Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Ligne 9B d’Enbridge

    Breton désavoue Scott McKay

    «Scott s’est comporté de façon lamentable»

    5 mars 2014 |Mélanie Loisel | Québec
    Dès le début du débat, M. Khadir s’en est pris à M. Breton en lui reprochant d’avoir changé sa position en ce qui concerne le dossier d’Anticosti et d’être maintenant « réduit au silence ».
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Dès le début du débat, M. Khadir s’en est pris à M. Breton en lui reprochant d’avoir changé sa position en ce qui concerne le dossier d’Anticosti et d’être maintenant « réduit au silence ».

    Daniel Breton a refusé de se porter à la défense de son confrère du Parti québécois Scott McKay, mardi soir, lors d’un débat sur les enjeux énergétiques organisé à l’Université Concordia. Lorsqu’un étudiant lui a demandé comment il pouvait défendre son gouvernement alors que Scott McKay a ridiculisé le seul groupe citoyen invité à prendre la parole lors de la commission parlementaire sur l’inversion du flux du pipeline 9B d’Enbridge, M. Breton a lancé : « Je ne le ferai pas, Scott s’est comporté de façon lamentable. »

     

    En décembre dernier, le député de Repentigny, Scott McKay, s’était longuement attaqué en commission parlementaire à la crédibilité du porte-parole de la Coalition vigilance oléoduc en prétendant qu’il était un porte-parole de Québec solidaire (QS). Le député de QS Amir Khadir, qui était présent au débat, a été étonné d’entendre la déclaration de M. Breton. Il a reconnu que c’était « courageux ».

     

    Mais outre cette question, Daniel Breton et Amir Khadir se sont confrontés à plusieurs reprises lors de ce débat dont le thème était : « Pétrole ou électricité ? »En présence du député libéral David Heurtel et du chef du Parti vert, Alex Tyrrell, une ambiance de campagne électorale régnait déjà dans la salle.

     

    Dès le début du débat, M. Khadir s’en est pris à M. Breton en lui reprochant d’avoir changé sa position en ce qui concerne le dossier d’Anticosti et d’être maintenant « réduit au silence ». Daniel Breton, qui critiquait dans le passé la dépendance des sociétés aux hydrocarbures, a soutenu, la semaine dernière, la décision du gouvernement Marois d’investir pour faire l’exploration du pétrole de schiste à Anticosti. M. Breton s’est défendu d’avoir perdu le droit de s’exprimer. Il a rétorqué : « Si on ne prend pas le pétrole d’Anticosti ou de l’Ouest canadien, où va-t-on le prendre ? [...] Le débat sur l’exploration d’Anticosti, c’est le débat sur l’avenir énergétique du Québec. »

     

    Le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, a aussitôt répliqué : « Je ne pense pas qu’on a besoin de fracturer Anticosti pour avoir un débat sur l’avenir énergétique du Québec. » Amir Khadir a acquiescé à sa réplique alors qu’il avait déclaré que « depuis la venue du gouvernement, il y a un fédéralisme pétrolier de la part de Mme Marois ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.