Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Nous sommes d'abord et avant tout des indépendantistes

    5 avril 2014 |Texte collectif | Québec
    Nous sommes d'anciens sympathisants, militants, membres d'exécutifs et candidats d'Option nationale (ON) qui venons de tous les coins du Québec. Aujourd’hui, nous estimons qu’il est nécessaire d’appeler à l'union des forces indépendantistes.

    Lors du Congrès de fondation d'ON en 2012, il était évident qu'une lueur indépendantiste venait de voir le jour. Jeunes et moins jeunes étaient réunis à Nicolet-Bécancour pour s'y donner un véhicule politique qui défendrait l'indépendance nationale de notre peuple.
    Il s'agissait d'un moment important pour nous. Nous voulions à l'époque relancer la lutte indépendantiste.

    Un nouveau but nourrissait notre ambition: unir une nouvelle génération d'indépendantistes sous la nouvelle étiquette des «onistes». Nous étions motivés, souriants, entreprenants et convaincus. Nous avons démontré qu’en quelques mois seulement, nous pouvions encore mobiliser de nombreux individus et communautés autour de l’idée d’indépendance en l’abordant de façon décomplexée.

    Ce moment restera gravé à la fois dans nos mémoires et dans l'histoire. Il demeurera, à ce jour, le plus bel accomplissement d’Option nationale.

    Notre génération s'est ajoutée aux autres générations qui luttent pour l’indépendance. Nous avions émis la nécessité d'une solidarité indépendantiste pour mener à bien la réalisation du projet de pays pour le Québec. Une solidarité non seulement entre progressistes et lucides, mais aussi une solidarité intergénérationnelle. C’est maintenant que tous les indépendantistes doivent être solidaires, sans quoi la première génération ne pourra malheureusement plus participer à l'aboutissement du projet qu’ils ont eux-mêmes fait naître.

    Or, voici qu’en 2014, le vent souverainiste se lève enfin au Parti Québécois (PQ). Le navire prendra-t-il le cap de l'indépendance? L'avenir nous le dira. Cependant, s’il nous est possible de nous unir pour garder le gouvernail en bonne position, nous nous devons de le faire.

    L'indépendance ne se fera ni à gauche, ni à droite, mais avec tous les Québécois qui partagent ce rêve. Ainsi, une seule certitude reste: le Québec est une démocratie. Ni la gauche, ni la droite ne pourront s'approprier notre futur pays.

    Avec l'arrivée de M. Pierre Karl Péladeau, l'indépendance devient, pour plusieurs, possible et concrète. Il ne faut pas laisser cette fenêtre se refermer.

    Nous rappelons que le PQ est la somme de ses militants et que nous pouvons tous en être. Nous invitons donc les militants et sympathisants d'ON à se joindre au PQ.

    Nous demandons au PQ de reconnaître à nos anciens confrères militants une entité politique distincte au sein du parti qui leur permettrait de poursuivre leur mission. Cette entité servirait à promouvoir l'indépendance et à en faire la pédagogie. Les militants soutiendraient et contribueraient à la mission première de notre parti: le Parti québécois.
    Nous demandons aussi aux sympathisants du PQ d'ouvrir grand leurs bras pour accueillir nos frères et nos soeurs indépendantistes.

    Les militants d'ON sont parmi les plus actifs de notre mouvement. Cette énergie doit servir à parler du pays du Québec et non pas à récolter des signatures, à dépenser toute son énergie à se maintenir en vie en tant que parti politique ou à s'entredéchirer entre sympathisants de la même cause. Maintenir à flot un parti politique demande beaucoup d'énergie qui pourrait être mieux investie pour la cause. Option nationale peut vivre et s’émanciper au sein du Parti Québécois.

    Joignez-vous à nous, car le temps est à l’unité des indépendantistes.

    Nous invitons, par la même occasion, tous les membres de Québec solidaire qui sont indépendantistes à se joindre à nous.

    Soyons d'abord indépendantistes.

    ***

    Pierre-Luc Benoit, membre d'Option nationale dans Berthier et participant aux Congrès 2012-2013.
    Johanie Couture, Directrice de campagne pour la circonscription de Labelle en 2012.
    Sébastien-L. Pageon, ancien candidat en 2012 et ancien directeur général pour Option nationale.
    Éric Gauthier, ancien registraire national, ancien responsable finance registraire Montérégie, ancien adjoint agent officiel pour la Montétégie et l'Estrie pour Option nationale.
    Jonathan Godin, candidat Option nationale en 2012 aux Îles-de-la-Madeleine et enseignant.
    Camille Lafrance, ancienne secrétaire-trésorière de l'exécutif d'Option nationale aux Îles-de-la-Madeleine.
    Michel L'Héreault, ex-president d'Option nationale de la circonscription de Gouin.
    Guillaume Martin, designer principal Option nationale pour la campagne 2012.
    Jean-Philippe Vincent, membre d'ON dans la circonscription de Champlain
    Dany Morissette, doc en 2012 et ex-président du conseil local de circonscription de Rouyn-Noranda-Témiscamingue pour Option nationale.
    Aristo Sfaelos, ex-conseiller pour Option nationale de la circonscription de Taillon, conseiller technique.
    Jean-François Veilleux, membre d'Option nationale dans la circonscription de Trois-Rivières.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.