Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Commission Charbonneau

    Serge Larouche n'a pas dénoncé Cyr par «manque de courage»

    13 février 2014 14h39 |Brian Myles | Québec
    Serge Larouche, p.-d.g. de Ganotec, a « manqué de courage » pour dénoncer les agissements de l’ancien président de l’International, Gérard Cyr.

    En contre-interrogatoire, M. Larouche a admis qu’il avait fait une fraude en sollicitant l’entrepreneur Louis-Pierre Lafortune pour obtenir de l’argent liquide, grâce à un stratagème de fausse facturation. Ces sommes, totalisant 1,2 million, ont été versées en pots-de-vin à Gérard Cyr, afin d’acheter la paix syndicale avec l’International.

    M. Larouche a fait une déclaration volontaire à ce sujet à Revenu Québec. Aucune accusation pénale ou criminelle n’a été portée contre lui. Le témoin n’a pas dit à Revenu Québec que les ristournes étaient destinées à Gérard Cyr, l’ancien agent d’affaire du local 144 (tuyauteurs et soudeurs).

    Il impute son silence à un « manque de courage » et à une certaine peur. « En 2008, disons que je regardais souvent par la fenêtre de ma maison pour voir s’il y avait des individus », a-t-il dit la commission Charbonneau.

    L’avocate de l’international, Lucie Joncas, a suggéré que M. Larouche n’avait « pas assez de preuves » pour dénoncer Gérard Cyr.

    1,2 million en ristournes

    M. Larouche a déclaré jeudi que Gérard Cyr a touché des ristournes de 0,5 % sur la valeur des contrats de construction de Ganotec pour les raffineries de Shell et de Pétro-Canada. De 2000 à 2006, le leader syndical aurait reçu 1,2 million.

    M. Larouche s’est également plaint du manque d’écoute de l’ancien ministre du Travail, Laurent Lessard, et de l’ancien président de la Commission de la construction du Québec (CCQ), André Ménard. En 2005, lorsqu’il a fait part des pressions de Gérard Cyr sur les chantiers, M. Lessard aurait dit : « On ne peut pas toucher à ça. »

    Jeudi matin, il a qualifié André Ménard de « bon monsieur ». « Mais c’est plus un politicien », a-t-il précisé. Il a cependant vanté le travail de la nouvelle présidente de la CCQ, Diane Lemieux, qui a donné un coup de barre à l’organisation.

    M. Larouche s’est déjà plaint à un représentant de l’International du comportement de Gérard Cyr, qui pouvait perturber un chantier en envoyant de la main-d’œuvre de piètre qualité, ou en passant le mot d’ordre de ralentir la cadence. Il n’a obtenu aucune écoute.

    M. Larouche a complété son témoignage. Il sera suivi d’Eugène Arsenault, un ancien actionnaire de Ganotec qui était proche de Jocelyn Dupuis, l’ancien directeur général de la FTQ-Construction.

    Traitement préférentiel

    Ganotec bénéficiait d’un traitement préférentiel par la FTQ-C. Lors de son témoignage, Ken Pereira a déclaré que M. Dupuis lui avait demandé de retirer ses plaintes à la CCQ contre Ganotec. Un recours collectif contre la discrimination syndicale intenté par le local 1981 de la FTQ-C (mécaniciens industriels) a été compromis quand Ken Pereira et ses hommes ont enregistré à leur insu des patrons de Ganotec et de Gastier.

    En début de semaine, Gilbert Vachon, un ancien membre du local 1981, a affirmé au Devoir que l’avocat de la FTQ-C, Robert Laurin, n’avait pas voulu avancer « parce qu’on avait touché aux « chums ». Et les « chums », tu touches pas à ça à la FTQ-Construction », a-t-il dit.

    M. Vachon a enregistré Me Laurin, en mai 2010.

    « Il y a peut-être de la preuve qu’on aurait pu avoir et qu’on n’a pas utilisée et là, c’était politique avec Ganotec et Gastier », affirme Me Laurin dans cette conversation.

    « Si j’avais eu de la preuve dans le dossier d’une couple de millions, elle sortait là. La preuve, je n’ai pas pu l’avoir parce que politiquement mes canaux étaient fermés. C’est gars là, c’est des gros morceaux, dit-il au sujet de Ganotec et Gastier. Ils représentent 500 000 travailleurs ; des téléphones directs avec le premier ministre et le ministre du Travail », ajoutait Me Laurin.

    Détails à venir












    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.