Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lettre - Good cop, bad cop

    20 septembre 2013 |Jacques Godbout - Le 18 septembre 2013 | Québec

    Quand Bernard Drainville joue les gros bras, son camarade Jean-François Lisée joue les bons gars ; ces nouveaux élus politiques ont assimilé les leçons du cinéma et ont choisi de scénariser l’appel au peuple.

     

    L’ennui, c’est que le PQ risque de sacrifier sur l’autel du « nous » une occasion unique d’affirmer la laïcité. Cette dernière est une valeur universelle. En la nationalisant pour des fins partisanes, nos scénaristes lui enlèvent sa pertinence, en offrant un droit de retrait aux municipalités, hôpitaux et autres institutions, ils lui retirent sa raison d’être.

     

    Faut-il rappeler que les électeurs ne sont pas les spectateurs d’une minisérie intitulée Les dessous du Parlement, mais des citoyens qui majoritairement souhaitent que l’État soit neutre, ne favorise aucune confession et que ses policiers, ses juges et autres fonctionnaires en position d’autorité fassent preuve de la même retenue. Tout le reste, y compris le crucifix de l’Assemblée nationale, relève du folklore.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel