Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Bilinguisme: Couillard aurait voulu s’exprimer plus clairement

    6 avril 2014 17h26 |Guillaume Bourgault-Côté | Québec
    Lors du deuxième débat, Philippe Couillard avait soutenu qu’un employé d’usine devait parler anglais au cas où <em>«un Américain viendrait poser des questions»</em>. 
    Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Lors du deuxième débat, Philippe Couillard avait soutenu qu’un employé d’usine devait parler anglais au cas où «un Américain viendrait poser des questions»
    Roberval — Si Philippe Couillard pouvait corriger un élément de sa campagne électorale, c’est sa déclaration sur le bilinguisme au travail qu’il choisirait. Le chef libéral a soutenu dimanche s’être mal exprimé à ce sujet lors du deuxième débat des chefs.

    «Sans parler de mauvais coup, je pense que lorsqu’il a été question de la langue en milieu de travail, j’aurais pu m’exprimer plus clairement», a-t-il indiqué lors de son dernier point de presse de la campagne.

    Lors du deuxième débat, M. Couillard avait soutenu qu’un employé d’usine devait parler anglais au cas où «un Américain viendrait poser des questions»

    «Ce dont je voulais parler, c’était des gens qui ont un contact avec la clientèle, a-t-il précisé dimanche. C’est évident qu’il faut que ce soit comme ça. […] La loi 101 prévoit pour les entreprises de désigner des postes bilingues lorsqu’il y a des contacts avec la clientèle.»

    M. Couillard a précisé sa pensée au lendemain du débat. Mais au terme de la campagne, il estime que ses «adversaires en ont bien sûr profité pour créer une fausse impression».

    Le chef libéral a mis un terme à sa campagne par une série d’arrêts éclair en Abitibi et en Gaspésie, avant de regagner Roberval, où il tente de faire élire.












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.