Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    FTQ : Arsenault est de plus en plus contesté

    La réélection du président fait malgré tout peu de doute

    5 octobre 2013 |Jessica Nadeau | Québec
    Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, est de plus en plus contesté à l’interne.
    Photo: Annik MH De Carufel - Le Devoir Le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, est de plus en plus contesté à l’interne.
    Massé défend Dupuis

    « Moi, je dis : Jocelyn Dupuis n’a pas volé. Il a eu des dépenses excessives, il a eu une mauvaise tenue de livres, mais moi, je suis profondément convaincu qu’il n’a pas volé. » En entrevue à Radio-Canada, l’ancien président de la FTQ, Henri Massé, est venu à la rescousse de l’ex-directeur de la FTQ-Construction, Jocelyn Dupuis. Ce faisant, il se défendait d’avoir essayé d’étouffer l’affaire pour sauver l’image de la FTQ, comme l’a prétendu Ken Pereira cette semaine à la commission Charbonneau. « Je n’ai pas dit à personne : ne parlez plus de cela. » Selon lui, il y a eu « apparence de mauvaise administration ». Il parle de « laxisme », mais soutient que rien dans ce qu’a fait Jocelyn Dupuis ne s’apparente à du vol. « Le vol, c’est dire : je vais m’en mettre dans mes poches, alors que si on fait des dépenses qui sont un peu excessives, des repas un peu trop chers, c’est une autre affaire. »

    Dans la foulée des révélations de la commission Charbonneau et des reportages publiés ces dernières semaines à son sujet, le président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, est de plus en plus contesté à l’interne, a appris Le Devoir. Pourtant, il sera vraisemblablement réélu aux élections de novembre prochain.

     

    « À l’interne, la grogne se fait de plus en plus sentir, affirme une source qui souhaite conserver l’anonymat. La contestation interne de Michel Arsenault est commencée, il s’accroche. » « Les gens sont mécontents, ils ne sont pas heureux de ce qui se dit sur la FTQ en ce moment. Je n’avais jamais entendu ça avant. Ce n’est pas unanime, mais on sent que s’il y avait un changement de garde, les gens ne seraient pas fâchés », soutient une deuxième source sous le couvert de l’anonymat.

     

    Selon un proche du mouvement, « il est très dur d’être dans l’opposition à la FTQ, la pression vient assez vite, les gens sont ostracisés assez vite ». C’est pourquoi ils sont très peu à parler ouvertement. Alain Gagnon, président du syndicat national des employés de l’aluminium d’Aida (SNEAA) à Chicoutimi, ose pourtant défier l’omertà. « Je trouve ça bizarre parce que partout où je vais, les gens me disent que [ce qui se dit sur Michel Arsenault] n’est pas bon pour l’image de la FTQ et que ça laisse des traces. Mais ça ne sort pas. Personne n’ose le dire ouvertement, ça se fait toujours en cachette. Moi, je dis tout haut ce que les gens disent tout bas. »

     

    La fronde manquée de 2010

     

    En 2010 déjà, le syndicat d’Alain Gagnon avait fait un coup d’éclat en arrêtant de payer ses cotisations pour dénoncer les allégations qui unissaient le président de la FTQ au crime organisé. « On était des précurseurs en 2010, on a été un des seuls groupes à dire que Michel Arsenault n’avait plus sa place. On l’a dit en 2010, notre position est restée la même. Mais on ne contrôle pas ça. Les gens se lèveront et diront ce qu’ils ont à dire, mais nous, on l’a fait, et ça n’a pas marché. »

     

    Il aimerait bien voir une fronde se lever contre le président de la FTQ, qui se représente aux élections de novembre, mais n’y croit pas beaucoup. « On va observer ça, mais en 2010, la fronde était censée être plus large et il n’y en a pas eu », affirme-t-il en laissant échapper un soupir amer.

     

    Au syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Denis Bolduc, vice-président régional pour Québec, constate également de la grogne chez certains de ses membres. « Les gens que l’on représente dans le secteur des communications se sentent interpellés par la façon dont la FTQ réagit par rapport aux journalistes avec les moyens qui sont pris, comme la demande d’enquête sur les sources, affirme-t-il au Devoir. Notre secteur des communications a dit à Michel Arsenault qu’il était inconfortable avec les mesures qui étaient prises avec les enquêtes policières. Ça a été dit ouvertement lors du conseil général qui s’est tenu il y a un peu plus d’une semaine. »

     

    Élections

     

    Le problème, estiment plusieurs membres, c’est que malgré la contestation, Michel Arsenault va tout de même être reconduit pour un troisième mandat de trois ans à la tête de la FTQ. Le congrès de la FTQ, qui se tiendra à la fin novembre à Québec, permettra aux membres de voter pour le prochain président. Le porte-parole de la FTQ, Jean Laverdière, a déjà confirmé au Devoir que Michel Arsenault se présenterait à nouveau. Selon nos sources, aucune autre candidature n’a encore été annoncée. Et tous s’entendent pour dire qu’à moins de deux mois des élections, c’est quasiment mission impossible pour quiconque souhaiterait se présenter.

     

    « Une candidature à la tête d’un gros syndicat comme cela, ça ne s’improvise pas, il faut aller chercher des appuis, se faire connaître dans tout le réseau, il faut généralement s’y prendre au moins un an d’avance, explique une source au Devoir. Je ne dis pas que c’est impossible pour quelqu’un qui songerait à remplacer Michel Arsenault à brûle-pourpoint, mais ce n’est pas une mince affaire, d’autant plus que Michel Arsenault est déjà connu de tous et a eu la chance de se défendre à maintes reprises. Si quelqu’un veut faire bataille contre lui, il arrive tard un peu. »

     

    « Théoriquement, oui, un nouvel arrivé aurait des chances, mais c’est difficile, assure Denis Bolduc du SFCP après une brève hésitation. Ça dépend du candidat, mais s’il s’agit d’un inconnu, alors il n’a pas de chances, ça, c’est évident. » Lui-même a pourtant annoncé sa candidature à titre de secrétaire général du SCFP-Québec la veille de l’élection en 2011. « Je suis mal placé pour dire que ce n’est pas possible, mais je ne conseille pas ça à tout le monde ! »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel