Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Commission Charbonneau

    Le PQ sur la défensive

    Après Pauline Marois et son mari, la ministre Élaine Zakaïb est éclaboussée par des révélations

    23 janvier 2014 |Robert Dutrisac | Québec
    « <em>Tout ce qui pouvait avoir de la compétition avec Accurso, ils ont été bloqués et on n’a pas pu les faire</em> », dit Elaine Zakaïb dans un extrait d’écoute électronique présentée à la commission.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Archives « Tout ce qui pouvait avoir de la compétition avec Accurso, ils ont été bloqués et on n’a pas pu les faire », dit Elaine Zakaïb dans un extrait d’écoute électronique présentée à la commission.








    Consultez notre dossier sur
    la commission Charbonneau

    Ainsi, le Fonds de solidarité de la FTQ favorisait les entreprises de Tony Accurso en toute connaissance de cause, montrent de nouvelles conversations d’écoute électronique mettant en cause le président de la FTQ, Michel Arsenault, et Élaine Zakaïb, alors p.-d.g. des fonds régionaux du Fonds FTQ.

     

    En mars 2009, Michel Arsenault s’inquiétait des enquêtes journalistiques sur le traitement privilégié accordé à Tony Accurso par la SOLIM (le bras immobilier du Fonds). Il passe un coup de fil à Élaine Zakaïb. « Leur prétention [aux journalistes], c’est qu’on fait juste un entrepreneur au Québec, dit-il. Je me prépare en cas qu’on me pose des questions. »

     

    Mme Zakaïb informe le président de la centrale que des concurrents de Tony Accurso dans la région de Montréal, de la Montérégie et de Laval ont été « bloqués » par le Fonds. « Tout ce qui pouvait avoir de la compétition avec Accurso, ils ont été bloqués et on n’a pas pu les faire », explique-t-elle.

     

    Mme Zakaïb décrit ensuite l’influence de Jean Lavallée sur les décisions d’affaires, qui l’a appelée pour lui dire : « Dorénavant, tous les dossiers de construction passent par nous autres. » Elle se dit prête à envoyer des informations sur les dossiers refusés à Michel Arsenault, mais il ne veut rien savoir. « Non, non. Je ne veux pas ça, et ne parle pas de ça à personne pour l’instant », dit-il.

     

    Mme Zakaïb y va d’une remarque intrigante sur Jocelyn Dupuis, qu’elle soupçonne d’être derrière le travail de sape de la FTQ-Construction et du Fonds dans les médias. Elle l’avait connu lors de la commission parlementaire sur le fiasco de la Gaspésia, où elle avait été déléguée par le Fonds comme observatrice. M. Dupuis lui avait fait part de son intention d’entraîner Jean Lavallée dans sa chute si ses allocations de dépenses étaient rendues publiques. « Il savait des affaires sur Tony Accurso et la SOLIM, dit-elle. Je ne suis entrée dans aucun détail. […] Le moins j’en sais, le mieux je me sens. »

     

    Interrogé à ce sujet, l’ex-président de la FTQ-C, Jean Lavallée, a nié les faits. « Je n’ai jamais bloqué personne pour Tony Accurso », a-t-il dit lors de son témoignage à la commission Charbonneau.

     

    À l’époque où Jean Lavallée présidait le conseil de la SOLIM, les entreprises de M. Accurso, son ami de longue date, ont généré environ 20 % du chiffre d’affaires de l’organisation.


    La ministre se défend

     

    En fin d’après-midi mardi, Élaine Zakaïb a affirmé avoir toujours agi avec intégrité pendant les huit années où elle a dirigé les fonds régionaux du Fonds FTQ. Dans la conversation, elle informait Michel Arsenault d’une pratique qui a duré quelques mois et à laquelle elle a mis fin dès qu’elle en fut informée, a soutenu la ministre. « J’explique à Michel Arsenault qu’avant son arrivée comme président du conseil d’administration du Fonds de solidarité, une pratique de vérification diligente dans les dossiers des fonds régionaux avait été, pendant une courte période de temps, détournée par le bureau du président de la FTQ-Construction de façon à ce que l’étude des dossiers des entreprises qui auraient pu concurrencer Tony Accurso […] soit arrêtée », a indiqué Élaine Zakaïb.

     

    « Il n’y a rien d’illégal dans cette façon de faire », juge la ministre qui, à l’époque, ne s’est pas adressée à la police. En fait, le Fonds de solidarité, au moment de faire un investissement dans une entreprise, vérifie toujours si ce nouvel investissement ne viendra pas nuire à une autre entreprise dans laquelle il a déjà investi. Mais c’est au Fonds de faire cette vérification, et non pas à la FTQ-C.

     

    Quant au « moins j’en sais, mieux je me porte », Élaine Zakaïb a soutenu qu’elle faisait allusion à « l’opposition » qui existait entre les deux chefs syndicaux, Jocelyn Dupuis et Jean Lavallée.

     

    La porte-parole libérale en matière d’éthique, Lise Thériault, a demandé à la première ministre, Pauline Marois, de suspendre sa ministre ou à la ministre de remettre sa démission. « Elle a fermé les yeux sur un système de collusion au profit de Tony Accurso », a accusé la députée. Christian Dubé, de la Coalition avenir Québec, a également réclamé la suspension de la ministre, rappelant à la chef péquiste « sa promesse de tolérance zéro en matière d’intégrité ».

     

    Pas d’entente entre la FTQ et Blanchet

     

    À Davos, Pauline Marois a donné l’assurance que son conjoint n’a jamais conclu d’entente avec la FTQ pour protéger les intérêts de la centrale, et qu’elle n’a jamais subi de pressions de la part de la FTQ pour la dissuader d’appuyer la tenue d’une enquête publique sur l’industrie de la construction. « Il n’a pas eu d’entente conclue, il n’y a pas de “deal”, comme ils disent », a-t-elle affirmé.

     

    Premier p.-d.g. du Fonds de solidarité de la FTQ de 1983 à 1997, Claude Blanchet a obtenu du Fonds un investissement de 3 millions en 2008 pour sa société immobilière.

     

    « J’ai pris la décision que nous demanderions une commission d’enquête, peu importe ce qu’en pensait l’un ou l’autre groupe, que ce soit la FTQ ou d’autres », a déclaré Pauline Marois. « S’ils [les dirigeants de la FTQ] nous ont parlé, et ils nous parlent régulièrement, ça ne doit pas avoir donné les résultats escomptés puisque nous avons demandé la commission d’enquête et j’en ai informé Michel Arsenault assez rapidement. C’est sûr qu’il n’était pas d’accord, mais il n’a pas fait de pression sur moi. »

     

    Soupçonneuse, la CAQ a fait remarquer que le Parti québécois avait mis six mois avant d’emboîter le pas à la défunte Action démocratique du Québec, la première formation politique à réclamer une commission d’enquête en avril 2009. La députée caquiste Sylvie Roy a dit souhaiter que Claude Blanchet témoigne devant la commission Charbonneau pour s’expliquer.

     

    Avec La Presse canadienne













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.