Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Requiem pour le projet de pays

    Des ténors souverainistes concluent au cul-de-sac

    Le sociologue et historien Gérard Bouchard multiplie les métaphores alarmistes pour décrire la situation dans laquelle le Parti québécois s’est lui-même empêtré.
    Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Le sociologue et historien Gérard Bouchard multiplie les métaphores alarmistes pour décrire la situation dans laquelle le Parti québécois s’est lui-même empêtré.




     

    Consultez tous nos textes
    sur les élections

    Au lendemain de la cuisante défaite du PQ, des ténors de l’indépendance sonnent le glas du projet souverainiste et croient, après des décennies de lutte, que l’idée d’un pays est moribonde. Pour les souverainistes Gérard Bouchard et Louise Beaudoin, l’ampleur de la sanction populaire signifie la mort d’un rêve, porté par une génération qui a échoué à transmettre aux plus jeunes son projet de pays.

    Un « cul-de-sac ». Une « impasse ». Un tournant « inquiétant pour l’avenir ». Tel est le verdict formulé par le sociologue et historien Gérard Bouchard, qui multiplie les métaphores alarmistes pour décrire la situation dans laquelle le Parti québécois s’est lui-même empêtré. « Pour moi, qui ai toujours été un souverainiste et un péquiste, la première impression c’est que le PQ va devoir se reconstruire, et en profondeur, a-t-il confié au Devoir. Le problème, c’est de savoir comment. Il devient de plus en plus clair que son article premier, que cette option sur la souveraineté, a du plomb dans l’aile et pour un bout de temps. »

    À moins d’un revirement majeur, avertit cet architecte des pratiques d’accommodements culturels et penseur de l’identité québécoise, le Parti québécois pourrait bien avoir joué son rôle historique, et être bientôt remplacé par la Coalition avenir Québec (CAQ).

    Celui qui a dirigé avec le philosophe Charles Taylor la Commission sur les accommodements raisonnables (2007-2008) estime que l’article 1 du programme péquiste voue, à terme, ce parti à l’impasse. « Je ne vois pas comment ce parti pourrait abolir cet article, tout en demeurant le PQ. Comment pourrait-il se reconstituer et redevenir le parti qu’il était, c’est-à-dire un parti dominant, en tablant sur cette plateforme-là ? Donc, on semble dans un cul-de-sac. »

    Onde de choc

    La débâcle printanière essuyée par les troupes péquistes le soir du scrutin a créé mardi une onde de choc chez de fidèles partisans de l’option souverainiste. Si le mot d’ordre était le silence pour plusieurs élus au lendemain de ce désaveu, plusieurs autres ténors de la souveraineté ont formulé des diagnostics dévastateurs.

    Jointe à Paris, l’ex-députée du PQ et souverainiste affirmée Louise Beaudoin y est allée d’un puissant constat d’échec. Elle se dit même obligée, après 40 ans de lutte, de conclure qu’il est temps pour elle de « jeter l’éponge ».

    « Je ne m’attendais pas à l’ampleur de cette défaite. Est-ce que l’idée d’indépendance a été celle d’une seule génération ? Avons-nous échoué à transmettre le goût du pays aux jeunes ? La réponse se trouve dans la nouvelle génération. Pour moi, ce [résultat] me donne la permission de jeter l’éponge et de passer le témoin à d’autres », a-t-elle tranché.

    Le projet collectif d’un pays, analyse celle qui avait claqué la porte du caucus péquiste avec Lisette Lapointe et Pierre Curzi en 2011, avant de réintégrer les troupes du PQ en 2012, n’allume visiblement plus les jeunes, davantage portés par la défense des droits individuels. « Le projet [souverainiste] se présente dans un monde très différent de celui dans lequel il est né. Dans un contexte de mondialisation, les rêves collectifs ne sont plus très présents. Peut-on continuer aujourd’hui à avoir une vision de ce type-là ? La réponse appartient à la nouvelle génération », pense-t-elle.

    Le capital de sympathie dont jouissait le PQ auprès des jeunes pendant le printemps érable s’est évaporé en à peine 18 mois, en partie en raison de la charte, reconnaît cette fieffée partisane de la laïcité, dont la circonscription était devenue, en 2012, l’épicentre des concerts de casseroles.

    « J’y ai cru à ce moment, à cette montée de fièvre souverainiste. Je pense que le projet identitaire [de la charte] est fondamentalement progressiste, mais les jeunes vouent aujourd’hui un caractère sacré aux droits individuels », pense-t-elle.

    Impasse pour le PQ

    Gérard Bouchard croit aussi que la question de l’identité, qu’on a crue plus « gagnante » que celle de la souveraineté pendant la campagne, s’est avérée un second boulet pour le Parti québécois. « On ne parle pas de souveraineté : on parle de la neutralité de l’État. Mais ce choix a aussi été clairement rejeté par [le vote de] lundi. Les gens ne veulent plus de cette division. Ce 2e enjeu devient une impasse également », conclut ce partisan de la laïcité ouverte et opposant farouche à l’interdiction totale du port de signes religieux ostentatoires pour les employés de l’État prévue par la charte des valeurs.

    À défaut d’autre option, le ciel s’assombrit pour le PQ, pense-t-il. D’autant plus que les trois aspirants présumés au trône du PQ (Drainville, Lisée et Péladeau) ont tôt fait lundi de brandir à nouveau la souveraineté, ouvrant la porte à court terme à un fractionnement de la base du parti, et à l’ouverture d’une voie royale pour la CAQ. « La Coalition pourrait devenir le deuxième grand parti au Québec. »

    Plus dur encore, l’indépendantiste de longue date et ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB), Jean Dorion, juge que c’est plutôt la réélection du PQ — plus que sa défaite — qui aurait enterré définitivement le rêve d’un pays. « Ce résultat est souffrant pour plusieurs, mais c’est un mal pour un bien, car personnellement, je crois que l’idée de la souveraineté en aurait souffert encore plus. S’il y a un salut possible pour le mouvement indépendantiste, c’est de s’adapter au pluralisme, car les jeunes sont plus ouverts à cette diversité. On ne peut se figer dans un uniformisme qui est chose du passé, et le sera encore davantage dans les années à venir », insiste l’auteur de l’ouvrage Inclure, quelle laïcité pour le Québec ?

    Rejoindre les jeunes

    Pierre Curzi, ex-député péquiste de Borduas, président du groupe de réflexion Nouveau Mouvement pour le Québec, ne va pas aussi loin dans ses conclusions que ces ténors, mais pense venu le temps d’un sérieux examen de conscience pour le PQ, faisant écho aux propos tenus mardi par plusieurs ministres péquistes de la garde montante, dont Véronique Hivon, Stéphane Bédard et Sylvain Gaudreau. « Ce n’est pas la fin de l’indépendance, c’est la défaite d’un parti politique, croit-il. Le PQ a été marqué par une vision née en 1970, dont on est allés au bout. Pour continuer, le PQ doit faire de la politique avec un lien beaucoup plus direct avec la jeune génération, qui a une autre vision du monde. »

    Si les jeunes ne sont pas « contre » l’indépendance, cet enjeu n’est pas central pour plusieurs, nuance le comédien de 68 ans. L’importance accordée à certaines des valeurs que le PQ défend est en train de muter, pense-t-il. Le discours traditionnel du Parti québécois ne marche plus en 2014, abonde Rémy Trudel, ex-ministre dans les gouvernements de Lucien Bouchard et Bernard Landry. « Il faut faire un exercice très profond, ardu, soutenu [pour] définir la formule [par laquelle] le Québec [pourra] se prendre en main. La meilleure nouvelle pour le PQ, c’est qu’on a quatre ans et demi pour travailler. On a du temps. »

    Un des artisans de la politique identitaire du PQ et proche conseiller du parti, l’historien Éric Bédard, lui, ne baisse pas les bras. Les soubresauts de la question nationale ont toujours marqué l’histoire du Québec, rappelle-t-il. « On annonce un peu vite le décès du mouvement nationaliste. Cette trame nationale traverse notre histoire. À la signature du lac Meech, on croyait que tout était fini pour les souverainistes ! »
    Le sociologue et historien Gérard Bouchard multiplie les métaphores alarmistes pour décrire la situation dans laquelle le Parti québécois s’est lui-même empêtré. Louise Beaudoin












    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.