Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Positionnement idéologique des partis

    Le PLQ est plus à gauche que le PQ

    La différence est tellement mince qu’on pourrait aussi dire que les idées des deux partis dominants ne se distinguent pratiquement pas sur le spectre gauche-droite

    2 avril 2014 |François Pétry et Lisa Birch | Québec
    Le point le plus remarquable est que tous les partis ont des positionnements négatifs, à gauche de l’axe, laissant ainsi un large espace vide au centre droit.
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le point le plus remarquable est que tous les partis ont des positionnements négatifs, à gauche de l’axe, laissant ainsi un large espace vide au centre droit.

    Dans la plupart des démocraties occidentales, l’enjeu dominant des élections est de décider si les citoyens seront gouvernés à gauche ou à droite. Au Québec se greffe un deuxième enjeu lié aux questions de langue et d’identité nationale. Comment les partis se positionnent-ils par rapport à ces enjeux en 2014 ? Est-ce que les idéologies partisanes d’aujourd’hui diffèrent de celles des élections passées ? Pour répondre à ces questions, l’équipe du projet poltext (www.poltext.org) du Centre d’analyse des politiques publiques de l’Université Laval a analysé les plateformes que viennent de publier le Parti québécois (PQ), le Parti libéral du Québec (PLQ), la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS) pour en extraire de manière synthétique leur positionnement sur le clivage gauche-droite et sur le clivage identitaire, et faire la comparaison avec leurs positionnements aux élections précédentes. Les plateformes des partis qui n’avaient pas de députés à la dernière Assemblée nationale ne figurent pas dans l’analyse.

     

    Commençons par l’axe (ou clivage) gauche-droite portant sur le rôle plus ou moins grand de l’État dans la société. La méthode de positionnement des partis sur cet axe consiste à additionner les mentions dans les plateformes d’enjeux prédéfinis comme étant « à droite » (par exemple l’appui à la libre entreprise ou à l’orthodoxie budgétaire) et à les soustraire aux mentions d’enjeux prédéfinis comme étant « à gauche » (par exemple l’appui à la réglementation du marché privé ou à l’expansion de l’État-providence).

     

    Les positionnements des partis […] ont été « lissés » en appliquant une moyenne mobile sur deux élections successives pour amoindrir les variations à court terme qui sont dues plus à l’évolution du contexte d’une campagne à l’autre qu’à un véritable changement idéologique. Plus un positionnement est négatif sur l’axe, plus le parti est à gauche, plus il est positif, plus le parti est à droite. L’échelle peut aller en théorie de +100 (extrême droite) à -100 (extrême gauche).

     

    Pour les élections de 2012-2014, les différences de positionnement répondent auxattentes. QS (-46) est plus à gauche que le PQ (-26), lui-même plus à gauche que le PLQ (-22) et la CAQ (-21). Toutefois, le point le plus remarquable est que tous les partis ont des positionnements négatifs, à gauche de l’axe, laissant ainsi un large espace vide au centre droit. Cette configuration démarque clairement le système de partis du Québec des autres systèmes de partis où l’on trouve d’habitude un parti (ou une famille de partis) à gauche et l’autre parti (ou famille de partis) à droite. Cette configuration n’est d’ailleurs pas nouvelle, comme l’indique l’évolution passée du positionnement du PQ, du PLQ et de l’Action démocratique du Québec (ADQ) sur l’axe gauche-droite. Depuis l’élection de 1976 qui a catapulté pour la première fois le PQ au pouvoir, consacrant ainsi le réalignement durable du système politique québécois, le PQ et le PLQ se sont positionnés au centre gauche à toutes les élections (dans un intervalle compris entre -11 et -33 pour le PQ et entre -16 et -35 pour le PLQ). Plus remarquable encore est le positionnement des plateformes de l’ADQ, qui a oscillé entre -8 en 1994-1998 et -24 en 2007-2008, démentant ainsi quelque peu sa réputation de parti de centre droit.

     

    On remarque d’ailleurs une accentuation des positionnements à gauche avec le temps : le positionnement moyen du PQ est sensiblement plus à gauche dans les cinq observations en fin de période (-28) que dans les cinq observations en début de période (-16). Le positionnement du PLQ a lui aussi évolué vers la gauche (de -20 en moyenne en début de période à -27 en moyenne en fin de période), quoique le changement ait été moins marqué que pour le PQ. Ce déplacement vers la gauche du PQ et du PLQ s’est fait en dépit (ou à cause ?) de l’arrivée de l’ADQ sur la scène électorale en 1994. L’ADQ avait pour objectif d’occuper le centre droit dans l’axe gauche-droite et d’y attirer le centre de gravité du paysage politique québécois. Or, loin de réaliser cet objectif, ses plateformes ont évolué vers la gauche avec le temps, si bien que son positionnement en 2007-2008 juste avant sa disparition (-24) était trois fois plus à gauche qu’en 1994-1998 (-8). La CAQ, fondée en 2012 avec l’ambition de mettre en oeuvre une idéologie du centre droit assez semblable à celle de l’ADQ, se positionne à -22 en 2012-2014, soit sensiblement plus à gauche que l’ADQ à ses débuts, et pratiquement au même point que le PLQ. La question de savoir si la CAQ réussira mieux que l’ADQ à occuper le centre droit du paysage politique québécois reste ouverte.

     

    Autre point à noter : contrairement à une notion courante, le PLQ n’est pas plus à droite que le PQ. C’est le contraire en fait, puisque notre méthode positionne le PLQ à gauche du PQ plus souvent que l’inverse. À vrai dire, la différence est tellement mince qu’il serait plus prudent de dire que, prises dans leur ensemble, les idéologies gauche-droite des deux partis dominants ne se distinguent pratiquement pas. Enfin, notons le positionnement de QS en 2012-2014 à -46 sur l’axe gauche-droite, soit le point le plus à gauche jamais occupé par un parti ayant eu des élus à l’Assemblée nationale depuis l’élection de 1976. La question reste ouverte de savoir si QS réussira à l’avenir à augmenter ses appuis populaires tout en conservant son positionnement à gauche.

     

    Un pôle souverainiste et un pôle fédéraliste

     

    L’axe gauche-droite n’est pas le seul clivage idéologique au Québec. Les clientèles partisanes se positionnent également sur un axe identitaire où s’opposent un pôle souverainiste et un pôle fédéraliste. Pour positionner les partis sur l’axe identitaire, l’équipe du projet poltext a additionné les mentions de deux enjeux prédéfinis : le nationalisme québécois et la défense de la langue française. Encore une fois, sur un axe, les pourcentages ont été « lissés » en appliquant une moyenne mobile sur deux élections successives. Les scores sur l’axe identitaire résultant d’une addition, ils ne peuvent pas être négatifs, contrairement aux scores de l’axe gauche-droite.

     

    On voit que le PQ a consacré 18 % en moyenne de ses plateformes aux élections de 2012-2014 aux deux enjeux de l’axe identitaire, contre seulement 4 % pour le PLQ. L’importance que QS et la CAQ donnent aux enjeux identitaires en 2012-2014 se situe entre les deux extrêmes (14 % et 12 % respectivement).

     

    Quelle a été l’évolution de la position des partis sur l’axe identitaire au Québec depuis 1976 ? On constate que l’importance des enjeux identitaires est restée à peu près stable dans les plateformes du PQ tout au long de la période d’analyse, de 19 points de pourcentage en moyenne dans les cinq observations en début de période à 18 points en moyenne dans les cinq observations en fin de période. Par contre, leur importance a fortement diminué dans les plateformes du PLQ, de 13 % en moyenne en début de période à 6 % en fin de période.

     

    Clivage identitaire en accentuation

     

    En se positionnant tous les deux au centre gauche du clivage gauche-droite, le PQ et le PLQ, les partis dominants du système (certains observateurs évoquent un duopole pour décrire leurs relations), ont laissé le champ libre à de nouveaux entrants à droite ou au centre droit. Une telle stratégie aurait été risquée, même imprudente, si le clivage gauche-droite avait été le seul qui compte dans la politique québécoise. Mais au Québec, il y a un deuxième clivage qui compte autant, peut-être plus que le clivage gauche-droite. Il s’agit du clivage identitaire. Les données ici présentées montrent que l’axe identitaire a opposé les deux partis dominants du système et leurs clientèles électorales respectives. Ce clivage, qui fut le moteur du réalignement politique des années 1970, loin de s’estomper avec le temps, s’est au contraire accentué récemment. Les tentatives de l’ADQ tout d’abord et plus récemment de la CAQ pour se faire une place dans le paysage politique québécois en affirmant à nouveau l’importance du clivage gauche-droite ont donné jusqu’ici des résultats assez mitigés (l’éphémère succès de l’ADQ en 2007 étant l’exception qui confirme la règle) qui semblent plus refléter un tripartisme de transition qu’un véritable réalignement politique.


    François Pétry - Professeur au Département de science politique de l'Université Laval

    Lisa Birch - Directrice générale du Centre d'analyse des politiques publiques de l'Université Laval

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel