume pleinement » les décisions prises au fil des 33 jours de la campagne, ainsi que leurs conséquences. « C’est pourquoi je ne suis pas une femme démolie ou atterrée aujourd’hui », dit-elle, portant le regard sur les gouttelettes d’eau collées aux fenêtres de la Maison-des-Marins, au musée de Pointe-à-Callières, dans le Vieux-Montréal.

    La dégelée infligée par les électeurs n’a pas pour autant été moins douloureuse. « J’ai vécu beaucoup de peine, d’abord pour les membres de mon équipe. Je trouvais que c’était tellement cruel pour eux. » Qui plus est, la perspective d’une victoire libérale n’avait « jamais été évoquée » à bord de l’autocar de campagne. La première ministre sortante était ainsi persuadée « jusqu’à la dernière minute » de se voir confier les rênes d’un gouvernement… à tout le moins minoritaire. « Je n’ai pas été mal informée. Il y avait des tendances qui se dégageaient [dans les sondages d’opinion], mais, en même temps, j’avais de bons échos sur le terrain », affirme-t-elle, précisant du même souffle avoir été portée pendant la campagne par l’« enthousiasme » des militants. « Écoutez, je n’ai jamais fait autant de rassemblements dans une campagne. »

    « Force » et « crédibilité »

    Pauline Marois a un « regret », celui d’avoir été incapable de « parler plus » des réalisations de son gouvernement, reléguées au second plan par « beaucoup d’attaques » sur la tenue possible d’un nouveau référendum sur l’indépendance du Québec.

    L’équipe de candidats « exceptionnelle » s’étant ralliée autour d’elle — Diane Lamarre, Gyslaine Desrosiers et Pierre Karl Péladeau le poing en l’air « pour le pays » — a donné à la fois de la « force » et de la « crédibilité » à la capacité d’un gouvernement péquiste de « faire avancer le projet de souveraineté du Québec ». « Nos opposants ont réussi à semer l’inquiétude. Je crois que c’est un des éléments qui nous ont amenés à la défaite qu’on a connue », admet Mme Marois.

    La réaction a été « virulente du côté des anglophones de Toronto », se remémore-t-elle, pointant une « photo [d’elle] grande comme ça qui n’était pas très belle à voir » à la une du Globe and Mail.

    Malgré la mobilisation autour du Parti libéral du Québec des électeurs apeurés par le spectre d’un troisième référendum, l’état-major s’est refusé de s’éloigner des « orientations » figées dans le programme du PQ. « J’ai tenté tout au long de la campagne d’expliquer que jamais nous ne tiendrions un référendum si on croyait qu’on n’était pas capable d’aller chercher l’appui de la majorité de la population. […] Mais, en même temps, je ne voulais pas fermer la porte à ce qu’on puisse en tenir un, explique-t-elle. Je n’ai jamais pensé faire autrement. »

    Elle ne pouvait foncer à visière levée vers un référendum ou encore écarter la tenue d’un référendum dans un prochain mandat. « Je ne me suis pas sentie coincée par cette stratégie-là, parce que j’avais participé à son élaboration. »

    Mais le flou du PQ a été exploité par le PLQ ? « Tout à fait ! », convient-elle, soulignant que les troupes de Philippe Couillard ont « beaucoup manipulé l’opinion publique sur cette question-là ».

    Le parti devra immanquablement repenser sa stratégie de communication d’ici au prochain rendez-vous électoral. « Maintenant, ce sera au parti et aux membres de réfléchir pour la suite. »

    Le pays du Québec

    Aux yeux de Mme Marois, le projet de souveraineté constitue le « fondement même » de l’« action politique » du PQ. « On en a parlé, mais avec les bons mots ? », s’interroge-t-elle.

    La fille de mécanicien est « devenue indépendantiste » dans la jeune vingtaine, lors d’un séjour en Outaouais. « J’ai eu le choc de ma vie, lance-t-elle en haussant le ton. Je me suis rendu compte qu’on était en train de s’assimiler. »

    Quatre décennies plus tard, elle invite les jeunes à « dessiner le projet de souveraineté autrement, sous l’angle de ce qui les intéresse : l’environnement, la lutte contre la pauvreté, etc. »

    La souveraineté a beau actuellement attirer la faveur de 30 % des jeunes de 18 à 24 ans, elle en est néanmoins convaincue : « La souveraineté est aussi moderne aujourd’hui qu’elle l’était il y a 30, 40 ans. Ce n’est pas un concept dépassé. Au contraire ! »
    Le verdict de l’électorat, le 7 avril, n’est pas un « troisième non » à l’indépendance du Québec, martèle-t-elle.

    Le PQ saluera samedi Pauline Marois. Ella a dirigé une douzaine de ministères, avant de briser le « plafond de verre » en accédant à la plus haute fonction de l’État. « [Cette opération] m’a laissé des égratignures », fait remarquer Mme Marois. Elle fera ses adieux au PQ, « fière de laisser un parti en santé », mais surtout rassurée par la présence d’une « relève » forte. « Ce n’est pas vrai qu’on est le parti de deux générations ! »

     


    Created with flickr slideshow.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel