Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!
    Étudiants non québécois sur la liste électorale

    Le PQ s’inquiète pour rien, dit le DGE

    24 mars 2014 |Mélanie Loisel | Québec
    Pauline Marois faisait campagne dimanche dans la région de la Mauricie avec notamment le candidat de Maskinongé, Patrick Lahaie. Mme Marois a demandé au directeur général des élections d’assurer l’intégrité du vote pour éviter que le Québec soit «manipulé».
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pauline Marois faisait campagne dimanche dans la région de la Mauricie avec notamment le candidat de Maskinongé, Patrick Lahaie. Mme Marois a demandé au directeur général des élections d’assurer l’intégrité du vote pour éviter que le Québec soit «manipulé».




     

    Consultez tous nos textes
    sur les élections

    Le Parti québécois (PQ) est prêt à tout pour s’assurer de ne perdre aucun vote aux prochaines élections. Après que Le Devoir eut révélé, samedi, qu’un nombre inhabituellement élevé de demandeurs allophones et anglophones tentaient d’obtenir le droit de vote, le directeur général des élections (DGE) a été appelé en renfort pour clarifier la situation. Samedi, le DGE a reconnu que cinq circonscriptions à Montréal et en Estrie étaient problématiques avant de spécifier, dimanche, que les informations lui avaient été communiquées par un parti politique sans vouloir révéler le nom.

     

    Selon les informations du Devoir, c’est en fait le PQ qui avait signalé au DGE les cinq circonscriptions problématiques, soient : Sainte-Marie–Saint-Jacques, Saint-François, Saint-Henri–Sainte-Anne, Westmount–Saint-Louis et Sherbrooke. Pourquoi le PQ a-t-il ciblé ces circonscriptions ? Quel était son intérêt ? De quoi s’inquiétait-il ?

     

    Le DGE, Jacques Drouin, affirme qu’il n’y avait rien d’anormal. « On nous a parlé d’une grande affluence dans les commissions de révision (de la liste électorale) de certaines circonscriptions par rapport à d’autres, mais quand on les a comparées avec les autres […], il n’y avait pas vraiment de craintes à y avoir », indique-t-il.

     

    En effet, selon les chiffres obtenus par Le Devoir, il y avait en 2012, au même moment dans la campagne, 561 demandes d’inscriptions à la liste électorale, alors qu’il y en a 351 cette année dans Sainte-Marie–Saint-Jacques. En fait, il n’y a que dans Saint-Henri–Sainte-Anne, où il y a une légère hausse d’inscriptions cette année (voir tableau).

     

    « Quand on regarde la moyenne générale, on n’est pas dans un phénomène de fraude, mais pas du tout », a mentionné le DGE. M. Drouin a par contre reconnu que les membres des commissions de révision électorale pouvaient avoir certaines difficultés à interpréter la « notion de domicile », qui vise à déterminer l’intention d’un électeur qui veut ajouter son nom à la liste à demeurer au Québec.

     

    Dimanche, le DGE a donc fait parvenir un document complémentaire aux diverses commissions de révision électorale et aux futurs électeurs pour leur spécifier les documents nécessaires pour prouver qu’ils demeurent au Québec depuis six mois. « Pour que quelqu’un puisse prouver son intention de demeurer au Québec, on peut lui demander si son compte de banque a été changé, s’il a une voiture au Québec, s’il paie ses impôts », donne-t-il en exemple.

     

    Dans une lettre qu’il a fait parvenir au Devoir, l’ex-président de la Commission de révision de la liste électorale dans Sainte-Marie–Saint-Jacques, Mathieu Vandal, maintient néanmoins que le processus d’inscription des nouveaux électeurs demeure « flou ». Vendredi dernier, M. Vandal a d’ailleurs annoncé sa démission après avoir observé un nombre « anormal » d’anglophones et d’allophones, dont la plupart étaient des étudiants provenant du reste du Canada, qui tentaient d’obtenir leur droit de vote. Contrairement à ce qu’affirme le DGE, M. Vandal soutient que les nouvelles mesures pour l’inscription de nouveaux électeurs sont loin de rétablir le « lien de confiance ». « J’atteste qu’il y a certaines choses qui doivent être améliorées. […] Il y a des gens qui n’auraient peut-être pas dû être inscrits, il y a des règles qui auraient dû être resserrées »,affirme-t-il.

     

    Face à ces présumées irrégularités électorales, Pauline Marois a indiqué qu’un prochain gouvernement péquiste se pencherait sur l’opportunité de revoir la Loi électorale pour s’assurer que des étudiants des autres provinces ne votent pas aux élections québécoises. Bien qu’elle ait refusé de parler « d’un vol de votes » du reste du Canada, comme l’avait fait le ministre de la Justice Bertrand St-Arnaud un peu plus tôt en matinée, Mme Marois a tout de même jugé « inquiétant qu’on puisse travestir le vote. » La chef péquiste a indiqué que le DGE « pourrait, une fois la révision terminée, utiliser les pouvoirs extraordinaires qu’il a pour aller faire des vérifications encore précises sur certaines inscriptions. »

     

    De son côté, le chef du Parti libéral Philippe Couillard ne s’inquiète pas du nombre inhabituel d’anglophones et d’allophones qui chercheraient à obtenir le droit de vote le 7 avril. Le chef libéral s’est dit « rassuré par la présence du DGE [dans le processus] et du fait qu’il va remplir son mandat ». « Ce que je remarque, c’est que le DGE joue son rôle, c’est une institution indépendante qui vérifie l’éligibilité des personnes inscrites.

     

    Le chef de la CAQ, François Legault, a pour sa part accusé ses deux adversaires de vouloir « bâtir des drames » à partir des informations selon lesquelles un nombre inusité d’anglophones et d’allophones chercheraient à s’inscrire à la liste électorale.

    ***

    Des étudiants du ROC contre le PQ

    Le Devoir s’est rendu à l’Université McGill pour interroger une vingtaine d’étudiants du ROC (Rest of Canada) qui prévoient voter aux élections québécoises du 7 avril. Parmi eux, aucun n’a dit avoir été incité par un groupe à aller voter. La plupart ont choisi de s’inscrire sur les listes de scrutin parce qu’ils s’opposent fermement à la charte de laïcité et à la souveraineté. « On sent que quelque chose se trame, avec les discussions sur la souveraineté. On ne veut pas de référendum », a indiqué Jonas Mutukisma, rencontré à la cafétéria de l’Université. « La charte est la chose la plus folle dont j’ai entendu parler en politique », a poursuivi Adam, étudiant d’origine ontarienne. « J’en ai encore pour au moins un an à étudier ici. Je ferai peut-être une maîtrise. Les projets du Parti québé- cois, s’il est élu, vont donc m’affecter. Je veux voter contre Pauline Marois, contre la charte », a affirmé l’Ontarienne Laura Kim. Presque la totalité des étudiants interrogés prévoit voter pour le Parti libéral du Québec (PLQ). « C’est le parti capable de battre le Parti québécois, donc on vote pour eux », a expliqué le Britanno-Colombien Bogdan Istrate. Quatre étudiants parmi les personnes interrogées prévoient ne pas voter parce qu’ils ne sont pas intéressés par la politique ou ne veulent pas remplir de paperasse.

    Avec Robert Dutrisac, Guillaume Bourgault-Côté, Marco Bélair-Cirano

    Pauline Marois faisait campagne dimanche dans la région de la Mauricie avec notamment le candidat de Maskinongé, Patrick Lahaie. Mme Marois a demandé au directeur général des élections d’assurer l’intégrité du vote pour éviter que le Québec soit «manipulé». Laura Kim, une Ontarienne étudiant à McGill, ira voter le 7 avril.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel